Nouveautés

OFFRANDE DES ECOLES DU DIMANCHE 2017-2018

 

 >Télécharger le tract

Projet de soutien aux écoles pour enfants des camps de réfugiés syriens au Liban

 

 

 

Le partenaire de l'Acton Chrétienne en Orient, NESSL, a une longue expérience dans l'enseignement. Le projet a démarré en février 2016 : quatre classes primaires ont été ouvertes (à Kab Elias, Minyara, Rayak et Tyr), accueillant en tout 234 élèves réfugiés syriens. Les enfants sont intégralement pris en charge, et bénéficient donc aussi d'un repas correct par jour, ils sont suivis aussi sur le plan sanitaire.  Lire l’article pour en savoir plus.

 

Le Liban, sur une surface 20% supérieure à l'Alsace, est habité par une population de 4,2 millions d'habitants, de 500 000 réfugiés palestiniens regroupés dans des camps (depuis 1948) et 1,2 millions de réfugiés syriens (officiels, le nombre réel est probablement bien plus élevé). Ils sont parqués dans des camps à l'écart des villes, et reçoivent une aide parcimonieuse de l'ONU. Les conditions d'hygiène sont assez déplorables.

 

Les écoles libanaises sont dans la mesure du possible (c'est-à-dire dans la limite des places disponibles) ouvertes aux enfants des réfugiés. Mais le doublement de la population scolaire en l'espace de deux ans n'a pas pu être absorbé par les écoles publiques, et bien des enfants sont complètement déscolarisés depuis maintenant 5 ans ! De plus, le programme libanais (orienté vers l'apprentissage très tôt de l'anglais ou du français) est assez différent du programme syrien (orienté vers l'apprentissage d'un arabe de bon niveau). On peut donc voir le long des rues des villes des enfants en train de mendier ou de vendre des chewing gums...

 

Bien des associations ont tenté de relever ce défi. Le partenaire de l'ACO, NESSL (National Evangelical Synod of Syria and Lebanon) a une longue expérience dans l'enseignement, avec des établissements connus et de bonne renommée. Le projet a mûri depuis 2014, et a fini par aboutir en février 2016 : quatre classes primaires ont été ouvertes (à Kab Elias, Minyara, Rayak et Tyr), accueillant en tout 234 élèves. Les enfants sont intégralement pris en charge, et bénéficient donc aussi d'un repas correct par jour, ils sont suivis aussi sur le plan sanitaire.

 

Ce sont chaque fois des locaux paroissiaux qui ont été rénovés et réaffectés à l'enseignement. Les enfants, eux, sont sans exception musulmans. Le Synode s'interdit tout prosélytisme, mais souhaite faire découvrir une chaleureuse atmosphère chrétienne à ces enfants victimes d'une crise dont ils ne sont en rien responsables.  Malgré les peurs de la population locale et les résistances, les écoles ont été ouvertes, et tout s'est bien passé : les enfants accueillis sont sages et studieux ! Visiblement, et probablement bien influencés par leurs parents, ils ont compris que l'éducation est pour eux la clé d'un avenir décent.

 

Les écoles utilisent le programme officiel qui a cours en Syrie, avec en quelque-sorte en bonus des cours d'anglais.

 

 

Photos prises à Kab Elias, dans cette paroisse de la vallée de la Beka.


Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article

Écrire un commentaire

Vous devez être connecté pour poster des commentaires. Me connecter