Fraternité intergénérationnelle

 

A partir du mois de mars, l'Entraide accueillera une exposition photographique réalisée par la Fédération de l'Entraide Protestante (FEP) sur la thématique de la fraternité intergénérationnelle. A travers des photos prises dans des associations membres du réseau de la FEP, cette exposition nous invite à entrer dans la complicité qui se tisse entre générations, et peut-être aussi à nous interroger sur notre manière de vivre cette forme de fraternité au sein de nos communautés.


Le souci d'un lien plus grand entre générations est une préoccupation croissante au sein de la société. Face au constat d'un isolement de plus en plus important des personnes âgées et de la jeunesse, comment favoriser les lieux de rencontre entre générations quand ces rencontres se vivent moins naturellement au sein des familles, souvent dispersées géographique-ment ou prises dans le rythme de plus en plus rapide que nous impose la société ? Comment éviter un cloisonnement entre personnes de générations différentes et encourager au contraire les rencontres, source d'enrichissement mutuel ? Ainsi, des projets de crèches installées dans les mêmes établissements que des maisons de retraite commencent à voir le jour, de même que la valorisation de l'habitat des étudiants chez des personnes âgées, assurant pour les deux une présence au quotidien.


Réfléchir à la thématique de la fraternité, c'est aussi s'interroger sur la manière dont nous vivons les liens entre générations au sein de notre Église. Parce que l’Église c'est aussi cela : différents âges qui se retrouvent autour d'une même Parole, avec leurs attentes et leurs approches, avec leurs souvenirs et leurs rêves, avec leurs espoirs et leurs déceptions.
Or nous avons souvent tendance à cloisonner nos rencontres, là où la Parole de Dieu pourrait tous nous rassembler : temps pour les enfants, temps pour les adolescents ou les jeunes, temps pour les adultes, et temps pour les aînés. Bien sûr, chaque génération a ses propres besoins et ses attentes spécifiques sur les temps d'Eglise, et ces temps sont importants, mais il est aussi de notre responsabilité de préparer ici et maintenant la promesse que Dieu nous fait et que nous chantons parfois: « jeunes et vieux se réjouiront ensemble ».
Quels lieux pourrions-nous imaginer dans notre Église pour que nous puissions nous réjouir plus souvent ensemble de la Parole de Dieu ?
Comme toute fraternité, je crois que la fraternité intergénérationnelle est exigeante. Elle exige de chacun de se soucier des autres avant de se soucier de lui-même : est-ce que je peux me réjouir de ce que vivent les autres, même si cela ne me correspond pas tout à fait ? Est-ce que je peux m'associer à la joie des autres même si ce n'est pas la mienne ? Est-ce qu'on peut vivre des choses ensemble, tout en les vivant différemment, chacun à notre manière, comme nous y invite ce passage de Zacharie : « Vieux et vieilles s’assiéront encore sur les places de Jérusalem, chacun le bâton à la main, si grand sera leur âge. Les places de la ville seront pleines d’enfants, garçons et filles, qui s’y amuseront » (Zacharie 8,4-5). Est-ce que j'accepte d'être décalé dans ma manière de voir les choses, d'être bousculé par d'autres manières de faire ? Est-ce que j'arrive à sortir de mes clichés sur ceux qui n'ont pas mon âge pour aller véritablement à leur rencontre ?
La fraternité intergénérationnelle est exigeante aussi parce qu'elle demande à ce qu'on ne l'oublie pas, même dans les groupes d'âges différents qui se réunissent : comment penser une activité catéchétique dans cette dimension intergénérationnelle ? Comment penser une rencontre pour les aînés sans oublier d'y associer d'autres générations ? Comment penser de nouveaux projets pour la paroisse en ayant le souci que tous puissent s'y retrouver ?


Le défi de l'intergénérationnel est celui de toute forme de fraternité : réussir à trouver ma place tout en faisant de la place à l'autre, en me souvenant qu'autour du Christ il y a de la place pour tous !

 

Marion Heyl, pasteur.