Méditation pour le 12 juillet 2020

Message du président du Conseil Régional EPUdF Nord-Normandie pour le 12 juillet 2020

MEDITATION DIMANCHE 12 JUILLET 2020

PSAUME 65

 

 

Dieu prend soin de la Terre,

La campagne chante et danse de joie !

 

Un été pour peut-être flâner un peu,

Sortir du brouhaha des villes,

Rompre avec le quotidien,

Vivre un temps à part,

Mais avec quel regard sur la nature qui va offrir sa paix,

Mais avec quels gestes envers la nature qui va abriter nos pas,

Mais avec quel souci de la nature qui nous est confiée ?

 

Le psalmiste guide notre regard vers cette nature familière,

Le psalmiste réoriente notre regard vers l’essentiel de ce qui est en elle,

Le psalmiste espère-t-il que nous nous ressaisissions dans notre responsabilité envers elle ?

 

Les récoltes abondantes ne remontent pas vers Dieu mais sont pour nous nourriture abondante,

Les bienfaits, les richesses débordent par grâce,

Ainsi Dieu accueille en sa maison , et ses richesses sont bonheur pour l’hôte,

Ainsi Dieu sauve et répond aux prières par des actions magnifiques !

 

Et si la nature a ses colères, là encore Dieu intervient,

Il calme les grondements des mers…

Et si les peuples ont leurs colères, là toujours Dieu intervient,

Il calme le rugissement des peuples…

 

Et nous voilà interpelés,

Comment tenons-nous nos promesses ?

 

Par notre attitude à quoi contribuons-nous ?

A nourrir les colères de la nature par nos gestes et nos choix parfois irresponsables ?

A entretenir les rugissements des peuples par nos paroles parfois peu apaisantes ?

 

 

A quoi contribuons-nous ?

A calmer le grondement des mers en les protégeant ?

A calmer le rugissement des peuples en ouvrant des chemins de réconciliation ?

 

Dieu passe et nous interpelle par la voix du psalmiste !

Dieu passe et répand ses bontés sur les chemins du Monde !

Dieu passe et les richesses débordent !

 

Dieu passe et Il pardonne !

Dieu passe et Il accueille !

Dieu passe et Il écoute !

Dieu passe et Il agit !

 

Et lorsqu’à notre tour nous passons sur les chemins de la vie que vivons-nous au nom de son Amour ?

 

A nous de vivre de Son pardon !

A nous d’accueillir en Son nom !

A nous d’entendre et de répondre !

A nous de poser les gestes de fraternité !

 

Mais non uniquement par nous-mêmes,

Surtout avec Lui et par Lui,

Qui éclaire notre regard,

Qui ouvre notre cœur,

Qui fortifie nos mains,

Qui apaise nos peurs,

Qui bénit nos routes !

 

Dieu prend soin de la Terre !

Au nom de notre foi en Lui nous devons prendre soin de la Terre !

La campagne chante et danse de joie !

Avec la campagne nous dansons et chantons notre joie

Dieu en est la source,

Son amour en est le torrent,

Sa bénédiction l’ondée rafraîchissante,

Son pardon l’océan de grâce !

 

Pasteur Olivier Filhol

 

Partager par mail
Publié le 08 juillet 2020

Pour aller plus loin sur le même thème

Méditation pour le 28 février 2021

Publié le 24 février 2021
Message du président du Conseil Régional EPUdF Nord-Normandie pour le 28 février 2021.
MÉDITATION DIMANCHE 28 FEVRIER 2021 Psaume 116   Retrouver son calme… Dans le quotidien des actualités du monde, Dans la succession des jours de nos sociétés, Dans la simplicité des relations amicales, Dans l’intimité des échanges quotidiens, Dans la multitude des projets professionnels et associatifs, D...

Méditation pour le 21 février 2021

Publié le 17 février 2021
Message du président du Conseil Régional EPUdF Nord-Normandie pour le 21 février 2021.
MÉDITATION DIMANCHE 21 FÉVRIER 2021 Psaume 25     Être dans la confidence... Comme on l’est avec un ami, Grâce à la fidélité d’une relation entretenue et choyée, Vivre dans le respect de la parole donnée, de la Parole méditée, Dans une attitude d’attente et de disponibil...

Méditation pour le 31 janvier 2021

Publié le 27 janvier 2021
Message du président du Conseil Régional EPUdF Nord-Normandie pour le 31 janvier 2021.
MÉDITATION DIMANCHE 31 JANVIER 2021 Psaume 95 Des preuves… Pour croire que le printemps reviendra… Nous les cherchons parfois lorsque la nature est endormie, Figée par le froid de l’hiver, Dénudée au point d’avoir fait taire le chant de l’oiseau, Devenue au premier regard inhospitalière lorsqu’aucun signe de...