Culte du dimanche 8 novembre 2020

Culte préparé par Gérémie Nguea et mis en ligne par Jean-Daniel et Catherine Boutin

Le culte sera diffusé en direct depuis le temple à 10h30 sur Zoom:
https://us02web.zoom.us/j/89926569798?pwd=aW9obysrUGdjbFZkNlRiT0JMVUFiZz09

ID de réunion : 899 2656 9798
Mot de passe : 3aPYzu

Il semblerait que cette image ait quelques difficultés à se charger...

Cliquer sur le clocher pour sonner la cloche...

C’est dans l’amour et dans la joie de notre Seigneur que je vous salue aujourd’hui.
Bienvenue à tous frères et sœurs, en ce moment ou nous retrouvons pour la plupart en mode Visio au nom de Dieu et de notre Seigneur Jésus-Christ.
Oui le contexte de crise sanitaire actuelle, nous amène à nous adapter et à continuer à écouter et méditer la parole.

Avant toute chose nous nous rappelons la certitude de la bonne nouvelle de l'Évangile et de la grâce qui nous sont données de la part de Dieu le Père et de Jésus-Christ notre Seigneur. Que chacun de nous reçoive de lui : la vie, la joie profonde et la paix parfaite, qui seules viennent de Dieu.

Et nous chantons le cantique Alléluia 21/08 « C’est toi Seigneur qui nous unis » (p.236)
écouter et/ou chanter : partition

Louange

Nous louons le Seigneur avec le psaume 8
O Seigneur, notre Dieu, qu'il est grand ton nom par toute la terre!
Jusqu'aux cieux, ta splendeur est chantée
par la bouche des enfants, des tout-petits:
rempart que tu opposes à l'adversaire.
A voir ton ciel, ouvrage de tes doigts
la lune et les étoiles que tu fixas,
qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui,
le fils d'un homme, que tu en prennes souci ?
O Seigneur, notre Dieu qu'il est grand ton nom par toute la terre
nous chantons ta gloire. Psaume 36 les deux premières strophes

Cantique Alléluia 21/16 « Avec toi Seigneur, tous ensembles »
écouter et/ou chanter : partition

Prière de repentance

Je vous invite à la prière

Après la pluie, le soleil.
Après la nuit, le jour.
Les siècles passent.
Jour après jour, la vie s’écoule.
Certains naissent, d’autres meurent.
Qui sommes-nous?

Dieu est présent.
Mais nous, souvent, nous sommes absents en nous-mêmes, absents devant Dieu.
Dieu est présent par son Esprit.
Mais nous, malheureusement, nous le fuyons.
Dieu est présent et il est venu en Jésus Christ il y a 2000 ans. Mais avec le monde, il nous arrive d’en douter, de l’oublier, de le chasser.
Et Dieu vient encore nous chercher, nous appeler.
Mais avec le monde, il nous arrive de fuir dans la superficialité, l’indifférence, l’insouciance et la suffisance.
Seigneur, pardonne-nous

Cantique Alléluia 43/06 « Mon Dieu, mon Père » strophes 1 et 2 (page 641)
écouter et/ou chanter : partition

Annonce du pardon

Le Christ est notre paix.
De ceux qui étaient séparés il n’a fait qu’un.
Il a renversé les murs de séparation,
par sa mort il nous a réconciliés
en un seul corps et avec Dieu.
Pour quiconque se repent et croit,
il y a promesse de réconciliation.
Il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ.
Sûrs de son pardon, marchons dans la paix et dans la joie de Dieu.

Cantique 61/32 « Dieu tout-puissant » strophe 1 (page 93)
écouter et/ou chanter : partition


Volonté de Dieu


Pardonnés et libérés, écoutons ce que Dieu veut pour nous et nous donne la force de faire :

“Vous avez été appelés à être libres.
Seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte pour vivre selon les désirs de votre propre nature. Au contraire, laissez-vous guider par l’amour pour vous mettre au service les uns des autres. Car toute loi se résume dans ce seul commandement: aime ton prochain comme toi-même.”

Cantique 53/04 « Ô Seigneur dans mon cœur je t’écoute »
écouter et/ou chanter : partition

Nous prions Dieu avant de lire les Ecritures

Tu es venu, Jésus, pour partager toute notre existence.
Tu sais le poids d’un cœur chargé de doute et de souffrance.
Tu es venu guérir, tu es venu parler.
Nous dire enfin toute la vérité sur Dieu et sur nous-mêmes.
Que notre esprit s’ouvre à ta voix, et que nous sachions par ta croix, à quel point tu nous aimes.
Amen

Écoutons la parole

Mathieu 25, verset 1 à 13

1Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l’époux. 2Cinq d’entre elles étaient folles, et cinq sages. 3Les folles, en prenant leurs lampes, ne prirent point d’huile avec elles; 4mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l’huile dans des vases. 5Comme l’époux tardait, toutes s’assoupirent et s’endormirent. 6Au milieu de la nuit, on cria: Voici l’époux, allez à sa rencontre! 7Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. 8Les folles dirent aux sages: Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent. 9Les sages répondirent: Non; il n’y en aurait pas assez pour nous et pour vous; allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. 10Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. 11Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent: Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. 12Mais il répondit: Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. 13Veillez donc, puisque vous ne savez ni le jour, ni l’heure.

Méditons

La Bible à cette spécificité théologique de présenter le Salut sous plusieurs images qui nous déplacent et nous bousculent dans nos certitudes.
Le Salut dans le texte que nous venons de lire se présente sous les traits d'une noce. Dieu se lie à ses enfants par un lien d'amour et de fidélité semblable à celui des époux. Les chrétiens rencontreront le seigneur, pour le moins c’est leur espérance, ils sont donc invités maintenant à se préparer, à l’exemple des dix vierges dans le passage que nous venons de lire.
Dix vierges donc cinq imprudentes et cinq sages. Peut-être pourrait-on dire qu’il y’a dans le Royaume de Dieu, parmi ceux qui sont appelés au Salut, des insensés et des sages, et quand Jésus-Christ reviendra, les insensés seront retranchés, mis de côtés, et les sages hériteront le royaume ?
On retrouve des parallèles faisant allusion à cette séparation dans la bible, on pourrait citer par exemple en Mathieu (25 :31-46), faisant référence aux jugements derniers, le fait que Jésus sépare les brebis (justes) des boucs (méchants) en disant : « Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. » Aux autres, il dit : « Retirez-vous de moi, maudits ; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges. »
Evidemment, ce qui nous interpelle le plus souvent reste ce critère de sélection.
Qu’est donc devenue la justification par la foi qui nous anime ?
Est-on sauvé d’emblée avec le sacrifice parfait du christ ? Ou seulement à la fin du monde? La foi seule sauve-t-elle ?
Autant de questions qu’on pourrait se poser.
En se replongeant dans le texte, les imprudentes, en prenant leurs lampes, ne prirent point d’huile avec elles, mais les sages prirent, avec leurs lampes, de l’huile dans des vases.
Les sages sont donc prêts  et c’est elles qui seront sauvées.

Que faut-il faire aujourd’hui pour être vraiment prêts ? S’abstenir de nous insérer dans le monde pour attendre le retour du seigneur ?
Nous connaissons sur ce point les conséquences d’une telle conception, qui peuvent parfois nous amener à être coupé du monde, au lieu de s’insérer et de vivre pleinement à fin d’être aussi des acteurs. Encore que sur ce sujet qui pourrait dire avec exactitude l’heure de la parousie ? (Le retour du seigneur) ?
L’histoire d’ailleurs enseigne la prudence sur cette attente, car, beaucoup de croyant on cru lire à travers les signes du temps (tremblement de terre, guerres et autres), l’approche de la fin du monde ceci en se débarrassent de tout ce qu’ils possédaient pour se consacrer à l’attente du retour proche du seigneur, ce retour qui, nous le savons, tarde encore à venir.
C’est vrai le jour du Seigneur viendra, comme un voleur dans la nuit nous enseigne la bible. Il ne s’agit pas de réfuter cet avènement, ou de désespérer, mais de savoir comment veiller ?
Veiller est-ce mener une vie extérieurement chrétien­ne ?
Cela ne suffit pas, car quoique je fasse, je constate que je suis limité, on ne saurait être parfait. C’est d’ailleurs ce que fait remarquer l’apôtre Paul, celui qui fut un pharisien s’attachant aux écritures et combattant les autres, parce qu’il pensait que le Salut se mérite et que tout devrait passer aux cribles de l’écriture, reconnaît en Matthieu 23:4 que face aux prescriptions et nombreuses obligations, les pharisiens lient des fardeaux pesants, les mettent sur les épaules des hommes, et ne veulent pas les remuer du doigt, ils disent les prescriptions, et ne le font pas.

En effet, l’apôtre Paul n’était pas un surhomme, il a dû certainement cheminer et se rendre compte qu’on ne peut être jugés à ce qu’on fait, car parfois, notre vie est souvent faite de contradictions sans que nous nous en rendions compte. Il n'est pas facile, de toujours bien accorder nos paroles avec nos actes : l’apôtre Paul réalisait d’ailleurs qu’il ne fait pas le bien qu’il voudrait, mais le mal qu’il ne voudrait pas. On pourrait multiplier des exemples sur ce sujet, qui nous amènent à ce constat qu’on ne saurait restreindre le salut sur nos œuvres.

Alors comment veiller ?

Avant de revenir sur cette expression, il importe de se replonger de plus près dans le texte sur l’attitude des filles imprudentes, qui n’ont pas prit le soin de vérifier si elles avaient suffisamment d’huile.

On pourrait bien expliquer leur attitude par plusieurs expressions à savoir, être laxiste, ne pas savoir exactement ce qu’on veut, pour mieux dire être incertain, douter.
Le Seigneur vomit les tièdes, peut-être que la fin du texte vient nous le confirmer.
Mais arrêtons-nous encore sur cette attitude d’incertitude, de doute. Les filles imprudentes ont peut-être douté par le fait de ne pas vérifier qu’il y’avait assez d’huile pour l’atente du Seigneur, en tout cas elles semblaient être incertaines, mais n’est-ce pas une attitude qui nous revient souvent ?
Douter n’est-ce pas humain ?
Ne ressemblons nous pas à ces filles chaque fois que nous doutons, que nous sommes incertain ?
La foi n’est-elle pas souvent une affaire de doute ?
En effet, douter nous permet souvent de nous remettre en question, de ne pas toujours camper sur des certitudes. Il faut en effet que je doute pour questionner, chercher, car ne pas douter pourrait souvent nous renvoyer à des attitudes intégristes. L’actualité en dit long sur ce sujet.

On pourrait peut-être encore expliquer l’attitude des filles imprudentes en disant qu’elles étaient matérialistes. Qu’elles ressemblent à ces personnes qui ménagent l’extérieure et qui aux dedans sont différentes. Elles ont prit la lampe et ne se sont pas occupées de l’huile qui devait l’entretenir. Pour mieux dire elles sont sensibles au palpable, ce qu’elles voient, et ne se préoccupent pas du reste. À cela il semble donc que vivre pleinement notre monde incombe de lier aussi la spiritualité. Cette spiritualité qui à l’image de l’huile entretient notre corps.

Mais puisque rien n’est dit du texte sur cette attitude, il est difficile d’affirmer qu’elles ne le pensaient pas.
Le texte parle d’ailleurs de dix vierges.
Saint Augustin, père de l’Eglise dira par ‘’vierge’’, que ce sont les âmes de tous les chrétiens, autrement dit, les vierges ne sont pas seulement celles-là qui font profession de virginité ; le terme vierge s’applique aussi à tous les chrétiens.
Donc, les vierges imprudentes étaient aussi chrétiennes.
Elles sortent pour aller au-devant de l’Époux. Cette sortie suppose en elles le désir de faire leur salut ; le désir de rencontrer l’époux, même si l’incertitude demeure, on peut bien dire que cette sortie s’effectue par la foi et l’espérance. On ne sort pas ainsi, quand on ne croit pas à une vérité. On ne sort pas ainsi, quand on n’a pas au fond de soi quelque chose qui nous sti­mule. On voit bien qu’il est difficile d’affirmer que les vierges imprudentes n’étaient que matérialistes.
Mais alors, Veillez ? Que voulait bien dire le seigneur ?

Les vierges sages ont été prévoyantes, si cette attitude se vérifie pour elles constamment dans la vie, cela pourrait bien paraître comme un idéal que nous devons suivre, idéal qui nous échappe, mais qui nous incite toujours à répartir quant nous nous endormons.
Bref idéal comme cheminement.
Amen


Cantique Alléluia 43/10 « Tel que je suis » (page 648)
écouter et/ou chanter : partition

Nous confessons notre foi

Nous croyons en Dieu, notre Père.
Nous croyons qu’il a créé le monde pour l’être humain.
Nous croyons qu’il a tout créé dans la même joie et le même émerveillement.

Nous croyons en Jésus, le Christ, le Fils de Dieu. Il est venu chez nous et pour nous. Il a vécu comme nous, mais en allant jusqu’au bout de la vérité, de l’amour et du don.
Nous croyons en l’Esprit saint, par qui le monde reçoit la vie et l’amour, et qui rend possible toute justice et toute espérance.

Cantique Alléluia 41/07 « Jésus ton nom est le plus beau » deux premières strophes
écouter et/ou chanter : partition

Annonces

Prenez soin de vous et des autres...

Offrande

Message de la part de nos trésoriers :

Par votre don vous donnez vie à l'Eglise car votre don lui permet de vivre. Le DON, qu'il soit gouttelettes ou flot abondant, est toujours source de VIE.

Voici comment faire :

D'avance, merci à vous.

Prions

Seigneur, répand ta lumière sur tous ceux qui, dans la nuit du doute et du découragement, te cherchent, sans pouvoir te trouver. Toi, Prince de la paix, Suscite entre les hommes le désir d’instaurer une paix juste et durable. Fais de nous des semeurs de paix, des artisans de justice Espérance de tous ceux qui souffrent, nous te confions les grands malades, tous ceux qui viennent à toi dans ce contexte de crise sanitaire, ceux qui sont victimes de la haine, de la guerre, des intempéries, et tous ceux qui, pour quelque raison, se sentent tristes, délaissés ou méprisés. Reçois nos prières, Seigneur, comme une forme d’engagement de notre part, car nous savons que tu as aussi besoin de nous. Que ta lumière soit pour tous une source de joie et d’espoir. Réveille en nous l’ardente conscience d’une foi vécue concrètement au milieu du monde, au service des hommes et des femmes de ce temps.
Et ici nos cœurs se peuplent de noms et de visages, de projets et de vies. Nous voulons les réunir devant toi, en te disant Notre Père…

Cantique Alléluia 36/24 : « Tous unis dans l’esprit » strophes 1 et 4
écouter et/ou chanter : partition

Dieu nous envoie dans le monde

Béni soit Dieu,
Il nous a donné sa Parole pour que nous l’entendions,
Il nous a promis son Royaume pour que nous espérions.
Allons, avec nos sœurs et nos frères,
Dans l’audace et l’adoration,
“la joie de Dieu sera notre force”.

Recevons la bénédiction de Dieu

Que le Dieu trois fois saint, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob,
Le Dieu de Jésus Christ nous bénisse et nous garde.
Qu’au creux de nos vies, des épreuves, et dans un contexte de crise sanitaire comme le nôtre, qu’il dépose l'espérance.
Que dans le creux de nos mains, Il dépose son amour.
Qu’au fond de nos yeux, Il dépose sa lumière.
Que dans le fond de vos cœurs, Il dépose sa paix.
Amen

Cantique Alléluia 62/81 « Que la grâce de Dieu » (page 1005)
écouter et/ou chanter : partition