Auprès des réfugiés à Dunkerque

texte paru dans La Gerbe Janvier-Février 2016

Engagez-vous, rengagez-vous, qu'ils disaient...

Nous parlons souvent des événements de notre monde, de la violence, des réfugiés...

Dunkerque est dans une position particulière vis-à-vis de ces événements : la vague qui prend naissance dans la violence au Moyen-Orient vient s'échouer sur nos rivages, faute de pouvoir traverser la Manche.

C'est ainsi qu'ils sont plusieurs milliers, les migrants, dans le camp de Grande Synthe.

On ne peut pas les appeler des immigrés, ni des réfugiés: ils sont encore en chemin, vers le pays vers lequel ils veulent émigrer, vers le pays qui leur semble être celui du refuge: le Royaume Uni.

Moyennant quoi, ils sont stoppés ici, à notre porte, dans des conditions que je ne peux qualifier que d'épouvantables.

Nous pourrions penser qu'il est de notre devoir de chrétiens de leur porter secours.

Je crois pour ma part qu'il s'agit simplement d'être humains. C'est d'ailleurs pour ça qu'on appelle les organisations qui s'occupent de les aider des organisations humanitaires.

Elles sont nombreuses, ces associations, à travailler sur le camp de Grande Synthe. Cela ne les empêche pas d'être dépassées par les besoins.

Elles ont donc besoin de bénévoles pour leurs différentes actions, et ces besoins changent au fil du temps.

Les besoins les plus criants du moment sont :

L'hygiène est cruciale dans un camp, mais il faut chaque jour trouver deux équipes de 7 bénévoles ( 9h-13h/13h-17h) pour donner accès dans des conditions correctes aux douches.

Le Carrefour des Solidarités coordonne autant que possible les actions, et un semblant de structure commence à voir le jour. Du coup, n'entre plus sur le camp qui veut : il faut avoir un laissez-passer. Il s'agit aussi, pour s'engager à travailler sur le camp, d'avoir le cœur bien accroché : bien des bénévoles inexpérimentés ont du mal à supporter les scènes dont ils sont témoins. D'autre part, l'Armée du Salut héberge en ce moment, et sans doute pour encore quelque temps d'ici la mise en place d'une solution plus pérenne, 10 à 15 migrants iraniens chrétiens. L'équipe qui agit là est petite, bien qu'elle joigne les forces de l'Armée du Salut à celles de l’Église du Littoral (Assemblée de Dieu).

 

Si vous avez la possibilité de donner un coup de main, voici les besoins :

Voilà donc diverses pistes si vous désirez et vous sentez la force et la disponibilité de vous engager, à votre mesure, dans l'aide aux migrants qui nous arrivent en nombre toujours croissant.

Je suis à votre disposition dans un premier temps pour vous mettre en contact avec les bons interlocuteurs selon vos possibilités.

 

Liste des dons recherchés :

Isabelle ALVES

 

***

Appel aux bonnes volontés

Le point sur les besoins actuels en terme d’aide aux migrants Un camp est en cours d'aménagement à Gde Synthe pour offrir aux migrants un lieu plus salubre. Mais cet aménagement prend du temps. En attendant, les besoins de bénévoles sont toujours là, même s'ils évoluent. A l'heure où j'écris, les lieux où les bénévoles manquent sont les suivants : . Encadrement des douches . Gestion du local qui est en train d'être mis en place, pour le stockage des dons qui sont faits en faveur des migrants.

Isabelle ALVES

 

Des paroles et des actes ou « la foi et les oeuvres »

Un des messages que notre communauté a à coeur de transmettre, c’est l’appel de Jésus à nourrir celui qui a faim, à donner à boire à celui qui a soif, à vêtir celui qui est nu, de visiter les malades etc Mais nous avons surtout à coeur de le vivre. C’est pourquoi nous faisons souvent des appels pour faire…, pour participer …, pour donner … et nous sommes heureux maintenant de pouvoir partager avec vous ce que la communauté a pu réaliser grâce à vous.

 

Aide au camp de Grande Synthe :

. Une petite équipe de 4 ou 5 personnes se partage la tâche, avec d’autres associations, de régler l’utilisation des douches le samedi après-midi.

. Des couches et du shampoing, offerts par l’Entraide, seront distribués ces jours-là.

. Pour les dons de vêtements et autres, nous les transmettons à une association qui les distribue.

 

L'Entraide de Dunkerque