Retrouver l’audace du témoignage

 

« Allez, faites de toutes les nations mes disciples... » 
Matt 28,19

« Vous serez mes témoins à Jérusalem, en Judée et en Samarie
et jusqu’aux extrémités de la terre »
 
Actes 1,9

« La promesse est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin » 
Actes 2,39

 

Il faut le reconnaître : l’Eglise primitive ne manquait pas d’audace ! Propulsés par l’Esprit Saint le jour de la Pentecôte, leur message a résonné dans les rues et leurs actions ont interpelé, parfois jusqu’à troubler l’ordre public ! Malgré les tentations de repli et des conflits ouverts, les premières communautés chrétiennes témoignaient d’un message radical où riches et pauvres sont accueillis à égalité par Dieu, où juifs et païens prennent place à la même table, où chacun peut connaître une vie nouvelle en Jésus-Christ et peut devenir à son tour témoin d’un message de joie. Oui, de l’audace !

L’Eglise protestante Unie de France est héritière à la fois de ce souffle initial et d’une histoire qui lui est particulière. Dès ses origines, le protestantisme français s’est forgé une identité de petite minorité en opposition à une religion catholique dominante. De cette fragilité a jailli un témoignage de foi profond et courageux, mais discret : celui d’une transmission fidèle interne de génération en génération.

 

Aujourd’hui, la situation a changé. Notre interlocuteur n’est plus une religion dominante à qui on s’oppose, mais une société laïque dans laquelle on s’engage. Une société consciente de ses limites et de ses précarités. Une société en recherche, où des modes de transmission sont en pleine évolution, des appartenances religieuses sont plus fluides et des moyens de communication plus directs.

Et nos Églises changent aussi. Si nos paroisses sont moins fréquentées par tradition, elles le sont plus par conviction. Elles s’enrichissent de l’arrivée de personnes sans lien avec le protestantisme historique français, souvent issues de l’immigration.

Tout ceci interpelle notre modèle du témoignage discret et nous invite à retrouver la force d’un témoignage plus ouvert, plus explicite, plus audacieux. Il s’agit d’une invitation à devenir une Église de témoins.

 

Pour cela, nous avons des atouts, qui sont autant de défis :

En 2007, c’était justement « en vue d’un meilleur témoignage de l’Evangile » que le processus a été lancé, qui a conduit à la création de l’Eglise Protestante Unie de France. Une période d’expérimentation s’est ouverte, qui a permis à des régions de faire évoluer le modèle traditionnel de paroisse vers de nouveaux « ensembles » tournés vers l’extérieur, ou de lancer des équipes pastorales missionnaires, ou encore d’initier de nouvelles implantations d’Église dans un souci d’évangélisation.

En 2010, le projet « Écoute ! Dieu nous parle... a fait un pas de plus, en encourageant des expressions renouvelées de témoignage communautaire, enracinées dans la vie locale. Des expositions, des cultes autrement, le Voyage au Pays de la foi, des conférences et des concerts, des projets internet... Parallèlement, des formations au témoignage sont développées pour aider les membres de nos Églises à parler plus librement de leur foi.

Ces initiatives sont encourageantes. Mais le témoignage n’est pas d’abord une affaire de méthodes ou de stratégies, aussi utiles soient-elles.

C’est une question de confiance : en un Dieu qui se donne par amour et qui nous invite à partager sa vie généreuse. C’est une question de rencontre : avec Dieu et avec l’autre, fondée sur la liberté et le respect. C’est une question d’ouverture : à l’inattendu de Dieu, à ces signes qui nous interpellent et nous surprennent, et qui sont des chances à saisir pour dire tout haut la bonté de Dieu.

C’est sans doute ça l’audace que nous pouvons retrouver : la joie d’un souffle nouveau qui nous remplit et nous élance…

Andy Buckler