Les thèse 2017 de Kiliba. Résister

Lors de mon dernier voyage à Kiliba, il y a quelques mois, j’ai eu la chance de travailler avec quelques personnes de l’Eglise de Kiliba sur les thèses 2017, celles  qui  ont été  proposées aux membres de toutes les Eglises de l’Eglise Protestante Unie de France en préparation du 500e anniversaire de la Réforme. Ce travail s’est déroulé sur deux séances avec une trentaine de personnes (hommes, femmes, jeunes. Il y avait des pasteurs, des évangélistes, des jeunes en études secondaires ainsi que des paroissiens engagés.

Voici quelques réflexions qui se sont dégagées lors de ces séances  que j’ai l’intention de vous faire partager.

Vous avez déjà eu l’occasion de lire des commentaires en février 2016 sur l’écrit intitulé RESISTER PAR LA FOI. Aujourd’hui je vais continuer sur ce sujet et vous donner quelques explications supplémentaires. Puis viendront d’autres commentaires sur TEMOIGNER, ETRE CHRETIEN DANS LA SOCIETE et LIRE LA BIBLE.

Quand j’ai écrit  le texte RESISTER PAR LA FOI j’étais encore sous le choc de ce que j’avais vécu lors de mon séjour à Pentecôte 2016. Comment résister quand tout le contexte politique et économique est déficient et s’enfonce, comment ne pas tomber dans la désespérance ! Je pense avoir réagi comme une bonne Européenne qui n’a connu ni la guerre, qui n’a jamais manqué de rien et qui a l’habitude de compter sur l’avoir avant toute chose comme nous le fait vivre notre société de consommation. Ma foi a sûrement vacillée.

Je vous parlais de semences, mais comment présumer que cette année sera productive lorsque les deux précédentes n’ont presque rien donné à cause du réchauffement climatique, des pillages suite aux exactions des milices et que les gens ont faim ?

Voici donc des phrases tirés de ce travail qui parlent de RESISTER :

« Résister, c’est être digne et juste en Jésus Christ »

« L’homme doit être juste et digne en toute circonstance même dans le désert »

« Qui va résister à la pauvreté, à l’ivrognerie, à la mauvaise gouvernance, à la mauvaise politique, à la corruption. Celui qui a reçu le Seigneur Jésus Christ ».

Comment va-t-il résister ? « Par l’espérance en Jésus Christ, par la prière et par la foi ».

« Résister est possible quand on se sent rempli de l’Esprit Saint, alors on a la force d’effectuer ce qui nous semble juste en dépit des difficultés ».

« C’est par la grâce de Dieu qu’un homme peut résister à un mauvais comportement qui se manifeste en lui ».

Ces écrits ne sont-ils pas une leçon de foi et d’espérance ?

Et voilà que je reçois en ce mois de mai des photos du pasteur Philémon LUBONGO avec  le texte suivant : « Voici les plantes que les veuves de l’Eglise ont planté : du manioc, des courges, des arachides. Chaque veuve a reçu une parcelle qu’elle gère elle-même ». Oui les veuves et leur famille ne devront pas avoir faim cette année.

Je fais mienne cette dernière pensée produite par le groupe de Chrétiens de l’Eglise de Kiliba :

« Résister, c’est être libre, indépendant, insoumis. Celui qui va résister refuse catégoriquement être loin de la Parole de Dieu