La rentrée

Voilà. C'est la rentrée... Bien que l'été, officiellement, ne se termine qu'au 21 septembre, votre vie est rythmée par les dates des échéances scolaires, même si elles ne représentent rien de spécial pour vous. La rentrée scolaire marque la fin officielle des vacances, même si vous n'en avez pas pris ou si vous êtes sur le point de partir. Elle marque le début d'une aventure nouvelle, même si vous êtes englués dans une routine immuable. C'est la rentrée ! Depuis plusieurs semaines déjà, on rencontre, dans les allées des supermarchés, des enfants excités qui voudraient que tout soit tout neuf pour la nouvelle année, et des parents exténués et/ou énervés qui comptent leur budget et essaient de limiter au nécessaire. Mais Jules a-t-il vraiment besoin d'un jogging neuf ? Le sien est encore bon et assez grand. Marie doit-elle absolument arborer le dernier cartable à la mode ? Celui de l'an dernier ferait bien l'affaire. D'un côté, il y a la publicité ciblée qui pousse aux achats, à crédit au besoin. De l'autre, et surtout, il y a la pression des camarades de classe. Aujourd'hui, nos enfants sont soumis à une véritable dictature de l'opinion, surveillés dans leurs faits et gestes, photographiés par
des dizaines de smartphones, dénoncés sur Facebook, Twitter, les blogs... La multiplication des moyens de communication a souvent créé des monstres anonymes qui terrorisent ceux-là même qu'ils côtoient chaque jour sur les bancs de l'école, du lycée, de la faculté. Les parents (et les grands-parents) mais aussi l'encadrement scolaire a du mal à prendre la mesure du phénomène qui n'existait pas quand eux-mêmes ont fait leurs études. Comment protéger nos enfants ? Comment leur faire comprendre la portée de leurs actes, aussi bien quand ils publient détails de leur vie privée et photos sur Internet que quand ils font les voyeurs de la vie des autres ? Comment enrayer la vague de malfaisance qui pollue ce qui avait été conçu comme un espace d'échanges et de liberté ? Internet véhicule une sensation d'irresponsabilité totale.
La dématérialisation masque la réalité des effets de ce qui est publié. Des enfants entendent parler à l'Eglise de charité et de fraternité, de responsabilité personnelle. Mais ils sont, hélas, de moins en moins nombreux à la fréquenter assidument. L'école aussi aborde ces thèmes, et tous assistent aux cours. Mais comment toucher leurs âmes et leurs
cœurs ? Nos enfants, nos adolescents plus encore sont attirés par ces réseaux. Nous devons leur en faire découvrir les bons côtés, mais aussi les mettre en garde contre les dangers. Une tâche de plus, et pas la moindre, pour les adultes responsables.


Claudine Tétrel