Échos du synode : Écologie

Texte de l'avis du Synode régional sur l'Écologie, présenté par Jean-Daniel Chevalier et Frédéric Faverjon, et adopté après débat et modification le 10 novembre 2019.

 

La croissance démographique de la population mondiale ainsi que le développement et la croissance économiques engendrent un impact sur l’environnement aux conséquences écologiques néfastes pouvant compromettre une vie épanouie sur terre.

L’exploitation des ressources dépasse les capacités de la planète et compromet ainsi les conditions de vie des générations futures. [1] L’effondrement de la biodiversité entraîne un préjudice aux Hommes, notamment aux générations futures (disparition d’écosystèmes, perte de ressources en molécules utiles à la science médicale…).

L’activité humaine entraîne une pollution à l’origine de pathologies environnementales toujours plus nombreuses. La population la plus riche et la moins nombreuse (pays de l’OCDE) est celle qui pollue le plus, tandis que la population la plus nombreuse et la plus pauvre en subit principalement les conséquences. [2]

Le dérèglement climatique auquel cette activité contribue provoque des accidents climatiques toujours plus nombreux [3] et plus extrêmes dont sont victimes majoritairement les habitants de l’hémisphère sud, les plus pauvres. La dégradation de l'environnement est source de tensions, voire de guerres.

Plus nous reculons face au défi écologique, plus difficile sera l'adaptation demain. Aussi, l'urgence d'une action vigoureuse dès aujourd'hui devient criante d'autant que de multiples initiatives écologiques ont déjà fait leurs preuves.

 

La dégradation de l’état de la planète interroge les relations existantes entre les Hommes : entre les pauvres et les riches, entre la génération actuelle et les générations à venir. Elle interroge également la relation entre les Hommes et Dieu, et la relation entre les Hommes et Sa création.

Ces relations sont au cœur de la vie de l’Église, qui a un ministère de réconciliation que Dieu lui confie.

La relation au Créateur. L’Église célèbre la gloire de Dieu. Elle est dans la louange pour la providence manifestée dans la nature que Dieu met à sa disposition (Psaumes 19.1-4 ; Psaumes 92.4). Elle est dans la louange pour la promesse de la rédemption qui englobe toute la création (Romains 8.19-22 ; Ésaïe 65.17-22). Elle est aussi dans la repentance pour la dégradation de celle-ci et ses conséquences néfastes pour l’humanité. Aimer Dieu implique de porter toute la considération bienveillante possible envers Sa création. (Matthieu 10.29).

La relation à Sa création. Dieu appelle les Hommes à choyer la terre qu’Il leur confie. Ils en sont responsables devant le créateur. (Genèse 2.15 ; Lévitique 25.4 ; Exode 23.12). Ils se doivent de considérer sa fragilité, d’en prendre soin, de la gérer en mettant en œuvre l’éthique du Propriétaire (Lévitique 25.23), notamment en posant des limites à leurs actions sur l’environnement (Lévitique 25,1-12). Le projet de Dieu est de réunir toute sa création, l’Homme et le cosmos, en Christ (Éphésiens 1.7-10).

La relation aux autres. Le mode de vie et le système économique souvent destructeurs auxquels nous participons portent préjudice à la biodiversité, à l’ensemble des habitants de la planète, et particulièrement aux plus pauvres. La dégradation de l’environnement, notre bien commun, est productrice de lourdes injustices (Amos 5.24). Le péché des hommes rend la terre hostile, tandis que la pratique de la justice la rend hospitalière. (Amos 8.4-14 ; Lévitique 18.26 ; Matthieu 22.39).

La relation à nous-mêmes. En dégradant notre propre environnement et en ayant un mode de vie et de consommation facilement préjudiciable à la santé, nous nous faisons du mal, corps et esprit. (Matthieu 22.39 ; 1 Corinthiens 6.19 ; Psaumes 139.13-14)

La relation aux idoles. Certaines idoles nous empêchent d’être fidèles à la volonté de Dieu concernant notre rapport à Sa création. Le règne de l’Argent roi et la séduction technologique sont des freins à une nécessaire conversion écologique concrète. (Matthieu 6.24).

 

Par sa foi au « Dieu qui se soucie de toutes créatures », l’Église protestante unie de France est, « avec d’autres artisans de justice et de paix », invitée « à entendre les détresses et à combattre les fléaux de toutes sortes. »[4] C’est pour cette raison qu’elle se saisit de cette question écologique qui lui semble regrouper des inquiétudes existentielles liées à la surexploitation de la planète et au refus de toute limite. Elle affirme ici son espérance et son désir d’agir.
 


ESPÉRANCE :

-  Malgré les nombreuses situations anxiogènes liées aux destructions et à l’impuissance humaine, nous désirons être fondés sur les promesses de Dieu et affirmer qu’il n’y a pas de cause désespérée. Dieu se révèle, par la mort et la résurrection de Jésus-Christ, comme rédempteur des êtres humains mais aussi de l’ensemble de la création. Confiants dans l'espérance biblique, nous affirmons que la nécessaire réorientation de nos sociétés est à notre portée. 


DÉSIR D’AGIR

-  Nous désirons au cours de temps cultuels, poser une parole de repentance pour les destructions commises à l’encontre de la création et de l’humanité mais également dire notre reconnaissance pour cette création qui nous a été confiée et que nous pouvons contempler.

-  Nous désirons explorer les exigences du label « Église verte » comme un outil parmi d’autres pour oeuvrer en vue d’un mode de vie sobre, simple et éthique qui résiste au consumérisme.

-  Nous désirons nous laisser interpeller sur notre relation à l’argent et à son placement, ainsi qu’à la technologie et à son utilisation.

-  Nous désirons participer aux réflexions sociétales sur l’accueil des victimes de dérèglements climatiques ainsi qu’aux réflexions liées aux réorientations économiques qu’impliquent la préservation de l’environnement.

-  Nous désirons accompagner et soutenir toutes celles et ceux qui cheminent à nos côtés à la rechercher d’un mode de vie respectueux des êtres humains et de l’environnement.

 

 

[1]   Progression du jour mondial de dépassement des ressources. https://www.overshootday.org/newsroom/dates-jour-depassement-mondial/. Libération, "Le jour du dépassement pays par pays." https://www.liberation.fr/planete/2018/08/01/le-jour-du-depassement-pays-par-pays_1670208.

[2]   Gaël Giraud, économiste : https://www.youtube.com/watch?v=n3LyVbGUFu4&feature=youtu.be. Alternatives économiques n° 112.

[3]   Alternatives économiques n° 94.

[4]   Citations issues de la Déclaration de foi de l’EPUdF, 2017

 

 

Partager par mail
Publié le 16 novembre 2019

Commentaires

Aucun commentaire