RESTAURATION DU TEMPLE

Le Temple Saint-Martin de Montbéliard retenu pour le Loto du Patrimoine 2020.

Le 30 juin 2020, la Mission Bern a retenu 18 projets de sauvegarde du patrimoine français. Pour la Bourgogne-Franche-Comté, c’est le temple Saint-Martin qui a été retenu.

 

Bref historique

Le Temple Saint-Martin de Montbéliard a été construit entre 1601 et 1607 ; c’est le plus ancien édifice construit pour le culte protestant existant actuellement en France.

Sa construction est l’œuvre de deux hommes : le prince Frédéric 1er, duc de Wurtemberg et Comte de Montbéliard et l’architecte Heinrich Schickhardt.  

Le bâtiment d'inspiration italienne mesure 37 mètres sur 16 et son plafond, à 11 mètres de haut, est uniquement suspendu dans la charpente. L’ordre architectural toscan choisi pour la décoration des façades est typique de la Renaissance italienne. La dédicace du temple eut lieu le 18 octobre 1607. En 1755 un orgue a été installé par l’entreprise Perny, modifié en 1843 par les frères Callinet.

Restauré à de nombreuses reprises, et en particulier en 1837, l’intérieur du temple Saint-Martin n’a plus le même visage qu’à l’origine : les boiseries latérales, la chaire et les stalles ont été ajoutées à cette époque-là.

 

Genèse du projet

La dernière rénovation intérieure, datée de 1961, fut axée essentiellement sur la réfection des peintures des murs et du plafond. Depuis cette date, le temps passant faisant son œuvre, de nombreuses dégradations sont apparues, nous obligeant à réfléchir à une restauration plus globale de l’intérieur du temple.

L'Association Cultuelle de l’Église Protestante Unie de Montbéliard, propriétaire du bâtiment, est maître d'ouvrage de sa restauration. Les maîtres d’œuvre sont le Cabinet Rolinet de Paris et Madame Gabriela Guzman, architecte du patrimoine à Besançon.

Le temple étant un monument classé au titre des monuments historiques, la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Bourgogne-Franche-Comté est partie prenante du projet. 

C’est sur l’insistance de cette dernière que furent engagés en Janvier 2019, des travaux de recherche de possibles peintures murales remontant aux origines de la construction du temple. En quelques jours, le dégagement minutieux du crépi de 1837 révéla des peintures qu’aucun dessin d’époque nous avait laissé supposer la richesse. Des découvertes similaires ont pu être faites sous le plâtre du plafond, mais n’ont pu être dégagées, les pigments trouvés restant accrochés aux chutes d’enduit.

Après plusieurs hypothèses de rénovation, c’est sur la base de cette découverte que le projet actuel a été adopté. Il est dans sa phase de finalisation des études, avant les demandes de permis et de subventions aux autorités compétentes.

 

Nature des travaux

Tout l'intérieur du temple, de la grande salle à ses moindres recoins, fait l'objet de la restauration projetée.

Parmi les travaux prévus, nous pouvons citer :

En plus des restaurations et reconstructions précédemment citées, des travaux techniques de modernisation sont nécessaires :

Le coût prévisionnel du projet est chiffré à ce jour à 3,1 millions d'Euros.

Il est clair que la sélection de la restauration de Saint-Martin par la Mission Bern et son intégration au Loto du Patrimoine, vont donner un bon coup d’accélérateur à l’avancement du projet, tout comme à sa recherche de financement.

(mise à jour du 1-7-2020)