En ce jour de Pâques

Message de l'aumônerie de l'HNFC à Trévenans.

Lettre de l’aumônerie protestante

Hôpital Nord Franche-Comté

(Trévenans/Territoire de Belfort)

Pâques 2018

« Ils étaient tous dans l’étonnement, et, ne sachant que penser, ils se disaient les uns les autres : Que veut-dire ceci ? Mais d’autres se moquaient, et disaient : ils sont pleins de vin doux. »

(Ac 2, 12 et 13)

 

Vous avez reconnu ces versets qui concluent l’événement de la Pentecôte par un certain scepticisme ou une pointe d’ironie… Croire en un dieu et à plus forte raison au Dieu d’Is­raël était, à l’époque de Jésus, tout à fait cohérent par rapport aux cultures religieuses de cette époque, mais proclamer qu’un homme, fut-il d’une grande sagesse, ait été relevé de la mort par Dieu, après la torture de la Croix et qu’en plus, ce même homme s’imposa comme Christ parmi ses fidèles, relevait bien sûr de la folie douce ! Que quelques-uns aient été grisés par le vin ou des paroles, on pouvait l’admettre, mais que tous ces gens proclamant que Jésus le Galiléen, leur compagnon de route, ait dépassé la mort, notre commune condition, pour être Fils de Dieu, alors qu’ajouter… Tout au contraire de son ami Lazare, Jésus n’est pas revenu à la vie comme généralement nous l’entendons, mais a définitivement disparu du monde dans lequel jadis il vivait - le tombeau vide en témoi­gnait - mais il revint plus que jamais dans le cœur et l’esprit de ses amis et disciples à « Céphas et aux douze » et à Emmaüs ; c’est pour cela que la Pentecôte est impossible sans la Résurrection qui nous ramène toujours au corps et à l’esprit de Jésus qui définitive­ment devint Christ. D’ailleurs, certains de nos frères et sœurs en Christ prêtent une at­tention plutôt distraite (et c’est quelquefois un euphémisme) à la Résurrection soit pour en faire un simple passage entre la mort et la vie comme dans la nature ou encore, pour la remplacer par tous les attributs de l’Esprit ; et pourtant, que resterait-il de Jésus dans la mémoire des hommes sans l’événement de Pâques ?

Paul donne une réponse claire et tout aussi définitive à cette question : « Et si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine et votre foi aussi est vaine. » (1 Co 15,14) Et pourquoi donc est-il aussi catégorique ? Et pourquoi Paul le persécuteur aurait-il troqué ses certitudes qui l’ont conduit aux extrêmes, pour quelques principes de sa­gesse que l’on pouvait trouver ailleurs ? Pour lui, aucun doute ne subsistait, car sa vie entière avait été bouleversée par cette révélation et c’est précisément là que le chemin de Damas nous dit quelque chose sur la foi de Paul : l’apôtre avait précisément quitté un monde ordonné selon des principes immuables qui l’on conduit, à dénoncer, à condam­ner et même à approuver la lapidation d’Étienne, et voilà que tout ce monde vole en éclats par l’embrasement d’une Parole et la confiance définitive en un Dieu qui pardonne en tout et rend grâce à la vie par ses propres mots prêchés par Jésus humilié et tué par la folie des hommes ! Paul n’avait donc pas oublié tous les témoins qu’il avait poursuivis de son zèle en brandissant la Loi et ses condamnations.

La longue histoire du christianisme nous a laissé de nombreuses confessions de foi, mais il y en a quelques-unes que l’on pourrait difficilement contester ! Je vous laisse par cette toute simple confession de foi de Paul qui porte l’espérance de la Résurrection :

« 10:9 Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité des morts, tu seras sauvé. 10:10 Car c'est en croyant du cœur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut, selon ce que dit l'Écriture: 10:11 Quiconque croit en lui ne sera point confus. 10:12 Il n'y a aucune différence, en effet, entre le Juif et le Grec, puisqu'ils ont tous un même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l'invoquent. 10:13 Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. » (Rm 10,9-13)

Pasteur Michel Clément

aumônier

Partager par mail
Publié le 31 mars 2018

Commentaires

Aucun commentaire