culte du 09 janvier 2022

signes d'alliance 

Ouverture 

 

Que la grâce et la Paix soient avec vous. 

Grâce et Paix qui nous viennent de la part de Dieu,

celui qui était là pour nous depuis le début du temps, 

qui nous fait signe de sa présence et de sa fidélité, 

Il se réjouit de nous voir réunis, 

signe que répondons à son appel. 

 

Ouvrons nos coeurs et nos esprits pour accueillir sa présence dans nos vies. 

 

Spontané :   31 / 11, 1.2.3.  Ouvrez les portes du saint lieu  


Louange


« Or l’étoile que les mages avaient vue en Orient les précédait ; arrivée au-dessus du lieu où était l’enfant, elle s’arrêta. A la vue de l’étoile, ils éprouvèrent une grande joie. Ils entrèrent dans la maisons, virent l’enfant avec Marie, sa mère, et tombèrent à ses pieds pour se prosterner devant lui. » (Mt 2,9-11a)

 

Je vous invite à exprimer notre louange : 

 

Il est né,

Et l'étoile a guidé les hommes venus de loin vers lui :

Cet enfant né comme tout autre enfant 

est pourtant la présence de Dieu parmi nous.

Nous nous inclinons devant toi,

Avec les visiteurs de tout horizon afin d’apporter 

Nos louanges et notre reconnaissance !

 

Il est né.

Il y a longtemps déjà.

Des générations en foule

Jusqu’au royaume d’éternité

y sont allées,

Depuis que l’Enfant nous est né.

Des saisons par brassées ont fleuri

Et produit des fruits en abondance 

Et de la famine aussi

Depuis que le Fils nous a été donné.

 

Deux mille tours de terre autour du soleil

Depuis que l’Enfant de Bethléem

A ouvert ses bras pour emporter

Le monde entier de l’autre côté de la mort !

Vingt siècles

De chemin d’humanité

Depuis que le Fils de Marie

A parlé comme envoyé de Dieu !

 

Il est venu 

Il y a longtemps déjà,

L’Enfant de la nuit de Noël,

Et depuis ce temps-là

Le Christ de Dieu

Se présente à nos portes 

Frappant discrètement

Pour être accueilli dans notre maison 

Et demeurer avec nous 

Comme l’un d’entre nous.

 

Depuis cette Nuit-là

Où les anges ont chanté,

Il distribue tout ce qu’il a

Comme don de soi

A des affamés en attente de vie.

 

Depuis cette Nuit

Où le ciel a été enfanté

Sur la terre,

Il nous reçoit 

Afin de recevoir notre vie et notre cœur 

comme cadeau présenté devant lui.

 

Louange à Dieu, le Très-Haut, 

Qui a éclairé par sa lumière 

Notre nuit. Amen !

 

Chant indiqué :  32 / 34, 1.2.3.4.  Quand Dieu naît  (page 389) 

 

Volonté de Dieu 

Es 60, 1 Lève-toi, brille : ta lumière arrive, la gloire du SEIGNEUR se lève sur toi.

2 Certes, les ténèbres couvrent la terre et une obscurité épaisse recouvre les peuples ; mais sur toi le SEIGNEUR se lève, sur toi sa gloire apparaît.

3 Des nations marcheront à ta lumière et des rois à la clarté de ton aurore.


Repentance 

 

Si longue est la route qui mène vers toi !

Seigneur, viens à notre rencontre, 

toi-même. sois notre chemin.

 

Si lourd est le fardeau de notre misère !

Seigneur. viens à notre rencontre. 

toi-même. sois notre repos.

 

Si fatigante est la marche â l'étoile ! 

Seigneur, viens à notre rencontre. 

toi-même. sois notre soleil.

 

Si solitaire est notre course dans la nuit ! 

Seigneur. viens à notre rencontre. 

toi-même, sois notre frère.


Seigneur,

si longue est l'attente de ton retour ! 

Mais puisque c'est toi-même

qui allumes en nos cœurs 

la flamme de l'espérance,

par ta présence.

viens enfin combler notre attente, 

afin que nous habitions près de toi. 

Là où est notre place pour les siècles des siècles.  Amen.

 

Spontané :   31 / 28, 1.2.  Toi qui es lumière 

 

Annonce du Pardon 

Es 40, 1Réconfortez, oui réconfortez mon peuple, dit votre Dieu. (… ) 9Peuple de Sion, monte sur une haute montagne. Peuple de Jérusalem, crie de toutes tes forces. Tu es chargé d'une bonne nouvelle, n'aie pas peur de la faire entendre. Dis aux villes de Juda : « Votre Dieu est là ! 10Voici le Seigneur Dieu ! Il arrive plein de force, il a les moyens de régner. Il ramène ce qu'il a gagné, il rapporte le fruit de sa peine. 11Il est comme un berger qui mène son troupeau et le rassemble d'un geste du bras ; il porte les agneaux contre lui et ménage les brebis qui allaitent des petits. »

 

Spontané :   31 / 28, 3.4.   Toi qui es lumière 

 

Confession de  foi 

Je crois en Dieu,

l’Emmanuel,

Dieu au milieu de nous :

dans la fragilité d’un nouveau-né

à Bethléem,

Il vient nous visiter.

 

Je crois en Jésus-Christ,

Sauveur et Seigneur.

Salué par les bergers,

reconnu par les savants,

Il est le compagnon de mon humanité.

 

Je crois en l'Esprit-Saint,

souffle de tendresse

sur les naissances humaines.

Il fait respirer ma vie jour après jour.

 

Je crois l'Église,

universelle et plurielle,

crèche pour le monde,

signe de fraternité nouvelle,

servante et priante.

Comme Joseph et Marie,

elle vit d’une Parole à accueillir.

 

Je crois à la promesse

d'un monde pacifié et réconcilié

où la vie sera pour tous en abondance.

Elle me donne l’audace

de travailler à la venue d’un monde nouveau,

où tout être humain sera respecté,

comme enfant de Dieu.  Amen !

 

Spontané :   31 / 28,  5   Toi qui es lumière 

 

Prière d’illumination 

Ce matin, ce n'est pas une étoile qui nous a amenés ici, 

c'est une parole qui s'est faite homme 

pour que, par elle, nous devenions plus humains.

Nous prions, avant d'écouter ta Parole pour y trouver la vraie vie.

Nous te cherchons Seigneur, 

Nous te cherchons dans les modèles et les théories scientifiques.

Comme les mages conduisent depuis des mois et ne savent où aller,

Nous te cherchons aujourd’hui, Seigneur,..  mais où te trouver ?

Comme les mages, nous venons te rencontrer, te découvrir, 

Nous présenter devant toi, nous offrir à toi, 

faire silence devant ta parole pour nous, aujourd'hui. Amen !


Lectures Bibliques  

Genèse 9, 8 Dieu dit encore à Noé et à ses fils : 9« J'établis mon alliance avec vous, ainsi qu'avec vos descendants 10et avec tout ce qui vit autour de vous : les oiseaux, les animaux domestiques ou sauvages, ceux qui sont sortis de l'arche et tous ceux qui vivront à l'avenir sur la terre. 11Voici à quoi je m'engage : jamais plus le déluge ne supprimera la vie sur terre ; il n'y aura plus de déluge pour ravager la terre. » 12Et Dieu ajouta : « Voici le signe de l'alliance établie entre moi, vous et tout être vivant, pour toutes les générations à venir : 13je place mon arc dans les nuages ; il sera un signe qui rappellera l'engagement que j'ai pris à l'égard de la terre. 14Chaque fois que j'accumulerai des nuages au-dessus de la terre et que l'arc-en-ciel apparaîtra, 15je penserai à l'alliance établie entre moi, vous et toutes les espèces d'animaux : il n'y aura jamais plus de déluge pour anéantir la vie. 16Je verrai paraître l'arc-en-ciel, et je penserai à l'alliance éternelle établie entre moi et toutes les espèces vivantes de la terre. » 17Et Dieu le répéta à Noé : « L'arc-en-ciel est le signe de l'alliance que j'ai établie entre moi et tous les êtres qui vivent sur la terre. »

 

Luc 2,  21Le huitième jour après la naissance, le moment vint de circoncire l'enfant ; on lui donna le nom de Jésus, comme l'avait indiqué l'ange avant que sa mère devienne enceinte.

22Puis le moment vint pour Joseph et Marie d'accomplir la cérémonie de purification qu'ordonne la loi de Moïse. Ils amenèrent alors l'enfant au temple de Jérusalem pour le présenter au Seigneur, 23car il est écrit dans la loi du Seigneur : « Tout garçon premier-né sera mis à part pour le Seigneur. » 24Ils devaient offrir aussi le sacrifice que demande la même loi, « une paire de tourterelles ou deux jeunes colombes. »

25Il y avait alors à Jérusalem un homme nommé Siméon. Il était juste, il honorait Dieu et attendait celui qui devait sauver Israël. L'Esprit saint était avec lui 26et lui avait appris qu'il ne mourrait pas avant d'avoir vu le Christ envoyé par le Seigneur. 27Inspiré par l'Esprit, Siméon alla dans le temple. Quand les parents de Jésus amenèrent leur petit enfant afin d'accomplir pour lui ce que demandait la Loi, 28Siméon le reçut dans ses bras et bénit Dieu en disant :   29« Maintenant, ô maître, tu as réalisé ta promesse :

tu peux laisser ton serviteur aller en paix.

30Car j'ai vu de mes propres yeux ton salut,

31ce salut que tu as préparé devant tous les peuples :

32c'est la lumière qui te fera connaître aux populations

et qui sera la gloire d'Israël, ton peuple. »

33Le père et la mère de Jésus étaient tout étonnés de ce que Siméon disait de lui. 

 

Luc 3,  15Le peuple attendait, plein d'espoir : chacun pensait que Jean était peut-être le Christ. 16Jean leur dit alors à tous : « Moi, je vous baptise dans l'eau ; mais celui qui vient est plus fort que moi : je ne suis pas digne de délier la lanière de ses sandales. Il vous baptisera dans l'Esprit saint et dans le feu. 17Il tient en sa main la pelle à vanner pour séparer le grain de la paille. Il amassera le grain dans son grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteint jamais. »

18C'est en leur adressant beaucoup d'autres appels encore que Jean annonçait la bonne nouvelle au peuple. (…) 

21Alors que tout le peuple était baptisé, Jésus fut aussi baptisé ; et pendant qu'il priait, le ciel s'ouvrit. 22L'Esprit saint descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix se fit entendre des cieux : « Tu es mon fils bien-aimé ; en toi je trouve toute ma joie. »

 

Chant indiqué :     52 / 09, 1.2.3.4.  Il est une foi (page 848) 

 

Strophe 1
Il est une foi ancienne
Que Dieu renouvelle
Depuis Abraham :||
Quatre mille ans qu’elle trace
Un chemin de grâce,
Le Royaume est là.
(bis)

Strophe
Seigneur,
Augmente en nous la foi !

 

Strophe 2
C’est la foi d’un très vieux livre,
Quand s’ouvre la Bible :
“Berechit bara”||
Une passion qui s’arrime
A ces mots ultimes :
“Viens ! Maranatha !”
(bis)

 

Strophe 3
Il est une foi paisible :
Tout devient possible
A l’enfant qui croit.||
Et, les plus hautes montagnes,
Un grain de moutarde
Les déplacera.
(bis)

 

Strophe 4
Il est une foi qui doute
Au fil de nos routes,
Comme un jour Thomas,||
Lorsque la mort capitule,
Nos cœurs incrédules :
“Si je ne vois pas…”
(bis)

 

Prédication 

Huit jours après la naissance, les parents présentent leur enfant au temple à Jérusalem. Huit jours après sa naissance Jésus est circoncis et reçoit le « nom que l’ange avait indiqué avant sa conception », précise Luc dans son évangile. Sept jours sont passés depuis la naissance, comme les 7 jours de la création et une fois que cette création de ce nouveau humain sur terre est accomplie, Jésus devient, comme il se doit, membre du peuple de Dieu. Le nouveau-né, cette créature, change de statut : l’humain appartient désormais au peuple Israël. 

L’arc en ciel est signe de la fidélité de Dieu envers toute la création, envers tout ce qui vit. 

Et les hommes et les femmes qui reconnaissent sa présence et son œuvre répondent à leur tour par des signes : 

L’alliance, c’est l’engagement de Dieu envers le Monde, 

l’alliance c’est aussi l’engagement en réponse de la part des croyants. 

Les deux engagements sont accompagnés de signes. 

La circoncision est un signe physique, une marque, un rappel dans le corps, que cet enfant vit dans cette alliance. 

Le nombril lui rappellera pour toujours sa descendance d’une famille biologique, 

la circoncision lui rappellera sa famille dans la foi. 

Parmi les évangiles, c’est seulement l’évangile de Luc qui nous raconte cet épisode de la circoncision au temple ; pour les autres auteurs du Nouveau Testament c’était bien sûr une évidence. Mais Luc écrit pour une communauté majoritairement non-juive. Il doit clarifier les circonstances de l’arrivée de Jésus : 

A quatre reprises notre petit texte fait remarquer que les parents de Jésus suivent ainsi les commandements de la loi de Moïse : 

Les parents, Marie et Joseph, sont membres du peuple d'Israël et ils font le nécessaire pour inclure leur fils dans cette démarche, pour lui faire découvrir que la vie est bien plus qu’une existence hasardeuse, est bien plus que respirer, manger et boire, mais que cette vie connaît aussi un côté spirituel : Etre voulu et accompagné sous la bienveillance divine. 

C’est ainsi que Luc rappelle que l’histoire de Dieu avec les hommes, que le salut de Dieu pour les nations a commencé avec le peuple d'Israël et avec l’alliance de Dieu avec son peuple. Et le signe corporel que le sauveur du monde porte l’inscrit dans une histoire et l’inscrit dans un peuple !

 

Toute l’histoire à raconter par rapport à Jésus, tout ce qui va suivre, doit se comprendre dans la prolongation de l’histoire de Dieu avec le Monde et avec son peuple.    C’est aussi important à le dire pour nous aujourd’hui.

Car de nos jours nous avons tendance à penser la spiritualité, notre salut, de manière bien individuelle : Dieu et moi, Dieu et mon âme, Dieu et le salut individuel. 

Mais quand Simeon dit :  « mes yeux ont vu le Salut… » cela veut dire bien plus qu’une expérience individuelle. Le Jésus, présenté d’après les coutumes et les lois au temple, est d’abord quelque chose d’historique, physique et corporel : la présence de Dieu parmi son peuple et parmi les nations ! Et le Christ, le Sauveur est membre de ce peuple qui est en alliance avec Dieu le créateur du monde.

Sommes-nous capables de nous voir et de nous comprendre en faisant parti de cette histoire et de cette communauté ? 


L’Église connaît une tentation à laquelle elle a succombé à maintes reprises dans l’histoire : la tentation de vouloir couper avec l’histoire. Elle s’est très tôt considérée comme " le nouvel Israël », « le vrai Israël » même, le vrai Israël qui  dévient le seul vis-à-vis de l’alliance de Dieu. L’Église comme héritière qui remplace la synagogue, le peuple d'Israël et son élection.

 

Nous avons des traces dans l’histoire de l’Église où l'on a opposé la synagogue (avec des attributs : mort – nuit – Ancien Testament – loi – religion de légalité) par rapport à l’Église (vie – lumière – Nouveau Testament – grâce).  Cette opposition, ce remplacement se trouve même dans des représentations de la synagogue et de l’Église par deux femmes, par exemple à la cathédrale de Strasbourg : 

La synagogue se montre d’une manière brisée, avec des yeux fermés ou bandés, ses tables de loi penchées vers le bas, la couronne qui tombe, l’étendard brisé.

L’autre (l’Église) triomphante, avec son étendard bien haut, victorieuse, avec la couronne sur la tête, et la coupe de la nouvelle alliance dans la main.


J’entends régulièrement, encore de nos jours, de la part de chrétiens dire que l’Ancien Testament serait dépassé – ancien et n’est plus valable. Maintenant c’est le Nouveau Testament qui a établi une nouvelle alliance, qui est nouveau et qui remplace l’ancienne alliance, qui remplace l’ancien peuple. Nous trouvons encore des oppositions de l’Ancien et du Nouveau Testament en disant : l’Ancien Testament parle de la loi, le Nouveau Testament en revanche parle de l’amour !

C’est une « théologie de remplacement », une théologie où l’Église (ecclésia) remplace le peuple juif dans l’alliance ! Un remplacement a justifié dans notre histoire de l’Église la persécution et l’antisémitisme qui perdurent jusqu’à aujourd’hui !  Quelle déformation de ce que Luc et d’autres voulaient démontrer ! 

 

Une forme très subtile de cette théologie / pensée anti-Israël qui a trouvé sa place même dans nos représentations de la crèche ! Nous trouvons souvent dans la crèche le bœuf et l’âne. L’origine de leur présence n’est pas le fait que Jésus est né dans une étable et mis dans une crèche, mais une polémique contre le peuple juif. La présence du bœuf et de l’âne vient de l’utilisation polémique du verset suivant du prophète Esaïe : « Le bœuf connaît son propriétaire, l’âne connaît la mangeoire où ses maîtres le nourrissent ; Israël, lui, ne connaît rien, mon peuple ne comprend rien. » (Esaïe 1,3)

 

Contre un tel orgueil, contre une telle incompréhension, Luc nous raconte la rencontre au temple avec le prophète Siméon et la circoncision de Jésus – son insertion, son incorporation dans le peuple d'Israël ! Nous sommes avec la circoncision au cœur de la vie religieuse du peuple d'Israël ! Comme si Luc voulait nous dire : Attention ! Jésus, le Sauveur du Monde est tout d’abord membre du peuple d'Israël et serviteur de son peuple ! Attention ne le déracinez pas de ses origines, attention ne le coupez pas de son peuple : le salut n’est pas « Dieu et mon âme », mais c’est Dieu qui vient vers moi dans l’histoire, qui me rejoint dans le concret d’une personne et de son peuple !

 

Mais, allez vous dire peut être :  Luc raconte aussi le baptême de Jésus. Donc, il y a bien autre chose qui commence ? 

Aujourd’hui, dans nos églises, nous ne pratiquons plus la circoncision, mais le baptême. 

Certes. 

Les signes de croyants pour dire qu’ils mettent leur confiance en Dieu sont multiples. Nous avons opté pour le baptême. 

Mais Luc souligne que Jésus a fait les deux. 

L’un ne remplace pas l’autre. 

L’un se veut dans la continuité de l’autre. 

Impossible d’avoir Jésus, de découvrir le christianisme, sans connaissance et respect de la tradition juive. 

Nous ne sommes pas des figurines opposées sur les portails des cathédrales, mais des frères et sœurs de la même famille. 

Des croyants sous le même arc en ciel qui répondent à leur façon à la présence de Dieu, 

des croyants sous la même attente d’un salut à venir pour tout ce qui vit. 

 

Jésus, le juif, membre d’un peuple, c’est « Lumière pour la révélation aux nations

Et gloire de ton peuple, Israël ! » annonce  Siméon. 

Les deux vont ensemble. 

Jésus est le pont et non le fossé entre les enfants de Dieu. 

Siméon ne fait que citer un autre prophète, Esaïe : 

« Tu es mon serviteur, Israël, c’est en toi que je montre ma splendeur (…) J’ai fait de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. » (Es 49,3.6b ; cf. 42,6 ; 46,13).

Jésus ne remplace pas cette lumière, mais il en fait partie. 

Plus tard, Jésus va appeler à être à notre tour lumières du monde. 

Dans la suite d’une longue, longue histoire, être lumières, ce la signifie :

 

Dieu, par sa promesse, restera toujours le même. 

 

Mais grâce aux croyants de tout horizons, la foi peut prendre d’autres dimensions et expressions. Avec le même but : être lumière pour ce monde. 

Et un ancien comme Simeon peut s’en aller en paix, car il sait que l’histoire lumineuse continuera.   Amen 

 

musique 

 

Chant indiqué :  52 / 09, 5.6.7.8.  (page 848)

Strophe 5
Il est une foi qui lutte,
Le Malin dispute :
“Viens, prosterne-toi…”||
Au désert, que ta Parole
Arme nos épaules
Pour ce dur combat !
(bis)

Strophe 6
Il est une foi meurtrie :
“Lama sabaqthani ?”
Jésus meurt en croix,||
Dans un abandon suprême,
Signe qu’il nous aime
Tous à ce point-là.
(bis)

Strophe 7
Cette foi, nul ne l’impose :
Tu risques et tu oses
Un pas à la fois,||
Sans savoir où Dieu te mène,
Ta marche est sereine,
Le Christ vit en toi.
(bis)

Strophe 8
Au souffle de l’espérance,
Que ton peuple danse
D’une même foi !||
Père, fais de nos faiblesses
Une forteresse
D’amour et de joie !
(bis)

 

Prière d’Intercession 

Seigneur, 

fais briller ta lumière au dessus de tous ceux 

qui ne voient pas la lumière au bout du tunnel. 

Et que ta lumière nous guide les uns vers les autres, 

pour être solidaires dans nos moments difficiles à vivre dans nos vies. 

 

Fais briller ta lumière sur nos enfants, 

pour qu’ils puissent s’épanouir 

et aller confiants vers leur avenir 

et prendre place avec leurs dons dans ce monde. 

 

Fais briller ta lumière sur celles et ceux 

qui se demandent à quoi ils sont bons, 

sur celles et ceux qui sont tentés de calmer 

et d’éteindre leur désir d’amour et de joie de vivre 

par les drogues que ce monde nous propose. 

 

Fais briller ta lumière sur celles et ceux 

qui sont victimes de la guerre, 

victimes de la violence 

et otages des conflits de ce monde. 

Que jamais nous ne renoncions à chercher 

des chemins de paix et de réconciliation. 

 

Et fais briller ta lumière sur nos églises, 

nos projets et nos envies 

de témoigner de ta présence dans ce monde. 

Inspire nos actions 

et remplis nos requêtes de ta présence. 

Bénis soit celui qui te cherche 

et qui te trouve autrement que dans notre attente 

et notre imagination, mais qui te trouve.

 

Et nous te prions ensemble

 

Notre Père 

qui es aux cieux, 

que ton nom soit sanctifié, 

que ton règne vienne, 

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ;

pardonne-nous nos offenses comme 

nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. 

Ne nous laisse pas entrer en tentation 

mais délivre-nous du mal, 

car c’est à toi qu’appartiennent 

le règne, la puissance et la gloire, 

aux siècles des siècles.  Amen.


Envoi /  Bénédiction 

En cette heure où l’obscurité et les menaces de ce monde nous font douter de la vie, 

Seigneur, tiens-nous dans ta main. 

Dans notre nuit fais briller ta lumière. 

Par la puissance de ton Saint Esprit, 

viens au secours de la faiblesse de notre foi: 

tiens-nous débout dans l’espérance. 

 

Bénédiction 

« Que le Seigneur te bénisse et te garde ! 

Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il se penche vers toi ! 

Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix ! » (Nb 6, 24-26).

 

 

 

 

Partager par mail
Publié le 08 janvier 2022

Pour aller plus loin sur le même thème

Message de Pâques

Publié le 16 avril 2022
en vidéo 
 

culte café croissants du 3 avril

Publié le 27 mars 2022
avec  Pierre Hoffmann : Analyse de l'Evangile de Marc 
Accueil à partir de 10 heures  10h 30  temps de prière  puis suivi d'une introduction par Pierre Hoffmann , prêtre en retraite active    autour de l'évangile de Marc :  L'évangile de Marc comme catéchèse qui suit l'année liturgique juive ?  et débat  temps de prière et fin au plus tard à midi. ...

culte du 20 mars 2022

Publié le 15 mars 2022
Luc 13 la faute à qui ? 
un culte présidé par Annick Moreau   ACCUEIL Bonjour à chacun d’entre vous et bienvenue Qui que vous soyez, quoi que vous ayez fait, vous êtes accueillis ici par Dieu.   Proclamation de la Grâce de Dieu   La grâce et la paix vous sont données de la part de Dieu, notre Père qui nous rassemble et de Jésus-Christ qui nous aime et nous conduit.   Spontané : ...