Être témoin de l'Évangile aujourd'hui

Depuis son apparition il y a bientôt cinq siècles, le protestantisme français s'est toujours considéré comme un « petit troupeau ». Son ultra-minorité l'a conduit à dévelop­per une manière d'être Église où l'on se serre les coudes, où l'on affiche une identité forte et sélective, ouverte à d'autres pourvu qu'ils s'y assimilent. Dans un contexte de société stable, où le culte majoritaire, catholique, pouvait être écrasant, cette manière d'être Église était pertinente. Elle a permis aux protestants français de tenir bon.

Mais ce monde a changé. En France, toutes les religions sont désormais minoritaires. De nouveaux cultes sont apparus. Les affiliations sont devenues mouvantes et peu lisibles. Croire est une démarche individuelle, choisie et évolutive. L'Évangile est très largement méconnu.

S'ils veulent faire connaître cette « bonne nouvelle » qui les fait vivre, les protestants français ne peuvent plus se contenter d'être convaincus et accueillants. II leur faut aller à la rencontre de leurs contemporains, pour partager avec eux cet Évangile, tel que la Réforme protestante l'a reçu et compris - un Évangile qui n'a jamais été aussi pertinent.

Les protestants doivent donc évoluer dans leur manière d'être Église, et particulièrement les protestants luthériens et réformés qui cultivent volontiers une certaine réserve. Ils le doivent et ils le veulent : c'est pourquoi ils réalisent leur union dans l'Église protestante unie de France.

Cette union, c'est un élan pour une Église de témoins.

En accueillant au sein de la même Église deux traditions qui se conjuguent tout en restant toutes deux vivantes, il s'agit tant pour les réformés que pour les luthériens de se laisser décentrer. Se laisser décentrer les uns par les autres, pour ensemble mieux se laisser décentrer par Jésus, le Christ, qui appelle à la rencontre.

Cette union prend ainsi le contre-pied des peurs identitaires si fréquentes, notam­ment dans le monde religieux. Elle est le signe d'une grande confiance : confiance reçue de Dieu, confiance les uns dans les autres, confiance dans la rencontre avec les contemporains, confiance dans la capacité à renouveler le langage pour témoigner de  l'Évangile - et ce sera le premier grand chantier de cette Église unie, à l'horizon 2017.

En manifestant une volonté d'être témoin de manière renouvelée pour aujourd'hui et pour demain, la création de l'Église protestante unie de France ouvre le protestan­tisme « classique », luthéro-réformé, à une nouvelle page de son histoire.

Visiter le site de l'expo www.eglisedetemoins.fr