Des convictions à partager

Dans la diversité qui a toujours marqué le christianisme, la famille protestante et particulièrement la tradition protestante luthérienne et réformée, celle de l’Église protestante unie de France, insiste sur quatre convictions :

Nous vivons d’une confiance reçue et partagée
La lecture de la Bible nous met debout
Nous avons besoin les uns des autres
La vie bonne est une vie sobre

Ces convictions ne sont pas nouvelles. On les résume parfois d’un slogan : Sola fide (la foi seule), Sola scriptura, (l’Écriture seule), ou d’une formule : sacerdoce universel des croyants (égalité et responsabilité commune entre pasteurs et laïcs)…Nous les croyons d’une pertinence inégalée aujourd’hui.

Nous vivons d’une confiance reçue et partagée

« Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son fils… », affirme l’Évangile selon Jean. Cet amour nous précède. Ce don est premier, gratuit. Cette confiance est inconditionnelle. Puissamment libératrice, elle nous appelle à faire confiance à notre tour.

La lecture de la Bible nous met debout

Loin d’être un règlement à appliquer, la Bible est comme une bibliothèque de 66 livres qui font appel à notre sensibilité et notre intelligence. Ensemble et avec l’Esprit de Dieu, nous la recevons comme la référence de notre foi, nous la lisons comme une source d’inspiration, nous l’interprétons pour vivre aujourd’hui. Lire la Bible nous rend acteurs et responsables.

Nous avons besoin les uns des autres

Dieu parle à l’intime de notre cœur en passant par la Bible et par le prochain. Nous ne pouvons pas être en relation avec Jésus-Christ sans l’être avec les autres. Chaque paroisse est solidaire des autres paroisses, et une Église particulière n’est rien sans l’Église universelle. En somme, Dieu nous appelle à ne jamais faire l’économie des autres, car c’est par eux qu’il nous rejoint.

La vie bonne est une vie sobre

Être sobre, c’est un style de vie qui favorise le partage, la responsabilité, la simplicité. Loin de toute austérité étroite (Jésus s’est laissé traiter de glouton et de buveur !), c’est ne pas se laisser fasciner par la dépense ostentatoire, qu’elle soit d’énergie, de ressources naturelles, d’argent. C’est garder sur nos projets et nos œuvres, nos réussites et nos échecs, cette petite distance bienfaisante qu’on appelle l’humour ! 

Ces convictions ne sont pas nouvelles. On les résume parfois d’un slogan : Sola fide (la foi seule), Sola scriptura, (l’Écriture seule), ou d’une formule : sacerdoce universel des croyants (égalité et responsabilité commune entre pasteurs et laïcs)…

Nous les croyons d’une pertinence inégalée aujourd’hui.

Pour en savoir + : Confesser sa foi

Brochure Choisir la confiance .pdf 

 

 

 

 

 

Partager par mail