Au service de l'écologie

Avec son nouveau spectacle Ecolo Swing, la compagnie Sketch'Up explore avec humour et en musique le thème de l'écologie. Rencontre avec l'auteur et fondateur de la compagnie, Olivier Arnera.

Depuis ses débuts en 1984, Sketch Up Cie a réalisé et produit plus d’une trentaine de spectacles qui ont donné lieu a des milliers de représentations. En octobre dernier, elle a joué pour la première fois au Parvis des Arts de Marseille, Ecolo Swing.

Ecolo Swing marque-t-il une étape importante dans votre parcours ?

Oui, dans la forme comme dans le fond, ce spectacle renouvelle en profondeur notre travail. Dans la forme il se présente comme une surprenante suite de fables comiques, interprétées par quatre comédiens chanteurs et un violoncelliste acteur. Dans le fond chaque texte (écrits en alexandrins) aborde une question reliant écologie et spiritualité.

Pourquoi ressusciter la forme archaïque de la fable ?

Dans l’histoire de la littérature, la fable a vécu de nombreuses «résurrections ». La plus célèbre reste évidemment celle provoquée par Jean de la Fontaine. Au XVIIè siècle il reprend les sujets développés dans l’antiquité par Ésope. Elle se situe en fait au carrefour entre l’enseignement d’une sagesse (docere) et le divertissement (delectere). À la suite de notre illustre prédécesseur, nous proposons des métaphores pour participer à construire la pensée écolo-théologique. Rappelons avant tout qu’il s’agit d’histoires où les animaux et les végétaux peuvent parler. Nous abordons des sujets tels que notre relation au vivant, l’urgence des changements de société, la gestion des biens communs (par exemple l’eau, l’air, la terre, le silence.) La sobriété de la vie, la théologie de la création, les limites du domaine politique, la critique du consumérisme et bien d’autres sujets encore…

Que vient faire la théologie dans cette histoire ?

Je nourris ma créativité, selon la formule de Karl Barth : « la Bible dans la main, le journal dans l’autre ». J'ai écrit plus des trois quarts de ces fables avant la pandémie et nous les avions déjà mises en place avec les comédiens. Notre travail a dû s’arrêter et pendant ces deux mois de confinement des fables nouvelles se sont écrites, en relation directe avec l’actualité. Ce spectacle  est très adaptable de par sa construction, la simplicité de son décor et son expression principalement narrative. Cette création ne demande pas spécialement un grand espace de jeu. Par ailleurs Ecolo Swing peut aussi très bien s’adapter à toutes sortes d’évènements et de temps forts (congrès, assises, débats, cultes.). Nos fables peuvent ainsi servir de joyeuses ponctuations entre d’autres temps de paroles.

Quelle est la place de la musique dans Ecolo Swing  ?

La musique constitue même une originalité importante de ce spectacle. Pour la première fois dans notre vie de troupe, nous jouons en compagnie d’un violoncelliste virtuose (Florian Antier) qui est intégré comme le cinquième acteur. Grâce à lui la musique de nos vers s’allie à d’autres styles musicaux très différents. Et puis il y a aussi de bien belles chansons que nous reprenons avec le public.
Quel est votre objectif pour la diffusion de ce nouveau spectacle ?

Nous avons été fortement encouragés par nos interlocuteurs de l’Eglise protestante unie de France afin que « ECOLO SWING » accompagne la vie des églises au cours de cette année verte. Des tournées, dans le monde francophone vont s’organiser dans les semaines à venir. Pour nous, comme le dit si bien Laurent Terzieff « faire du théâtre, c’est se mettre à l’écoute du monde pour en être la caisse de résonance ».


Réservez dès maintenant votre place au spectacle Écolo Swing  qui sera retransmis en direct le samedi 23 janvier à 20h

Réservation du spectacle pour les paroisses avec un tarif préférentiel  auprès de Jean-Louis Aivadian : 06 62 88 48 56; Gilles Galiano : 06 62 41 51 88; diffusion@sketchupcie.com

Partager par mail
Publié le 04 novembre 2020