Débat Cop'Ins

Dans le cadre du Grand débat national, le collectif Cop’Ins (*) invite à échanger autour de ces thèmes et à formuler des propositions destinées au gouvernement. En guise d’introduction au débat :

Télécharger l'invitation

Télécharger le flyer de présentation


1 - Les associations constituent un support très important de la vie sociale.
Quels que soient leurs objets, leurs tailles, leurs statuts, elles occupent une place essentielle dans la société française, aux côtés d’autres formes de vie collective : les syndicats, les entreprises, les fondations, les administrations publiques…
Avec des objectifs par définition non lucratifs, elles rassemblent plus de 13 millions de bénévoles et quelque 1,8 million de salariés. Elles permettent aux individus, non seulement d’être inclus dans une sociabilité choisie et organisée, mais, au-delà, pour certains, de trouver ou de retrouver une confiance en eux, un sentiment d’utilité sociale et même un goût à la vie. Elles sont un lieu où peut s’épanouir le service des autres, la solidarité, la générosité, toutes valeurs fondamentales d’une société humaine.


2 - Le travail des associations est très rarement et plutôt mal évalué.
La comptabilité publique et le ministère du Budget les considèrent comme des agents consommateurs de subventions, dépensiers du revenu national, et trop rarement comme partenaires de service public.
Ne sont pris en compte monétaire ni le temps consacré par les bénévoles (qui, il est vrai, comptent rarement leur temps !), ni les investissements engagés, ni surtout les apports considérables, directs ou indirects, immédiats ou différés, aux « usagers » ou aux « bénéficiaires », bref à leurs « publics ».
Les bénévoles actifs, particulièrement ceux qui acceptent des responsabilités parfois lourdes, effectuent un travail social, certes non rémunéré, mais tout aussi utile que le travail « productif » de revenus comptables. Rappelons que près de la moitié des maires ou que 48% des présidents d’association sont des retraités. Les retraités
seraient-ils seulement une charge pesant sur les « actifs » ? Or, depuis le printemps 2017, le « Groupe des 9 », représentant les retraités, n’a pas obtenu la rencontre souhaitée au plus haut niveau. Idem pour les associations de défense des droits des migrants, et bien d’autres. Des études montrent que dans plusieurs cas le travail associatif permet d’économiser sur les deniers publics. Quant aux salariés, qu’en est-il ?
Nous appelons à un travail sérieux d’évaluation de l’action des associations, considérant les apports aux publics et les économies sociales engendrées par ces apports.


3 - Depuis quelques temps, les moyens dont disposent les associations tendent à se réduire :
• baisse des subventions des collectivités locales, soit par restriction budgétaire globale, soit par volonté politique (en particulier pour la Région AURA) ;
• baisse des dons, comme effet de plusieurs facteurs bien identifiés ;
• très forte réduction des emplois aidés.
Plusieurs associations en sont réduites à cesser tout ou partie de leurs activités, à licencier du personnel, ou bien à courtiser tel acteur privé qui donne ses conditions. Or, la liberté de parole et d’action, dans le cadre des lois (1901, 1905 notamment) est essentielle.


4 - Convaincus de la nécessité démocratique et sociale du monde associatif, nous formulons des propositions, telles que l’institution d’un taux unique d’abattement fiscal sur les dons, un congé forfaitaire annuel accordé par l’employeur aux membres des conseils d’administration (sur le modèle des congés syndicaux), la mise en place d’un dispositif nouveau permettant d’accueillir des
jeunes, qui soit à la fois un service national civique, une formation complémentaire et un tremplin pour l’emploi durable…

Ces propositions sont à débattre et de nombreuses autres sont attendues…
Yves Grellier, Miriam Le Monnier,
Martine Chauvinc Chiffe, Joël Rochat
(*) Collectif Cop’Ins, Collectif des oeuvres protestantes pour  l’insertion et le social : La Cimade, Mirly-Solidarité, Entraide Pierre-Valdo, Associations familiales protestantes, Fédération de l’Entraide protestante, Foyer de la Duchère, YMCA-UCJG Villeurbanne.

Partager par mail
Publié le 16 février 2019

Commentaires

Aucun commentaire