Culte du dimanche 28 mars 2021

Culte au temple de Bourg à 10h30, et en visio-conférence avec le lien suivant :

Sujet : Réunion Zoom de EPUdF Bresse Bugey Dombes - culte du 28 mars
Heure : 28 mars 2021 10:30 AM Paris

Participer à la réunion Zoom
https://us02web.zoom.us/j/2174748767?pwd=eDZDNUtnNGYrbVJJNm83Nko0anhRQT09

ID de réunion : 217 474 8767
Code secret : 8MnbRt

 

Cliquer sur le clocher pour sonner la cloche...

PROCLAMATION DE LA GRACE DE DIEU

Soyez les bienvenus en ce dimanche des Rameaux !
Jésus est entré à Jérusalem pour célébrer la Pâque.
Il désire aussi entrer chez vous pour vous emmener sur son chemin.
Jadis, les enfants des Hébreux l’ont accueilli en déposant des vêtements et des rameaux à ses pieds.
Ils chantaient : « Hosanna, béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! »
Accueillons-le à notre tour en chantant.
Amen.

Cantique 51-10 : Laisse-nous, Seigneur, entrer
écouter et/ou chanter : partition

LOUANGE

Louons le Seigneur avec le Psaume 148

1Alléluia ! Du haut des cieux, acclamez le Seigneur, acclamez-le, vous qui êtes là-haut ! 2Acclamez-le, vous tous ses anges, acclamez-le, vous toutes ses troupes. 3Acclamez-le, soleil et lune, acclamez-le, vous toutes, étoiles brillantes. 4Acclamez-le, espaces les plus élevés des cieux, et vous aussi, masses d'eau plus hautes encore. 5Que tous acclament le Seigneur, car il a commandé et tous furent créés. 6Il les a établis pour toujours, il leur a fixé une loi à ne pas enfreindre. 7Depuis la terre, acclamez le Seigneur, acclamez-le, océans et monstres marins ; 8vous aussi, feu et grêle, neige et brouillard, vent de tempête, qui es soumis à sa parole. 9Acclamez-le, montagnes et collines,arbres fruitiers, et tous les cèdres, 10animaux sauvages ou domestiques,oiseaux et reptiles. 11Acclamez-le, rois de la terre,et vous aussi, tous les peuples,les princes, les dirigeants de la terre. 12Garçons et filles, jeunes et vieux, acclamez-le ! 13Acclamez le Seigneur, car lui seul porte un grand nom,sa majesté s'étend sur la terre et les cieux. 14Il a rendu force et fierté à son peuple. C'est un titre de gloire pour ceux qui lui sont fidèles,pour tous les membres d'Israël, le peuple qui est proche de lui. Alléluia !

Cantique 41-42 : Chante Alléluia au Seigneur
écouter et/ou chanter : partition

PRIERE DE REPENTANCE ET DECLARATION DU PARDON

Nous savons qu’il est difficile de rester toujours en présence du Seigneur.
Je vous invite à la prière pour reconnaître notre faute ;
Seigneur,
Le jour des rameaux tu as envoyé tes disciples chercher un ânon pour te porter,
tu leur as dit si on vous demande pourquoi, vous direz le Seigneur en a besoin .
Pour nous, lorsqu'on nous a dit au sujet de nos biens : « Le Seigneur en a besoin », nous ne les avons pas donnés comme une chose qui t'appartienne, Seigneur.
Nous ne t'avons remis que nos fardeaux.
Lorsque tu as marché sur le chemin de notre vie, nous n'avons pas abandonné le lourd manteau de nos acquis, de nos certitudes ou de nos avoirs pour qu'il serve à ton avancée.
Et lorsque tu t'es approché de nous, nous ne t'avons pas reçu comme notre roi, nous n'avons pas chanté, nous n'avons pas crié de joie, nous avons plutôt fermé les portes de nos vies.
Seigneur, Pardonne-nous, reviens vers nous.
Amen.
Dieu a posé sur chacun et sur chacune de nous un regard d’amour, un regard de Père.Il nous invite à mettre en Lui notre confiance, à vivre tous les jours, son pardon et son amour. Il nous donne sa joie et sa paix.

Cantique 44-03 : Comme un enfant
écouter et/ou chanter : partition

PRIERE AVANT LA LECTURE DE LA BIBLE

Me voici Seigneur, je cherche ton regard je tends la main.
Ta Parole tombe en moi comme une pluie fine de printemps, nourrissant la terre.
Ta Parole me fait revivre, elle élargit mon cœur, elle déploie mes poumons, elle ravive mon corps.
Elle me rassure.
Elle desserre mon angoisse.
Devant toi je me relève, tenant ta main, je fais le premier pas.
Amen.

LECTURES BIBLIQUES

Marc 11 versets 1 à 11

1Quand ils approchent de Jérusalem, près des villages de Bethfagé et de Béthanie, ils arrivent vers le mont des Oliviers. Jésus envoie deux de ses disciples. Il leur dit : 2« Allez au village qui est devant vous. Dès que vous y entrerez, vous trouverez un petit âne attaché, sur lequel personne ne s'est encore assis. Détachez-le et amenez-le-moi. 3Si quelqu'un vous demande : “Pourquoi faites-vous cela ?”, dites-lui : “Le Seigneur en a besoin, mais il le renverra ici sans tarder.” » 4Ils partirent et trouvèrent un petit âne dehors, dans la rue, attaché à la porte d'une maison. Ils le détachèrent. 5Des gens qui se trouvaient là leur demandèrent : « Que faites-vous ? pourquoi détachez-vous cet ânon ? » 6Ils leur répondirent ce que Jésus avait dit, et on les laissa aller. 7Ils amenèrent l'ânon à Jésus ; ils posèrent leurs manteaux sur l'animal, et Jésus s'assit dessus. 8Beaucoup de gens étendirent leurs manteaux sur le chemin, et d'autres y mirent des branches vertes qu'ils avaient coupées dans la campagne. 9Ceux qui marchaient devant Jésus et ceux qui le suivaient criaient : « Hosanna ! Que Dieu bénisse celui qui vient au nom du Seigneur ! 10Que Dieu bénisse le règne qui vient, le règne de David notre père ! Hosanna au plus haut des cieux ! » 11Jésus entra à Jérusalem dans le temple. Après avoir tout regardé autour de lui, il partit pour Béthanie avec les douze disciples, car il était déjà tard.

Cantique 14-09 : Cherchez d’abord
écouter et/ou chanter : partition

PREDICATION

Qui parmi nous ne se souvient pas de ses années de catéchisme ? La rentrée dans Jérusalem sur un âne avec Jésus qui est acclamé comme un roi. Jésus est un roi humble, un roi qui est monté sur un âne, un roi pauvre, un roi pour les pauvres. Un texte qui est beaucoup repris dans les écoles bibliques, catéchismes, jardin biblique, culte famille et autre journée festives... Il existe plein de documents, de dessins de bricolage autour de ce texte. Mais ce texte se limite-t-il à cela ?
Pour les adultes, commentaires et autres méditations ne sont pas foison. Pourquoi ? Comme s’il fallait un cœur d’enfant pour que cette histoire nous interpelle ! C’est vrai qu’aujourd’hui j’ai un peu de mal à comprendre pourquoi ce texte, et qu’est ce qui à bien pu se passer pour qu’après un tel accueil, on en arrive à la mort sur une croix. Alors réfléchissons.
A la lecture, quatre choses m’ont étonnée :

L’histoire de ce matin se trouve dans les quatre évangiles avec quelques variantes, j’en déduis qu’elle a son importance.
Reprenons les quatre thèmes.
Jésus, le metteur en scène, c’est lui qui maîtrise les évènements. Jésus sait qu’il y a un âne sur la place du village devant eux. Il envoie le chercher et personne ne cause de problèmes aux disciples qui viennent prendre la bête. D’ailleurs, Jésus avait tout prévu. Ne dit-il pas : Si quelqu’un vous demande : « Pourquoi faites-vous cela ? », dites-lui : « Le Seigneur en a besoin », et il le renverra sans tarder. ». Il n’a aucune hésitation, il sait ce qui va se passer. « Le Seigneur en a besoin ». On peut remarquer qu’ici, il se définit comme Seigneur, maître. Il utilise le mot par lequel les premiers chrétiens l’appelleront, il se nomme lui-même par ce qui sera une première confession de foi !
De plus dans cette mise en scène il s’ancre dans la tradition hébraïque qui voulait que le Messie arrive, monté sur un âne (Zacharie 9 verset 9), par le mont des Oliviers du côté Est de Jérusalem (Zacharie 14 verset 4).
Le choix de l’animal. Nous savons que Jésus se fait acclamer par le peuple, il est accueilli par un peuple en liesse. Je me suis toujours demandée pourquoi avoir choisi l’âne, quitte à être un roi autant faire les choses en grand, autant monter un cheval, avoir de la hauteur, mais un âne ! Dans nos pays occidentaux, l’âne est connu pour être ignorant, fou, disgracieux, têtu, bête. Tous nous avons entendu des histoires au sujet des « oreilles d’âne » dans les écoles d’antan ! Je ne connais pas d’expression qui ne soit pas péjorative au sujet des ânes. Je pense que cette image négative de l’âne jouait également dans ma compréhension du texte.
Mais sous d’autres latitudes et à d’autres époques l’âne avait une toute autre réputation. L’âne d’Orient est plus grand que ceux d’Europes. Il est plus robuste et peut trotter des heures avec un cavalier ou une charge sur le dos. C’est une bête travailleuse qui sert souvent de bête de somme, c’est la monture des riches. Jusqu’à la domestication du cheval, l’âne servait à la guerre, était offert en cadeau diplomatique. L’âne est un animal familier dans la bible, Il fait partie de la richesse des hommes de la même manière que les bœufs. Dans Exode 12, il nous est dit : « Mais le septième jour, tu te reposeras, afin que ton boeuf et ton âne aient du repos, afin que le fils de ton esclave et l'étranger aient du relâche ».
L’âne est la monture des rois : pour l’intronisation de Salomon comme Roi d’Israël est de Juda, il se déplace sur la mule royale de David (1 Roi1 versets 33 à 38). Quant au prophète Zacharie, n’annonce-t-il pas « Danse de toutes tes forces, ville de Sion ! Oui, pousse des cris de joie, Jérusalem !Regarde ! Ton roi vient vers toi. Il est juste, victorieux et humble. Il est monté sur un âne, sur un ânon, le petit d'une ânesse. » (Zacharie 9 verset 9)
Oui la mise en scène est parfaite. Comme annoncé dans l’ancien testament, Jésus arrive de l’Est, par le mont des Oliviers, monté sur un ânon. Il se présente aux habitant de façon royale, sous la forme d’un roi incarnant la paix.
Pourquoi les manteaux ?
Ceux qui était là sont en liesse. D’abord les disciples, puis les autres gens enlèvent leur manteau pour que Jésus puisse soit s’assoir dessus, soit marcher dessus comme sur un tapis rouge à la descente d’avion d’un président.
Adam et Eve ont compris qu’ils était nus après avoir mangé le fruit de l’arbre de la connaissance, le vêtement commence alors à faire partie de la personne, il leur redonne de la personnalité, leur personnalité. Et cela est encore le cas aujourd’hui : nos jeunes ont leurs codes vestimentaires et c’est souvent par eux qu’ils se définissent. Il en est bien sûr de même pour nous. Parmi tous les vêtements, le manteau était sûrement le plus important il y a plus de 2000 ans. Il était plus lourd que les autres vêtements, il protégeait du froid, de la pluie, du vent. Il servait de couverture pour la nuit. D’ailleurs, il était interdit de prendre en gage ce vêtement pendant la nuit (Exode 22 verset 26).
Et nous connaissons tous l’histoire où David coupe le pan du manteau de Saul pendant son sommeil. Dans ce cas, il lui prend en fait sa royauté. De même, Elisée prend le manteau d’Elie après sa mort. Ici nous sommes dans la transmission de la charge de prophète.
Un roi enlevait également son manteau lorsqu’il était en deuil ou qu’il se repentait. Ce fut le cas pour le roi de Ninive après l’avertissement donné par Jonas.
Je comprends donc qu’en déposant ainsi leurs manteaux les disciples et la foule acceptent de se mettre dans une situation de fragilité devant Jésus. Oui il l’accueille comme un roi, un roi en qui ils ont toutes confiance.
Marc nous précise que les personnes présentent avaient des rameaux et qu’elles les jetaient sur le passage, sur cette route faite à l’aide des manteaux. Alors j’ai du mal à croire que toutes ces personnes se trouvaient là par hasard. Non elles sont venues spécialement pour l’arrivée de Jésus à Jérusalem. Certaines ont peut-être même fait une partie de la route avec lui et les disciples. On peut se demander comment en deux trois jours, la foule en liesse peut se retourner contre Jésus et lui préférer Barabas lors du procès ? L’explication est peut-être dans ce qui se passe le lendemain, quand Jésus chasse les marchands du temple, la maison de son père dont les occupants ont fait une maison de marchandage au lieu d’une maison de prières. Je crois que l’incompréhension vient de là. Les marchands faisaient partie des officiants du temple, qui d’une certaine manière permettaient les sacrifices et le bon fonctionnement du lieu saint. Le prêtres ne pouvaient l’accepter.
Venons-en maintenant aux deux bénédictions.
L’accueil fait à Jésus fut triomphal : en plus de branches vertes, le peuple chantait les paroles du Psaume 118 verset 26 « Hosanna ! Que Dieu bénisse celui qui vient au nom du Seigneur ! » suivie de cette deuxième bénédiction dont je n’ai pas trouvé d’autre référence biblique que celle dans Marc : « Que Dieu bénisse le règne qui vient, le règne de David notre père ! ».
Hosanna était une demande d’aide à Dieu, une demande de salut. Nous pouvons donc comprendre qu’Hosanna était le chant des pèlerins lorsqu’ils montaient au Temple de Jérusalem pour Paques. Avec le temps, cette demande est devenue une exclamation de la joie, une expression de louange. La suite correspond aux paroles d’accueil que les prêtres adressaient aux pèlerins dans l’enceinte du temple. C’est une bénédiction de la part des prêtres. Dans notre texte, c’est la foule qui adresse cet accueil à Jésus. Ici, il semble que la foule a pris la place des prêtres et que Jésus celle du pèlerin. Cela pourrait laisser comprendre que Jésus est le nouveau temple, et la foule reconnait en lui un nouvel envoyé de Dieu, un nouveau prophète, le messie pour ses disciples
« Que Dieu bénisse le règne qui vient, le règne de David notre père ! Hosanna au plus haut des cieux ! »
La deuxième bénédiction a été faite selon le même modèle que la précédente. Je suis étonnée par deux petites choses ;

Si j’en reviens à ce qui m’a interpellé dès le début du texte, la mise en scène, le choix de l’ânon, les manteaux et la bénédiction, je pense que ce texte est porteur d’un message et que la réalité des faits n’a que peu d’importance. Ce texte fait partie d’une liturgie qui permet d’accompagner Jésus dans sa passion, sa mort et sa résurrection. Autre détail qui me conforte dans cette idée, sur l’ensemble des textes qui suivent, Jésus ne fait que des allers-retours entre Jérusalem et Béthanie. Il rentre le soir et revient le matin. C’est comme si chaque évènement se passait sur une journée, comme si chaque texte permettait la commémoration de la passion du Christ sur une période donnée.
Ce texte est une confession de foi que nous pouvons faire nôtre :
Jésus, notre Seigneur, Roi de paix, nous te suivons et déposons devant Toi toutes nos fragilités, en mettant notre cœur à nu, en te confessant comme notre messie.
Amen.

Cantique 44-15 : C’est vers Toi que je me tourne
écouter et/ou chanter : partition

CONFESSION DE FOI

Eclairés et rassemblés par la Parole de Dieu, nous affirmons notre foi :
Parce que Jésus est entré dans le monde et dans l'histoire
Brisant le silence de l'agonie, nous avons aujourd'hui l'espérance.
Parce que Jésus a rempli la terre de sa gloire
et qu'il fut lumière dans notre terre froide,
nous savons que son royaume s'est approché de nous.
Et parce que Jésus a vécu toute sa vie en semant l'amour
et en ébranlant des cœurs endurcis,
nous regardons aujourd'hui avec confiance l'avenir
et nous attendons avec assurance le royaume qui vient.
Que tout genoux fléchisse au nom de Jésus
et que toute langue confesse que Jésus est Seigneur
à la gloire de Dieu le Père
Amen

Cantique 62-79 : Rendons gloire à Dieu, notre Père
écouter et/ou chanter : partition

INTERCESSION

En ce dimanche des Rameaux et de la Passion, confions à Dieu notre monde et tous les besoins de nos frères les Hommes. Nous nous unissons dans la prière :

Seigneur Jésus, tu es entré à Jérusalem accueilli par ton peuple, dans la joie et l’allégresse.
Nous te prions pour l’Église, pour ses communautés, grandes ou petites, vivantes ou léthargiques, influentes ou persécutées. Que ta venue renouvelle la foi de ton Église pour qu’elle annonce au monde ta Bonne Nouvelle.
Seigneur Jésus, tu es entré à Jérusalem et devant toi s’est ouvert le chemin de la Passion.
Nous te prions pour celles et ceux qui sont abattus et tourmentés, opprimés et humiliés. Nous Te prions pour les prisonniers : qu’ils soient traités avec justice et que leur existence d’êtres humains soit respectée ! Que tous te rencontrent sur leur chemin et puisent auprès de toi force et persévérance.
Seigneur Jésus, tu es entré à Jérusalem et tu as connu la mort.
Nous te prions pour celles et ceux qui ont perdu un proche dans des conditions difficiles telles qu’un accident, un suicide, la maladie.
Nous te remettons aussi tous nos soignants et accompagnants en cette période si particulière de pandémie Que ta miséricorde renouvelle leur confiance, et qu’ils trouvent en toi le chemin de la paix.
Seigneur Jésus, dans ta montée vers la croix, tu rejoins chacun dans son existence. Nous t’en rendons grâce, toi qui es béni pour les siècles des siècles.

Et comme Jésus l'a enseigné à ses disciples, nous te disons tous ensemble :
NOTRE PERE
Notre Père qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne, que ta volonté soit faite
sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour ;
pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du mal,
car c'est à toi qu'appartiennent le règne,
la puissance et la gloire,
aux siècles des siècles.
Amen.


OFFRANDE

Voici le moment de l’offrande.
Nous pouvons, par notre don, manifester que le Christ est vraiment le Seigneur de nos vies et de nos biens.
Père, accepte notre offrande joyeuse que nous allons faire, l’offrande de notre argent, l’offrande de notre travail, l’offrande du temps nécessaire à l’écoute et toute offrande que nous inspire ton amour.
Amen.

ENVOI

Les habitants de Jérusalem ont accueilli Jésus au cri de
« Hosanna ! Que Dieu bénisse celui qui vient au nom du Seigneur ! »
Que chacun de nous puisse dire de même.
Recevons la bénédiction de la part du Seigneur

BENEDICTION

Dieu vous bénit.
Que la lumière du Père éclaire votre chemin.
Que la parole du Christ sanctifie votre vie.
Que la communion de l'Esprit-Saint fortifie votre cœur.
Amen.

Cantique 62-86 : Toi, lève-toi Strophes 1 et 4
écouter et/ou chanter : partition