Les champs

Le village de Kiliba se situe de part et d’autre de la route qui mène de Uvira situé au bord du lac Tanganyika à Bukavu capitale de la province du Sud Kivu. Kiliba est construit sur la pente des petites montagnes et, de l’église, on domine la riche plaine de la Ruzizi convoitée par les pays voisins Burundi et Rwanda. Dans cette plaine a poussé la canne à sucre grâce à l’irrigation du terrain. Cette richesse de Kiliba bientôt transformée en cauchemar a été dévastée pendant la guerre. Certains terrains près du système d’irrigation ont pu continuer à être alimentés en eau, d’autres trop loin de ces petites infrastructures s’en remettent exclusivement au climat. Ces derniers mois n’ont épargné ni les champs ni les maisons : trop grande sécheresse au moment de la semence en septembre 2014 et ouragan en janvier 2015 détruisant des dizaines de maisons ainsi que les bâtiments des écoles.

En 2011, grâce à la générosité de nos amis (l’association n’étant pas encore créée), l’Eglise de Kiliba a pu acheter un champ d’un ha sur la route de la sucrerie dans la plaine de la Ruzizi à environ 5  km du centre du village. Cet achat, destiné aux veuves avec enfants, avait pour but de prêter gratuitement pendant un temps imparti (souvent 1 an correspondant à la récolte du manioc) une parcelle de terrain. Cela devait leur permettre de cultiver, pour leur compte propre, le manioc dont la famille se nourrit journellement et le maïs et l’arachide pour le vendre et avoir un peu d’espèces pour pouvoir acheter des produits de première nécessité autre que la nourriture. C’est ce qui a été fait pendant 4 saisons et qui a été un vrai succès. Malheureusement les veuves sont beaucoup trop nombreuses pour bénéficier régulièrement de cette possibilité et doivent, pour certaines, attendre de longs mois avant de se voir octroyer une parcelle. Toutefois c’était une amélioration économique intéressante et les femmes ont su nous montrer le bénéfice de cet achat.

Lorsque j’ai visité le champ lors de mon séjour en juin/juillet 2015, c’est un rituel immuable, je me suis étonnée que cette année le champ était en jachère. Ce champ n’étant pas irrigué, la sécheresse de septembre 2014 avait empêché de planter le manioc, l’arachide et le maïs. Vous comprendrez aisément le manque « à vivre » des veuves ainsi que les affres du Pasteur Albert RUHINDWA KIGUGE chargé du développement qui octroie les parcelles aux veuves. J’espère que les différentes semences de 2015 pourront porter leurs fruits et que nous reverrons le champ chargé d’abondance.

En revenant vers Kiliba, près de la route, le pasteur a tenu à me montrer un champ d’un demi hectare IRRIGUE qui était en vente suite à un problème de succession. Dans ce magnifique champ poussait du riz et de la patate douce (voir photo). Comme il est correctement irrigué et que la terre est riche, on peut effectuer trois récoltes maraichères par an. Après discussion l’Eglise de Kiliba a pu acheter ce champ pour les veuves. L’association des amis de Kiliba a donné 500 $, l’Eglise de Kiliba 100 $. Il reste à payer l’enregistrement administratif qui peut se monter entre 200 et 300 $ sur nos deniers. Nous étions tous très heureux et c’est un des moments les plus forts que j’ai pu vivre lors de ce séjour. Les femmes et leur famille pourront en profiter.

La situation près de la route n’est pas une information anodine. En effet, les tranchées d’irrigation construites en dur se trouvent en contrebas de cette route et il est facile d’amener l’eau à quelques centaines de mètres par des rigoles. De plus, l’eau, toujours abondante, part de la rivière qui se situe seulement à un kilomètre.

 Près de la route veut aussi dire près des habitations. Compte tenu de la situation instable de la région, en particulier depuis la dernière élection présidentielle au Burundi, il est plus sécurisé pour les femmes de travailler dans ce périmètre et  le champ  risque d’être moins saccagé que ceux situés   dans la montagne.

Le 22 novembre dernier, en tant que vice présidente de l’Association 1901  « Les amis du village de Kiliba Province du Sud Kivu République Démocratique du Congo », j’ai eu l’honneur d’être invitée au Synode de la Région Nord Normandie par le pasteur Olivier Filhol pour exposer notre nouvelle organisation. J’ai  également pu présenter la vie du village  telle que je l’ai vécue lors de mon séjour en juin/juillet de cette année. J’ai eu l’heureuse surprise d’entendre de la bouche du Président que l’offrande du culte de la fin du Synode serait affectée à l’achat d’un nouveau champ. Nous avons « récolté » un peu plus de 1000 €. Soyez tous remerciés  chaleureusement pour votre générosité.

J’ai prévenu le pasteur Philémon LUBUNGO (secrétaire de l’Eglise) et le pasteur Albert RUHINDWA (chargé du développement de l’Eglise) qui eux aussi vous remercient de cette initiative. Le pasteur Albert s’est mis aussitôt à la recherche d’un champ et mènera les discussions car il  connait parfaitement les paysans de la région. Nous enverrons cet argent lorsque l’on nous préviendra de la possibilité d’achat.  Nous souhaitons trouver un champ ayant les mêmes atouts que celui que nous avons acheté en juin 2015.

Bonnes fêtes de fin d’année.      

Martine Durand    Décembre 2015

Les amis de Kiliba

Article liée