Vers une Déclaration de foi

Le Conseil national du 20 au 22 janvier dernier, a reçu les rapporteurs nationaux, Pierre Bühler et Katharina Schächl et a fait avec eux le point sur le processus synodal Vers une nouvelle Déclaration de foi

Ce travail s’inscrit dans la perspective de notre Eglise qui cherche à être, de manière renouvelée, « une Eglise de témoins ». Il a été accompagné et stimulé par la démarche d’animation « Protester pour Dieu, protester pour l’Homme - Quelles sont nos thèses pour l’Evangile aujourd’hui ? », menée depuis 2013. Il est en phase avec le 500è anniversaire de l’affichage des 95 thèses par Martin Luther, qui offre une occasion de s’inspirer de ce geste et d’y puiser un élan supplémentaire pour partager avec nos contemporains l’Evangile que nous avons reçu et qui nous fait vivre.

Rappel de la méthode

La revue, Ressources n°2 octobre 2015 complété par un second dossier comprenant une « proposition de base » ont rappelé les tenants et aboutissants de la démarche. Les paroisses et Eglises locales se sont saisies de ce thème au cours du premier semestre 2016, avec un grand intérêt et ont adressé en nombre rarement égalé leurs contributions aux rapporteurs régionaux.

Les rapporteurs régionaux et nationaux ont pris en compte ces apports, ces questions et les nombreuses critiques adressées à cette « proposition de base » pour rédiger une version 2 d’un projet de Déclaration de foi, à soumettre à l’avis des synodes régionaux.

Les synodes régionaux de novembre dernier se sont fortement mobilisés, en consacrant beaucoup d’énergie et de temps à ce sujet. Ils ont exprimé une insatisfaction à l’égard de cette deuxième version, et ont transmis de nombreuses propositions de modifications du texte pour l’améliorer. Ils ont notamment demandé que le texte soit plus clairement orienté vers le soutien au témoignage et qu’il exprime mieux une confiance et une espérance pour aujourd’hui et demain. 

Préparation du Synode national 2017

Les deux rapporteurs nationaux ont rendu compte au Conseil national de janvier 2017 de la manière dont ils ont reçu, avec l’appui des rapporteurs régionaux, les contributions régionales. Trois étapes se confirment :

Un processus synodal exigeant et exaltant

Il est exigeant car il nécessite du temps, il appelle chacun à exercer sa responsabilité propre, il nous met concrètement à l’épreuve de cette « soumission mutuelle » que nos liturgies placent au cœur de notre régime presbytérien synodal. Il est exaltant car il permet à chacun, à son tour, de contribuer au travail de tous, il favorise une co-construction, dont le résultat n’est pas connu à l’avance.


La patiente élaboration d’une parole commune, à partir de ce que nous croyons en Eglise, pour pouvoir mieux partager l’Evangile avec nos contemporains, est une chance qui nous est offerte.

Elle nous appelle à vivre la confiance qui nous est donnée en Jésus-Christ, une confiance dont notre monde a tant besoin et dont nous sommes faits témoins.

 

 

Partager par mail
Publié le 24 février 2017

Commentaires

Aucun commentaire