EGLISE PROTESTANTE UNIE DE MARLY LE ROI - HISTOIRE DE LA PAROISSE

 

EGLISE PROTESTANTE UNIE DE MARLY LE ROI

 

HISTOIRE DE LA PAROISSE

 Parmi les églises du secteur, celle de Marly est la plus récente.

 Au lendemain de la dernière guerre, Marly est encore une petite bourgade rurale (4000 habitants) avec son vieux quartier, vestige de son passé royal, entouré de vergers, de prairies, de vignes et de sa forêt que des randonneurs viennent explorer en week end.

 Les rares familles protestantes qui y résident fréquentent l'église de Saint Germain mais quelques cultes ont lieu chez une famille coreligionnaire avec le pasteur de Saint-Cloud.

 C'est alors que, dans le cadre du développement de l'ouest parisien, s'annonce en 1956 un important projet d'urbanisme qui prévoit pour Marly et ses environs 150 000 habitants dont 50 000 pour Marly. On parle déjà de construire sur l'immense propriété des Grandes Terres un très grand ensemble résidentiel d'une conception toute nouvelle. Il est question de hautes tours dans le quartier de Montval et de bien d'autres plans immobiliers.

 Dans cette perspective, le synode régional de l'ERF préconise un redéploiement des lieux de culte.

 En 1958,le pasteur de Saint Germain, Pierre- Charles Marcel, est conscient du fait que sa paroisse serait bien incapable de faire face à un tel afflux de population correspondant à une ville 5 fois plus grande que Saint Germain. Dans une vision réaliste et généreuse, il presse son conseil presbytéral de créer une église à Marly, qui serait à titre transitoire considérée comme annexe de celle de Saint Germain. Le conseil régional charge un pasteur, Emile Ribaute, de la constituer et d'organiser quelques cultes à Marly.

 On trouve un vaste verger (plus de 2500 m2) doté d'une maison, utilisable comme presbytère, malgré un confort rudimentaire (il fallait escalader une échelle pour accéder aux chambres du grenier). Pour l'acquérir, le financement est assuré à raison de 60% par l'église de Saint Germain, 15% par la région, et 25% par un emprunt et des dons personnels.

 Un architecte local, Monsieur Guidot, à qui l'on doit beaucoup des constructions qui s'épanouissent dans Marly, membre du conseil presbytéral, accepte de faire les plans de la première tranche d'un bâtiment (100 places).

 L'opération ne représente pas seulement pour Saint Germain une charge financière très lourde mais nécessite pour elle de se priver d'un certain nombre de ses membres actifs, pour la plupart des jeunes ménages,-qu'elle incite à se transplanter à Marly pour donner vie au projet. Parmi eux, l'un des plus emblématiques est René Nordberg qui, avec sa forte personnalité, sa foi profonde et son dynamisme à toute épreuve, façonnera la nouvelle communauté pendant près de 30 ans. Parmi les familles qui ont connu les débuts de la paroisse, citons les Cassing, Gonin, Mignerey, Richard, Schoenauer, Smith,Stampfli...et nous aimons évoquer tous ceux qui, à leur suite, ont oeuvré pendant ces années et qui nous ont quitté, soit parce qu'ils ont changé de résidence soit qu'ils sont malheureusement décédés.

 Le territoire de la paroisse comprend 7 communes: Marly le Roi, Louveciennes, une partie du Pecq, l'Etang la Ville, Saint Nom la Bretèche, Mareil Marly, Port Marly.

 En 1962 , l'église de Marly est reconnue et Emile Ribaute est confirmé dans sa charge. Pendant 12 années, il consacrera son ministère au "lancement" de la paroisse avec une volonté, une persévérance et une foi qui ont profondément marqué son entourage.

 En attendant des locaux appropriés, le couple pastoral accueille chez lui les petits groupes de fidèles et de catéchisme pour leurs réunions et les cultes ont lieu dans le garage doté de quelques chaises et d'une table autour d'une Bible et d'une croix murale.

 Rapidement, la paroisse devient très vivante ,avec 160 foyers composés presque uniquement de jeunes ménages ce qui attire bon nombre de familles nouvelles avec un grand nombre d' enfants.

 Les activités spirituelles et associatives se développent ; une communauté chaleureuse se forme progressivement et nécessitera en 1970 la construction d'une seconde salle polyvalente, portant la capacité d'accueil à 200 places et des locaux annexes.

 Mais en 1964, le programme d'urbanisme annoncé de 150 000 habitants est revu à la baisse et les objectifs trop ambitieux fixés à l'origine ne seront jamais atteints puisque la population actuelle de Marly est de 16 000 habitants et celle du territoire de 50 000 habitants (le tiers de ce qui était prévu) ce qui n'est pas sans incidence sur les projets de l'église..

 Tenant compte des mouvements de départs et des arrivées, le nombre de membres d'origine a plus que doublé entre 1973 et 2000 pour atteindre à 200/250 foyers.

 Il est retombé aujourd'hui à son niveau de départ de l'ordre de 160 foyers. Et l'âge aidant, (ou n'aidant pas...) sa composition s'est inversée et la proportion de personnes de plus de 60 ans est maintenant de 80%.

 Après Emile Ribaute, 4 pasteurs s'y sont succédés, apportant chacun un puissant témoignage de foi et son charisme personnel, dans une variété de personnalités et de styles que je me plais à décrire ici affectueusement. Nous leur en sommes fort reconnaissants.

 -Jean- Paul Perret, qui est resté pendant 14 ans. Il était un "leader". Passionné, il plaçait l'évangile en permanence au coeur de la vie et délivrait des prédications percutantes qui interpellaient tous ses auditeurs. Il était très attentif à chacun et dialoguait beaucoup avec les jeunes. Il avait l'art de communiquer autour de lui.

 -Gérald Perrin- Willm qui est resté pendant 15 ans. Sensible et très ouvert de nature, il était très convivial et aimait les moments joyeux avec son entourage. Il était très attaché à une éthique chrétienne face à l'évolution du monde et de la société. Empreint des valeurs du scoutisme, il a relancé les mouvements de jeunesse avec le concours de ses fils et en coopération avec les groupes des paroisses environnantes. Il a créé le bulletin d'information Agapé. Il a beaucoup élargi les relations œcuméniques.

 -Vincens Hubac resté pendant 6 ans. Sa haute silhouette barbue attendait les fidèles pour les accueillir à l'entrée du temple avant les cultes. Intellectuel libéral et calviniste cultivé, parfois provocateur ,en lutte avec toutes les injustices, il a accompagné discrètement les plus vulnérables, les alcooliques, les sans-abri...et s'est beaucoup impliqué dans l'entraide et l'action sociale.

Il a relancé un groupe de jeunes ménages. Après lui,la paroisse a connu une période "sabbatique" de 2 ans.

 -Florence Lusetti restée pendant 5 ans. Elle disposait d'une grande capacité d'écoute. Fruit d'une vocation pastorale tardive après une carrière professionnelle dans le monde des affaires, elle a apporté avec elle un souffle nouveau .Elle a suscité une longue réflexion sur l'avenir de la paroisse qu'elle avait intitulée "ma paroisse, mon rêve». Elle s'est particulièrement consacrée à l'éveil biblique, les cultes intergénérationnels et l'œcuménisme.

 Après son ministère, le poste pastoral a été vacant presque 2 ans mais a bénéficié pendant cette période de l'aide précieuse de Yveline Ricard, et de plusieurs prédicateurs, pasteurs ou laïcs .

 Au fil des années, la ville de Marly et ses environs ont connu un essor spectaculaire. De nombreux logements, immeubles collectifs et maisons individuelles se sont construits. Des établissements scolaires modernes ,primaires et secondaires, et des équipements sportifs accueillent les enfants, non seulement de Marly, mais aussi des communes alentour. La plupart des habitants résident sur place mais travaillent à l'extérieur, principalement à Paris. Quelques grandes sociétés y ont établi leur siège. La vie associative, culturelle et sportive y est très développée. Les moyens de transport permettent des liaisons aisées en ville et entre communes.

 Dans ce contexte, l'église de Marly a multiplié des activités très diverses et a, à certains égards, été considérée comme exemplaire pour son rayonnement. On peut la voir un peu comme un kaléidoscope, avec de multiples facettes animées, mouvantes, lumineuses, attrayantes .

 Ainsi, au fil des années, la paroisse de Marly s'est présentée comme :

 UN FOYER ACCUEILLANT

Les nouveaux venus sont toujours frappés par l'accueil chaleureux et l'ambiance conviviale qu'ils y trouvent.

 UN LIEU DE VIE SPIRITUELLE

avec des périodes de recherche et de débats sur des thèmes essentiels comme la foi, le service, le témoignage, le sens de la vie. Plusieurs jeunes ont découvert à Marly leur vocation pastorale.

 UN CARREFOUR DE RENCONTRES, DE FÊTES ET DE PARTAGE

les cérémonies familiales, les kermesses, -rapidement devenues une des manifestations majeures de la ville,-les repas, les sorties, les veillées, le fil d'argent / lien entre les personnes âgées.

 En 2013 la paroisse a participé au rassemblement national "protestants en fête" qui a marqué l'union de toutes les églises issues des différentes branches du protestantisme français.

 UN ACCOMPAGNEMENT DE LA JEUNESSE

par l'éveil pour les tout-petits, la catéchèse d'enfants et d'adolescents, les rencontres et les camps de jeunes, le scoutisme.

 UN ENGAGEMENT DE SOLIDARITE

l'entraide sous toutes ses formes, l'engagement personnel ou collectif auprès des personnes ou associations, le diaconat,(la paroisse a été entre autres à l'origine des sorties en tandems pour les malvoyants, et des repas des personnes isolées à Noël), Casp, Cimade, Croix Bleue, Bethel, La Cause, Mission populaire, Nanterre...

 UN PARTAGE ET UNE COMMUNAUTE OECUMENIQUE

Un lien et une coopération constants avec les catholiques, en particulier pour l'ACAT et le diaconat et de nombreuses manifestations en commun

(semaine de l'unité, veillées de prière, échanges de chaires, cycle croire aujourd'hui, exposition biblique, exposition "chrétiens en Europe", réunions mensuelles Rom, voyages œcuméniques, chorale œcuménique, parcours alpha...et plus récemment "le panier". Des contacts occasionnels avec les israélites et les orthodoxes ; avec ces derniers, un programme d'études bibliques a été réalisé pendant quelque temps.

 UNE INSERTION CIVIQUE

Coopération avec la Municipalité, présence à la fête des associations,

participation aux cérémonies du souvenir, projet d'accueil d'immigrés.

 UNE OUVERTURE SUR LE MONDE

conférences- débats sur les grands problèmes de sociéte, rencontres du vendredi, dont plus récente portait sur "laïcité à la française" et celle de février concernera "France et Union européenne face à la poudrière du Moyen Orient"

 

C'est cette église que nous aimons et à laquelle nous restons très attachés.

                                       OUI,IL FAIT BON Y VIVRE

 

En 2014, nous avons eu la joie d'accueillir Christina comme pasteure et sommes persuadés qu'avec sa foi communicative, sa créativité et sa pédagogie, son sourire et son autorité, et tous les projets qu'elle a en tête, elle lui donnera un nouvel élan au service de Dieu.

 C'est le meilleur voeux que nous puissions formuler pour les années qui viennent.

                                                                                      Eric Graham

                                                                                     28 janvier 2016.

 

Partager par mail