Cap vers 2017 !

2017 paraît à la fois loin... et tout proche.

Les médias, tout comme les hommes et les femmes politiques, sont déjà tournés vers l'échéance des prochaines élections présidentielles ; la ville du Havre précise petit à petit ses projets pour fêter les 500 ans de sa fondation par François Ier ; les Églises protestantes se préparent quant à elles à célébrer les 500 ans de l'affichage par Martin Luther de ses 95 thèses, geste considéré comme fondateur de la Réforme.

2017 paraît à la fois loin... et tout proche.

Les médias, tout comme les hommes et les femmes politiques, sont déjà tournés vers l'échéance des prochaines élections présidentielles ; la ville du Havre précise petit à petit ses projets pour fêter les 500 ans de sa fondation par François Ier ; les Églises protestantes se préparent quant à elles à célébrer les 500 ans de l'affichage par Martin Luther de ses 95 thèses, geste considéré comme fondateur de la Réforme.

Avec la volonté de regarder vers l'avenir au lieu d'être tournée vers le passé, l’Église protestante unie a choisi de commémorer ce geste en se demandant quelles sont ses thèses pour l’Évangile aujourd'hui : qu'avons-nous à afficher aux portes de nos temples, comment interrogeons-nous notre Église, quelle voix pouvons-nous faire entendre au monde, comment sommes-nous aujourd'hui témoins de l’Évangile ?

 

C'est bien dans cette dynamique que notre paroisse a choisi de s'inscrire, en reprenant notamment les trois thèmes proposés par la Fédération Luthérienne Mondiale, dont l'EPUdF est membre, pour nous guider dans notre réflexion : la création n'est pas à vendre, l'être humain n'est pas à vendre, le salut n'est pas à vendre.

Ce numéro « spécial été » de Cap de Caux nous invite à nous laisser interpeller par le premier de ces thèmes : la création n'est pas à vendre.

Aujourd'hui, le réchauffement climatique n'est plus une hypothèse scientifique à débattre, mais bien une réalité constatée par tous. Si nous voulons essayer d'en limiter les effets néfastes sur la nature et sur l'humanité, c'est maintenant qu'il faut agir ! La conférence sur le climat des Nations Unies (COP 21) qui se réunira à Paris au mois de décembre aura la lourde responsabilité de pousser les États à prendre des mesures pour limiter de manière significative l'émission de gaz à effet de serre, principaux responsables de ce réchauffement climatique.

En Église, nous pouvons nous sentir très loin et peu concernés par ces débats. Et pourtant...

En affirmant que le monde est création de Dieu et qu'il ne nous appartient pas, en affirmant aussi que la dignité de l'homme lui vient d'abord de l'amour de Dieu pour lui et non pas de son « avoir » ou de son « faire », nous avons peut-être une voix particulière à faire entendre dans les débats en cours.

                                                        Marion Heyl, Pasteur proposante

Partager par mail
Publié le 13 juin 2015

Commentaires

Aucun commentaire