Qui sommes-nous ?

L'Eglise locale : qui sommes-nous ?

Temple_Lezay  

 

Notre Eglise locale rayonne sur deux départements : le sud des Deux-Sèvres et le sud de la Vienne. Chaque village est porteur d'une histoire protestante et riche de traditions.

Le nombre de foyers protestants est d'environ 700 tandis que l'association cultuelle comprend 150 membres.

C'est une population vieillissante mais active, issue du milieu agricole ou artisanal. Les plus jeunes travaillent sur place, à Poitiers ou à Niort.

Le territoire s'étend sur un rayon d'environ 30 km. Nous disposons de treize temples : Lusignan, Rouillé, Saint-Sauvant, La Mothe-Saint-Héray, Pamproux, Salles, Exoudun, La Couarde, Chey, Lezay, Rom, Vançais et Couhé. D'autres salles sont également mises à notre disposition.

Le Conseil presbytéral qui se réunit tous les mois est composé de douze membres. Il est actuellement présidé par Mme Nicole Griffault.

Retrouvez toute l'actualité de notre paroisse en parcourant ce site Internet !

Pour soutenir les activités de l'Eglise du Poitou rural

La grâce est gratuite, mais l'Eglise a un coût ! Merci de vos dons qui permettent à l'Eglise de continuer sa mission.

- par virement sur le compte de l'Eglise - IBAN : FR76 1170 6000 1400 8566 8200 067

- par chèque à l'ordre de l'EPULezay - 18 rue du Temple 79120 LEZAY

- par carte bancaire via l'onglet "Faire un don" sur la page d'accueil du site Internet (procédure sécurisée - il faut préalablement créer un compte sur le site pour vous identifier, comme pour un site commerçant)

Renseignez bien vos coordonnées (nom, prénom et adresse) pour recevoir un reçu fiscal qui vous permettra de déduire votre don si vous êtes imposable.

Histoire protestante à Lezay

A partir du 16è siècle, plusieurs seigneurs des environs de Lezay adoptèrent la religion réformée. Des prêches rassemblant de 250 à 350 adeptes de Calvin se tinrent à diverses reprises en la maison noble de Boissec en l'Eau. La tradition orale raconte que le réformateur serait passé à Bonneuil de Sainte-Soline...

Après la Révocation de l'Edit de Nantes commence le temps de la clandestinité. Interdite, la pratique religieuse devint familiale ou se fait au "Désert". Les protestants risquent leur vie pour venir aux assemblées qui se déroulent dans les granges ou en plein air, souvent le soir. Des femmes vont jusqu'à dissimuler leur Bible dans leur chignon, d'où les "Bibles de chignon". Les hommes doivnt présenter un méreau (jeton de plomb ou d'étain) remis par les anciens afin d'être reconnus et autorisés à communier. Chaque paroisse avait son méreau.

Faute de pasteur, ce sont les prédicants qui célèbrent ces assemblées. Quelques uns sont célèbres : Marie Robin, dite "la Robine" assura le ministère de la Parole quelques années avant de se réfugier en Angleterre.

Les protestants restent fidèles à leur foi, ce qui amène le pouvoir absolu à expérimenter une méthode d'oppression et de conversion : les "dragonnades". Les dragons du roi séjournèrent régulièrement à Lezay : on enregistre 250 abjurations obtenues par la force. A Fombedoire, près de Lezay, le prédicant Jean Berthelot leur échappa seize fois avant de s'exiler à Londres.

Lien vers le Musée du Poitou protestant

Un paysage huguenot

Après la Révocation, temples et cimetières furent démolis et rasés. Les protestants furent contraints d'ensevelir leurs morts dans les jardins ou leur terre, et de nuit, sans cérémonie. De nos jours, c'est au détour d'un chemin, d'un champ, d'un bois que l'on repère cette empreinte huguenote. Ces cimetières familiaux protestants (il y en a des milliers) sont identifiables par leur enclos et leur cyprès.

Les pins parasols marquent, selon la légende, les maisons "amies" pour les protestants. Il se peut aussi que les protestants les aient plantés comme arbres de la liberté retrouvée.

Lien vers la brochure de l'office du tourisme "Laissez-vous conter le pays Mellois protestant"

Des journaux protestants

Lezay fut le siège d'un journal hebdomadaire "La Fraternité", organe coopératif de la démocratie poitevine. Sa devise était "Par le Droit pour la République". "La Fraternité" de 1904 à 1942 s'appelera par la suite "La Concorde" de 1946 à nos jours. Ce journal fut fondé par le pasteur Georges Cadier et son ami Honoré Canon, imprimeur, par ailleurs directeur de la fanfare de Lezay et maire de la commune. Aujourd'hui, l'hebdomadaire est devenu complètement indépendant de l'Eglise.

Le second journal créé par le pasteur Cadier fut "le Poitou protestant" dont le premier numéro parut en 1908 et qui devint plus tard le "Protestant de l'Ouest". Celui-ci a fait place depuis 2020 à une lettre d'information numérique envoyée gratuitement par e-mail : Ouest-Infos.

Lien vers le site d'informations des protestants de la Région Ouest : Protestant de l'Ouest