Pièce de théâtre "Jésus, la bio interdite", le samedi 18 mars 2017 à 20h30 à Elbeuf

Ecrit et interprété par Pierre-Philippe Devaux. 

 

« C’était trop bien, hein ? », « Oh ! Oui, super, vraiment super bien ! ». Il n’y avait que des propos de cette tonalité-là samedi 18 mars au Temple d’Elbeuf après le spectacle de Pierre-Philippe Devaux ; déjà auparavant, les applaudissements de la cinquantaine de spectateurs avaient été très nourris, avec des visages heureux, souriants, aux yeux pétillants d’une joie d’être là, d’avoir assisté à cette bio…tonique en diable (si j’ose dire…)!

C’est donc dire que le pari de cette biographie « décalée » du ministère de Jésus était réussi. Il faut dire que, depuis 1995, l’auteur-interprète a montré souvent ses talents pour le théâtre, la TV ou le cinéma au point d’être lauréat des éditions off du festival d’Avignon en 2015. Mais quand même, c’était une performance car Pierre-Philippe est seul en scène pendant 75 minutes, sur une estrade nue (pas de décor, de meuble, pas de costume d’époque, pas de musique !) : il faut donc susciter constamment l’intérêt en variant les rythmes, les tons, la gestuelle, les personnages etc… Pari surmonté car des temps morts… je n’en ai pas vus un seul !

« Bio », c‘est « la vie » en grec et, en effet, ce fut la biographie « vivante » de Jésus racontée par Jude, surnommé Thaddée, un des 12 apôtres, qui essaie d’écrire pour l’éternité et sur des tablettes d’argile l’essentiel de la vie commune avec ce maître, lors des 3 années de son magistère. Pierre-Philippe met en scène une bonne douzaine d’histoires bibliques connues (la multiplication des pains, les noces de Cana, le bon Samaritain, la guérison d’un aveugle, la résurrection de Lazare, la femme adultère…) et interprète près d’une vingtaine de personnages ! Parfois attendus comme Jésus himself, un marchand du Temple ou bien Pierre, mais parfois plus inattendus comme… un loup ou dans leur interprétation comme ce Bartimée tout droit sorti de chez nos ghettos immigrés de banlieues ou ce centurion romain à l’accent italien genre Aldo Maccione ou bien encore ces autres personnages au phrasé issu directement de… Fabrice Luchini ou de François Hollande !!! Et ce, pour le plus grand bonheur de la salle !

Mais au-delà de ces partis-pris théâtraux, Thaddée se demande ce qu’il faut retenir de ces 3 années si riches en émotions, enseignements, situations. Et comment les transcrire ? Au travers de ses interrogations personnelles, Thaddée nous pose les mêmes questions. Que retenons-nous de ces 3 ans de Jésus ? Comment les transcrivons-nous dans nos vies aujourd’hui ? Du grand spectacle donc… mais pas que !

Merci à Pierre-Philippe, aux organisateurs et vivement le prochain spectacle !

Pierre Langlois.

Pour s'informer sur la pièce et l'auteur: www.coupdechapeau.fr

 

Partager par mail
Publié le 09 février 2017

Commentaires

Aucun commentaire