AUMÔNERIE DES HÔPITAUX

Luc 9 , 29

« Pendant que Jésus priait, l’aspect de son visage changea….. »

 

Une rencontre, de visage à visage…

Dans mon ministère d’aumônier des hôpitaux, je vis la grâce de belles rencontres. Vivre une relation, de visage à visage, ce n’est jamais un mouvement spontané… Oui, notre vrai visage peut se trouver caché, voilé, par une maladie, par un handicap, par les artifices de la cosmétique. Notre visage profond peut être invisible à autrui, si la relation est superficielle, distante.

Notre identité peut se trouver limitée, inaccessible, si nous n’arrivons pas à dépasser les masques, l’apparence, la superficialité… C’est dire qu’une relation, de visage à visage, cela se cultive tous les jours. Cela demande du travail, de l’énergie, peut-être par un cheminement avec des connaissances en sciences humaines, sociales ou politiques, pour lever ces verrous qui m’empêchent d’être en relation, de visage à visage, avec mon prochain. Dans une relation de visage à visage se joue une rencontre, une découverte entre deux êtres. Il se joue quelque chose, qui est de l’ordre de la fécondité.

Fécondité, car une vie commune, un vivre ensemble, un travail commun, une espérance commune peuvent advenir, grâce aux artisans de ces rencontres, de visage à visage.

Fécondité, car l’autre visage va révéler en moi, va faire grandir en moi, une autre identité.

Fécondité, car mon visage va révéler en lui, va faire grandir en lui, une autre identité.

Fécondité, car je serai aspiré par ce mouvement qui m’invite à ne pas passer outre, à ne pas détourner le regard, à ne pas fuir la rencontre véritable : de pupille à pupille, de conscience à conscience…

Fécondité, car dans mes rencontres, je vais découvrir l’indescriptible : ces visages multiples de Dieu.

Ce travail, ce dépassement du premier mouvement spontané, qui est celui de l’évitement, du rejet, il n’est pas sans rappeler, pour moi, ce regard de Jésus, omniprésent dans les Évangiles. Ceux que personne ne voit, ceux dont on pense qu’ils sont indignes d’un regard, de la compassion, de la communion avec Dieu, Jésus les regarde et entre dans une relation, un contact ou dans un dialogue. Jésus n’a jamais considéré que certains humains devaient rester « invisibles » , qu’un mur-physique, idéologique ou spirituel devait les séparer, ou que le croyant pouvait faire l’économie de la rencontre, de visage à visage.

L’Évangile porte d’innombrables traces de ces rencontres vraies, sans artifice, sans masque. Il dévoile cette Bonne Nouvelle qu’un face à face humain-divin est source de bénédictions. Dans ces rencontres, de visage à visage, chaque humain se découvre, se reconnaît, aimé et relié à Dieu.

Là où nous entrons en relation, là où nous prenons le risque de la relation, de visage à visage, se joue une relation qui a une saveur d’éternité, une saveur d’éternité et de compassion. Et, simultanément, il se joue également un dévoilement conjoint, permanent, de ma propre identité, et de celle de mon prochain. Ces rencontres, de visage à visage, sont bénéfiques, fécondes.

Elles sont à promouvoir, à soutenir, à travailler, à vivre, sans retenue, à la suite de Jésus !

Devenir Visiteur ?

Et si vous étiez appelés à répondre à un appel, à une rencontre, de visage à visage ?

C’est un service des Eglises, au sein du monde hospitalier. Sur Valence, ce service est organisé par l’Eglise protestante Unie de Valence. Il accueille des candidats visiteurs qui sont issus de la grande famille des Eglises protestantes.

Ce service n’est pas réservé à des spécialistes, ou à des pasteurs. Chacun peut y prendre part, et sera accompagné par l’aumônier.

Si vous ressentez un appel, venez en discuter avec l’aumônier de l’hôpital.

Au préalable, parlez-en au pasteur de votre Eglise, et demandez à Dieu son soutien, son accompagnement.

Devenir visiteur s’inscrit dans une démarche de volontariat, après discernement de la commission d’aumônerie hospitalière.

Vous ne serez pas envoyé seul, de chambre en chambre.

Au départ, il y a un accompagnement de trois mois, pour découvrir et comprendre ces temps de rencontres avec les patients.

Il y aura une formation initiale à l’écoute à suivre et une formation permanente d’analyse de la pratique, avec le soutien de professionnels de l’écoute. (2 heures tous les deux mois)

Devenir visiteur s’inscrit dans un engagement à suivre ces formations.

Si vous avez deux ou trois heures à consacrer à ce service, tous les quinze jours, une place vous attend……

Pour devenir visiteur au Centre Hospitalier de Valence, n’hésitez pas à contacter le pasteur Roland LAIPE (04 75 75 75 18) mail : aprotestante@ch-valence.fr

Le service de l’aumônerie protestante des hôpitaux est présent au Centre hospitalier de Valence et à l’hôpital spécialisé Drôme Vivarais.

 




Chants de Noël en EHPAD
« Merci, Je n’étais pas bien et vos chants m’ont redonné le moral », « Merci, J’ai maintenant des réserves pour tout le temps de l’Avent », « Merci de nous avoir consacré du temps »

Nous étions entre 10 et 15 personnes, des 2 Rives, à venir chanter, conter, pour nos aînés, dans les EHPAD, dans la première semaine du mois de décembre : Au programme, des cantiques, mais aussi quelques chants populaires.

L’aumônerie hospitalière, c’est principalement des temps de visites, au Centre Hospitalier de Valence.
Ce service a besoin de vous pour recueillir des signalements. Les temps d’hospitalisation sont de plus en plus courts. Il importe donc, d’être réactif pour signaler une hospitalisation.

Et si vous aviez quelques heures à offrir pour effectuer des visites, une fois par semaine ou tous les quinze jours ?
Un accompagnement, une formation s’organisent autour de ce service, au sein de l’aumônerie hospitalière…alors pourquoi pas vous ???

Contact Roland LAIPE 06 15 54 41 07 rlaumoneriev2r@laposte.net