Nous apprenons que nous ne faisons qu’un

 

 

Une parabole étonnante pour l'Avent Méditation - Prière : "Nous ne faisons qu'Un" Chant : Peuples qui marchez

Extrait Mt 25, 31-40 (parabole du jugement dernier) : 

Alors le Fils de l’homme dira à ceux qui sont à sa droite : « Venez, les bénis de mon Père, recevez en partage le Royaume… Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger et vous m’avez recueilli ; nu, et vous m’avez vêtu ; malade, et vous m’avez visité… En vérité, je vous le déclare, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ! » 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dieu, notre Père,

Quelle Bonne nouvelle ! Quelle révélation étonnante ! Quelle Parole explosive !

Nous apprenons que nous ne faisons qu’un.

 

Nous qui pensions être séparés des autres d’une façon quelconque, par notre nationalité, notre appartenance religieuse, nos sympathies politiques, notre cadre socio-professionnel et toutes les barrières que nous dressons pour nous protéger,

voilà que tu nous révèles l’impensable : Nous sommes tous unis, tous liés.

 

Ton Évangile nous dit la solidarité et l’unité de chaque être humain – à commencer par le plus petit parmi nos frères – avec ton Fils – l’Humain parmi les hommes – et avec Toi, notre Dieu, Force de vie et d’amour.

 

Cette divine communion n’est désormais plus secrète : Tu as voulu nous la dévoiler.

Et cette fraternité unie de l’humain et du divin vient briser toutes nos peurs irrationnelles, toutes nos fausses sécurités.

 

Désormais, nous n’avons plus rien à craindre, puisque nous sommes tous Un avec Toi, en Toi.

Dès lors, nous devrions cesser d’avoir peur : peur de perdre notre vie, notre temps ; peur de perdre notre argent, notre patrimoine ; peur de perdre nos frontières, notre intégrité… peur de l’autre, peur de Toi… peur de la vie, peur de la mort.

 

Éclairés par cette nouvelle inouïe, nous devrions ouvrir grand nos cœurs, nos bras et nos mains, et apprendre à donner sans compter, puisque nous sommes Un. Puisque quand nous donnons aux autres, c’est en fait à nous-mêmes et à Toi que nous donnons. Puisque le cercle est parfait, puisque la boucle est bouclée.

 

Désormais, nous devrions être pleinement ouverts à l’amour et à la compassion : nous réjouir avec celui qui rit ; verser des larmes avec celui qui pleure, en lui offrant soutien et consolation. Puisque nous sommes Un.

 

Père,

Nous t’en prions,

Viens élever notre conscience à cette réalité !

Qu’elle nous mobilise pour construire un monde plus juste et plus fraternel !

 

Comment pouvons-nous encore supporter l’injustice, la misère, la pauvreté, ici ou là-bas, d’un côté ou de l’autre de la planète ?... puisque nous sommes tous Un, unis à toi et aux autres.

 

Nous qui attendons, en ce temps de l’Avent, la Lumière de Noël.

Nous qui veillons l’Etoile au firmament du ciel, pour recevoir le Christ dans nos cœurs.

Ouvre nos consciences à cette divine révélation : qu’elle nous libère de toutes peurs !

 

Toi qui nous as dévoilé ce merveilleux secret – Nous ne faisons qu’Un – apprends-nous la Confiance, capable de déplacer les montagnes et de faire sourire les enfants.

 

Amen !

 

P.L.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Cantique "Peuples qui marchez dans la longue nuit.." :

ARC EN CIEL 316

ALLELUIA 31-29

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager par mail
Publié le 15 novembre 2016

Commentaires

Aucun commentaire