L'amour qui lie et libère


Echos de deux paroles rencontrées ces derniers temps.

La première est liée à l'exposition visible en ce moment au temple du Havre : Martin Luther King – 50 ans après. Une belle occasion de découvrir ou redécouvrir l'itinéraire de cet homme et de son engagement, et, avec lui, l'histoire du combat pour la libération d'un système d'oppression dans lequel l'injustice rime avec racisme et ségrégation, et véhicule avec elle pauvreté, misère et crise sociale. Un combat, mais aussi une manière particulière de livrer ce combat : par une résistance résolument non-violente. Ces mots de Martin Luther King sonnent comme un horizon à ne jamais perdre de vue le long de la bataille, au risque de se tromper de combat – rien de moins : “L'obscurité ne peut chasser l'obscurité, seule le peut la lumière. La haine ne peut chasser la haine, seul le peut l'amour”. L'affirmation de la force du pouvoir de la lumière et de l'amour scelle à la fois une éthique et une espérance.

La seconde parole se trouve dans le livre du prophète Osée où Dieu dit en parlant de son peuple “Je les ai tirés avec des liens humains, avec des chaînes d'amour”(Os 11,4). La libération est ici une extraction. On est tiré hors du joug par des liens plus forts que ceux qui maintiennent dans l'oppression et qui sont même capables d'en extraire : des liens “humains” (ou “d'humains”, ou dit encore autrement “d'humanité”), des “chaînes” (!) d'amour. L'image mèle puissance et infinie tendresse pour raconter à la fois ce passage de
l'obscurité à la lumière (pour reprendre l'image précédente), et ce qui nous attache du côté de la lumière.

Amour qui lie et qui libère, dans le même mouvement. Histoire d'un passage, telle une nouvelle naissance, où l'on se retrouve tiré du néant et liés d'amour. Histoire d'une foi qui se perpétue, avec Osée il y a bien longtemps, avec Martin Luther King il y a quelques temps, avec bien d'autres – célèbres et anonymes – à travers les âges... et avec nous aujourd'hui. Et la question continue de se poser : où sont en notre temps ces liens d'humanité, ces liens d'amour par lesquels nous sommes tirés du néant ? Savons-nous les reconnaître, les cultiver ?

Emmanuel Rouanet, pasteur