Culte du 27 septembre

Culte du 27 septembre

 

 

Accueil

Chant :  12 - 07, 1.2.3.  Tournez les yeux (page 178)

R: Tournez les yeux vers le Seigneur

Et rayonnez de joie

Chantez son nom de tout votre cœur,

Il est votre Sauveur, C’est lui votre Seigneur.

  1. J’ai cherché le Seigneur Et il m’a écouté Il m’a guéri de mes peurs Et sans fin je le louerai.
  2. Dieu regarde ceux qu’il aime Il écoute leur voix Il consolera leurs peines Et il guidera leurs pas.
  3. Ceux qui cherchent le Seigneur Ne manqueront de rien En lui ouvrant  grand leur cœur Ils seront comblés de biens.

Narration  :  Le  Tournesol

 

Les évangélistes nous disent que Jésus parlait souvent aux gens en images, en paraboles. Une image en dit parfois plus que mille mots, n’est ce pas ? 

Peut-être c’était un jour où les disciples doutaient, où ils se disaient : pourquoi faisons-nous encore cela ? Jésus parle et parle, mais est-ce que nous aboutissons vraiment à quelque chose ? N'avions-nous pas besoin de plus d'actions et de résultats concrets ? 

C'est peut-être un jour comme celui-ci que Jésus leur a rappelé le travail dans les champs : « Le semeur ne sort-il pas pour semer généreusement la graine ? Et réussit-il toujours ?

Non, il y a des graines qui tombent sur les pierres et entre les rochers. elles lèvent brièvement et brûlent bientôt au soleil, parce qu'elles manquent de racines. 

D'autres sont picorées par les oiseaux. D'autres sont étouffées par d'autres plantes. 

Et pourtant, le semeur continue à semer généreusement les graines, car il sait aussi que, dans de nombreux endroits les graines montent... cela prend juste du temps. 

Et puis, c'est comme la graine de moutarde : si petite soit-elle, elle finit par devenir un arbre dans lequel les oiseaux peuvent nicher. 

L'histoire que je vais vous raconter ne se trouve pas dans la Bible et Jésus ne l’a pas racontée, mais je pense qu'elle raconte une histoire sur Dieu et sur les croyants de tout temps. 

Et voici mon histoire qui parle d’une plante très spéciale : elle est si forte, elle pousse à travers d'autres plantes, elle s'étire, elle tend sa face vers le vent et la pluie, et elle brille encore en automne quand d'autres ont déjà abandonné : le tournesol. 

À la fin de l'été, les autres fleurs du jardin ont commencé à se lamenter : " Oh, il commence à faire frais, oh, le vent nous secoue si fortement... oh, il ne nous reste plus beaucoup de temps. 

Mais le tournesol continue à pousser et ne sera pas découragé. 

Les premiers orages arrivent et les autres fleurs ferment leurs calices et se déclinent mais le tournesol continue à regarder vers le ciel. 

« Que fais tu ? Fais attention ! Baisses toi plutôt et protège-toi! » crient-ils en direction du tournesol. 

« Non, je regarde le soleil " ! dit le tournesol. 

« Le soleil n'est pas là. Il a disparu. Il ne se soucie pas de nous. Tu le vois bien, les nuages ont pris le dessus. » 

« Non, je sais que le soleil est là, même maintenant, » dit le tournesol, un peu têtu. 

« Il est derrière les nuages, il nous tend la main ». 

« Tu rêves, » disent les autres. 

« Tu es naif ». 

« Inclines-toi devant ton destin ". 

Mais le tournesol a continué à regarder vers le ciel, et là, entre deux nuages, un rayon de soleil est apparu. « Regardez, le soleil est là ! Regardez », cria le tournesol. 

Et il a attrapé le rayon et le rayon l'a réchauffé et a rempli ses fruits d'huile. Les oiseaux sont venus et ont été nourris tout l'hiver. Les hommes vinrent et en mangèrent, ils tressèrent des paniers avec les feuilles, et ils fabriquaient toutes sortes de remèdes à partir de ce qui restait du tournesol. 

Mais la chose la plus importante que le tournesol a enseigné est qu'il vaut la peine d'affronter les tempêtes car on sait avec confiance que le soleil n'est pas loin, même si nous ne le voyons  pas toujours. 

Et c’est ainsi que les autres fleurs ont baptisé cette plante « Tourne sol », tourné vers le soleil en toutes circonstances. N’est ce pas une jolie image, également pour les croyants ? 

Des tourne dieu, des gens tournés vers Dieu. 

 

44 / 15, 1.2.   C’est vers toi que je me tourne … (page 672)

C'est vers toi que je me tourne, je veux marcher dans tes voies.

J'élève mes mains pour te rencontrer, mon cœur désire te chanter pour bénir et célébrer ton saint nom, car tu es fidèle et bon.

  • Seigneur, ô Seigneur, je veux te donner, Seigneur, ô Seigneur, ma vie à jamais.

Mes yeux contemplent ta Gloire, Ta vie ranime ma foi, Ta paix et ta joie inondent mon cœur, Toi seul fait tout mon bonheur. Je veux proclamer que tu es Celui qui chaque jour nous bénit !

  • Seigneur, ô Seigneur, je veux partager Seigneur, ô Seigneur, Ton Eternité.

 

Prière :

Seigneur,  nous nous tournons vers toi. 

Notre contexte ressemble à un ciel gris et d’un temps d’orage. 

Où mettre nos pas ? 

Comment sortir sans se mettre en danger soi-même ou d’autres ? 

Guide notre chemin par ta lumière pour avancer sans devenir imprudents. 

 

Nous nous tournons vers le passé, tout ce que l’église et l’entraide ont vécu depuis la dernière AG. Ce regard en arrière est source de reconnaissance. 

Tant de projets ont été réalisés, tant de personnes accueillies parmi nous. 

Notre temple, notre paroisse, notre réseau de solidarité se sont révélés des lieux d’accueil pour nombre d’entre nous. Et, même pendant le confinement et malgré la distanciation physique obligatoire de nos jours, le réseau nous porte et les liens fraternelles nous font du bien. Merci à toi, Seigneur, de nous avoir donné la force et la persévérance pour y arriver. 

 

Plus que jamais nous avons vécu les surprises que la vie réserve et nous devons y faire face. Mais quoi qu’il arrive, ton amour et ta fidélité auprès de nous sont les mêmes depuis toujours. A nous d’inventer et réformer notre vie en église. Inspire-nous et donne-nous la force de le faire. Fais de nous des semeurs d’espérance et d’amour. 

 

Seigneur,

nous pensons à celles et ceux qui sont décédés depuis la dernière assemblée et dont les places restent vides. Sois avec celles et ceux en deuil pour leur donner le courage et l’espérance pou continuer malgré la tristesse. 

 

Nos pensées sont avec tous les chrétiens partout dans le monde, qui, de diverses façons et dans de multiples langues, tentent de faire comme nous : annoncer la bonne nouvelle en ton nom. 

 

Ensemble, et avec eux, nous disons : 

 

Notre Père 

Notre Père qui es aux cieux,

que ton nom soit sanctifié,

que ton règne vienne,

que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ;

pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.  Ne nous laisse pas entrer en tentation

mais délivre-nous du mal,

car c’est à toi qu’appartiennent

le règne, la puissance et la gloire,

aux siècles des siècles. Amen.

 

Chant :   44 / 13, 1.2.3.  Mon Dieu par ta lumière (page 669)

  1. Mon Dieu, par ta lumière, tu viens déchirer ma nuit. Mon Dieu, par ta lumière, tu viens éclairer ma vie. Mon Dieu, par ta lumière, tu me rends la liberté : Ma vie s'ouvre sur un chemin de clarté.
  2. Jésus, par ta Parole, tu viens transformer ma vie. Jésus, par ta Parole, tu viens mettre en moi ta vie. Jésus, par ta Parole, tu me rends ma dignité : c’est toi, Seigneur, que désormais je suivrai.
  3. Esprit, par ta puissance, tu viens pour me fortifier. Esprit, par ta puissance, tu m'appelles à partager. Esprit, par ta puissance, tu viens pour nous rassembler : du Christ, tu nous fait témoins et messagers.

 

Déclaration de Foi  de l’EPUdF

En Jésus de Nazareth, Dieu révèle son amour pour l’humanité et le monde.

L’Église protestante unie de France le proclame avec les autres Églises chrétiennes. Sur la lancée de la Réforme, elle annonce cette bonne nouvelle : Dieu accueille chaque être humain tel qu’il est, sans aucun mérite de sa part. Dans cet Evangile de grâce, au cœur de la Bible, se manifeste l’Esprit de Dieu. Il permet à l’Église d’être à l’écoute des textes bibliques et de se laisser conduire par eux au quotidien.

 

Dieu nous a créés, nous invitant à vivre en confiance avec lui. Nous trahissons pourtant cette confiance, et nous voilà confrontés à un monde marqué par le mal et le malheur. Mais une brèche s’est ouverte avec Jésus, reconnu comme le Christ annoncé par les prophètes : le règne de Dieu est déjà à l’œuvre parmi nous.

 

Nous croyons qu’en Jésus, le Christ crucifié et ressuscité, Dieu a pris sur lui le mal.

Père de bonté et de compassion, il habite notre fragilité et brise ainsi la puissance de la mort. Il fait toutes choses nouvelles !

Par son Fils Jésus, nous devenons ses enfants. Il nous relève sans cesse : de la peur à la confiance, de la résignation à la résistance, du désespoir à l’espérance.

 

L’Esprit saint nous rend libres et responsables par la promesse d’une vie plus forte que la mort. Il nous encourage à témoigner de l’amour de Dieu, en paroles et en actes.

 

Dieu se soucie de toutes ses créatures. Il nous appelle, avec d’autres artisans de justice et de paix, à entendre les détresses et à combattre les fléaux de toutes sortes : inquiétudes existentielles, ruptures sociales, haine de l’autre, discriminations, persécutions, violences, surexploitation de la planète, refus de toute limite.

 

Dans les dons qu’elle reçoit de Dieu, l’Eglise puise les ressources lui permettant de vivre et d’accomplir avec joie son service : proclamation de la Parole, célébration du baptême et de la cène, ainsi que prière, lecture de la Bible, vie communautaire et solidarité avec les plus fragiles.

L’Église protestante unie de France se comprend comme l’un des visages de l’Église universelle. Elle atteste que la vérité dont elle vit la dépasse toujours.

 

A celui qui est amour au-delà de tout ce que nous pouvons exprimer et imaginer, disons notre reconnaissance.

« Célébrez Dieu, car il est bon et sa fidélité dure pour toujours. » (Psaume 118,1) 

 

Musique

 

Début de l’AG