Eglise protestante unie de France

Région Centre-Alpes-Rhône

Histoire

Histoire du Protestantisme

En France, la Réforme protestante a une double source :

humaniste (Cercle de Meaux, Lefèvre d’Étaples…),
luthérienne et réformée (Guillaume Farel, Martin Bucer…). 

La synthèse et la structuration de l’Église est due à Jean Calvin (1509-1564).
L’Église réformée de France (ERF) est la première Église protestante de France. Le 1er synode national a lieu en 1559.

En savoir plus

Les étapes du processus d'union

Ces deux Églises sont nées au 16e siècle dans le mouvement de la Réforme protestante. Elles comptent parmi les membres fondateurs de la Fédération protestante de France et du Conseil œcuménique des Églises.

Découvrez ou re-découvrez les étapes importantes de l'union de 1960 à 2013

En savoir plus

La création de l'Église protestante unie de France

Créée en 2012, l’Église protestante unie de France est l’union de l’Église réformée de France et l'Église évangélique luthérienne de France. Ces deux Églises sont nées au XVIe siècle dans le mouvement de la Réforme. Elles sont membres fondateurs de la Fédération protestante de France (1905).

Cette nouvelle Église s’inscrit dans une dynamique commune, en vue d’un meilleur témoignage et de service de l’Évangile sein de la société française. Elle prend en compte le plus largement possible la diversité existant dans les traditions luthérienne et réformée avec la volonté de s’en enrichir.

En savoir plus

Les musées protestants en France

Une envie de musée ?

Découvrir l'histoire du protestantisme français, et allez à la rencontre des musées régionaux qui attestent de l'engagement des protestants depuis la Réforme jusqu'à nos jours. 21 musées ouvrent leurs portes et présentent les richesses de ce patrimoine protestant. 

En savoir plus

La liturgie dans l'histoire de l'Église

L'emploi du mot liturgie, dans le sens qu'on lui donne aujourd'hui, remonte aux XVIe et XVIle siècles (ordre du culte chrétien, ensemble des éléments de ce culte...). En grec classique, le terme désignait un service public accompli au bénéfice de tout le peuple, par exemple l'organisation de jeux publics, ou parfois le culte rendu aux dieux par toute la cité.
Dans la version des LXX (il s'agit de la traduction grecque de l'Ancien Testament appelée "La Septante", soit en chiffres romains, LXX) le mot est souvent employé à propos des fonctions cultuelles des prêtres juifs dans le Temple (voir le livre de l'Exode). Dans le Nouveau Testament on retrouve ce terme pour désigner le culte juif, mais il est appliqué aussi au ministère du Christ (Hé 8, 2 et 4), au sacrifice spirituel des croyants s'offrant eux-mêmes à Dieu (Rm 15, 16 ; Ph 2, 17). Une fois seulement le terme évoque une célébration du culte chrétien (Ac 13, 2).

En savoir plus