La parole est d'argent, sa réalisation est d'or

 

La parole est d’argent, sa réalisation est d’or.

44, c’est le nombre de personnes ayant eu l’intention de se présenter aux élections présidentielles, dont 12 rien que pour le parti Les Républicains. Non rassurez-vous, je ne vais pas faire un article politique dans ce bulletin paroissial. Par contre, cette profusion de candidats m’a interpellé. Quelle est la cause de cette inflation ? Tous ces candidats peuvent-ils avoir des idées différentes surtout les 12 d’un même parti ? Peut-être... Alors comment dans un même parti, une personne n’arrive plus à rassembler les idées de tous ? La réponse n’est peut-être pas dans les partis politiques eux-mêmes, mais plutôt dans la vie politique en général. Aujourd’hui, et de plus en plus, nous avons l’impression plus d’un an avant le premier tour des présidentielles de vivre dans une spirale médiatique, où les idées fusent comme les petites phrases avec en arrière plan un programme marketing cherchant à attirer l’électeur indécis. Mais au final, quels sont les points du programme qui vont être appliqués par « l’heureux élu » ? Si l’on faisait réellement le bilan entre le programme et sa réalisation à la sortie en fin de mandat, n’aurait-on pas l’impression d’y voir un Président différent du candidat. Peut on avoir une cohésion dans le temps dans une société où la parole a si peu d’importance ? Une société peut-elle construire un projet avec des paroles à foison peu suivies de faits, ou des faits sans parole ? Les hommes politiques pourront-ils continuer à gouverner et être suivis de cette façon ? 

Pourtant la parole quand elle est suivie d’actes a un pouvoir bien plus important que la force ou la meilleure armée du monde. Dieu par la parole suivie des actes a réussi à sortir son peuple d’Égypte et lui faire subir un exode long de 40 ans. Même dans les pires tourmentes où son peuple se détourne de lui pour une idole matérielle, la parole reste vérité. D’autres exemples dans la bible nous montrent la puissance de la parole de Dieu. Jonas a bien essayé de fuir sa parole en se cachant loin, mais il fut rattrapé par la parole divine. Aujourd’hui pour que notre société puisse continuer à rester unie et fraternelle, sans se prendre pour des dieux, nos hommes politiques doivent transformer leurs paroles en actes, mais non plus se contenter d’une parole de façade, d’apparat, voire de dédouanement. La parole juste, même si elle n’est pas toujours la plus facile à entendre, est plus facile à transformer en actes.

Patrick Mériat