Pourquoi nous sommes là ? (I)

neige1« Vous n’avez pas reçu un esprit d’esclave, qui ramène à la peur mais un Esprit d’adoption filiale par lequel nous crions Abba ! Père ! » (Romains 8, 15). À cette question du pourquoi sommes-nous là, ce passage de la lettre aux romains est un commencement de réponse. Un esprit d’esclave ramène à la peur, c’est-à-dire que cet esprit nous cantonne à nous-mêmes. Il nous rend peureux, craintif sur le monde qui nous entoure, il réduit notre champ d’action, nous pousse à nous méfier de tout et de tous. Bref, cet esprit, cette manière d’être nous rétrécit, nous interdit tout envol vers la vie, vers la rencontre du prochain connu ou inconnu. Si nous sommes dans cet état d’esprit, ce simple verset nous encourage à en sortir le plus vite possible pour écouter cet Esprit que nous avons reçu, l’Esprit d’adoption filiale. Quel est donc cet Esprit d’adoption filiale, cette manière d’être nouvelle ? L’antithèse par excellence de ce qui vient d’être décrit. Un Esprit qui nous pousse à la rencontre du prochain connu ou inconnu. Une manière d’être qui nous permet de nous engager avec d’autres dans des causes justes. Des causes qui combattent toutes sortes d’injustices sociales, économiques, financières. Du combat, certes, mais une profonde joie qui nous indique que ce combat-là est juste et que nous sommes à notre place dans cette entreprise. Cet Esprit d’adoption filiale est pétri par la paix et la joie et lorsque nous sommes conduits par un tel souffle, nous pouvons déplacer des montagnes. Que cette année de grâce 2018 nous place résolument dans l’élan de cet Esprit d’adoption filiale !

 

Jean-Pierre Julian, président de la région Cévennes-Languedoc-Roussillon de l'Église Protestante Unie de France

 

Lire les autres méditations de cette série :