La Cène au caté

« Le sujet que vous avez choisi était plutôt difficile et délicat, je ne pensais pas que nous serions aussi nombreux ! »

C'est ce que déclarait un catéchète samedi matin à Amiens.

Effectivement, nous étions quarante moniteurs et monitrices d'éveil à la foi – d'école biblique –  de catéchètes pour adolescents - de prédicateurs laïcs et de pasteurs, à avoir fait le déplacement ce 8 octobre 2016.


Le mérite revient sans conteste à nos amis de la Manche et du Bocage normand qui ont fait une longue route pour participer à cette journée d'écoute, d'échanges, de partage, et qui a commencé par un exposé du Pasteur Olivier Filhol, président de la région Nord-Normandie sur le thème de la Cène.

 

Il n'est pas possible de faire un compte rendu de tout ce qui a été dit, je me contenterai de donner quelques points de repère :

Pour expliquer la Cène,  il nous faut partir de la Pâque juive : repas familial ouvert aux amis et qui commence par cette question posée par un enfant : « que sommes-nous en train de faire ? »

Célébrer la Cène, c'est retrouver la simplicité du repas partagé.    

Christ nous invite, il est là et nous  dit « Viens».

Au moment du rassemblement de la communauté autour de la table, Christ est présent et notre regard sur les autres n'est plus le même.
Christ nous unit, c'est un moment d'éternité.

 

Nous avons repris les différentes approches de la Cène, chez les Catholiques, chez les Luthériens – chez les Réformés  ; la présence de Christ est toujours bien réelle mais avec une compréhension et une pratique  différentes.

Dans notre Eglise Luthéro-Réformée la table est ouverte, tous les présents sont invités.

Célébrer la Cène, la vivre pleinement, c'est s'abandonner au non-savoir, expérimenter le Croire.


Bien sûr, nous avons évoqué la participation de l'enfant à la Cène.
La question de la compréhension de l'enfant revient toujours.

Mais que devons-nous comprendre ?

Nous-mêmes, adultes n'avons-nous pas de multiples compréhensions.
C'est Christ qui valide la Cène.
Nous avons souvent tendance à codifier et à oublier l'essentiel : la simplicité et l'accueil.

De même que nous nous préparons chaque fois par un rituel,  paroles, chants, prières pour célébrer la Cène, de la même manière avec les enfants une préparation est nécessaire en école biblique, en catéchèse, en concertation avec les parents et sous leur responsabilité.

Notre participation est à la fois acte individuel et communautaire (un seul corps)

Aussi la Cène est la promesse du futur repas dans le Royaume de Dieu.

Pouvons-nous priver quelqu'un de cela ?

 

Quelques expressions fortes ont été employées et je vous les donne à méditer :

  

L'après-midi, par petits groupes chacun était invité, au travers de techniques d'expression (photos langage – jeux …) à une prise de parole spontanée pour partager  préoccupations, questionnements, et  joies.

Tout au long de la journée, les éléments de la Cène  étaient présents sur une table et tout naturellement, la rencontre s'est terminée par une célébration : partage du pain et du jus de raisin –  tel un ressourcement pour  reprendre nos chemins.

Mireille Fels

Ci-dessous le nuage de mots avec lesquels les participants ont décrit la journée

Article liée