Partage en région février 2019

Février 2019-N°55

 

Le conseil régional s’est réuni ce week-end pour une session sur 3 jours. En méditant au fil des séances les trois textes  proposés pour le dimanche, quelques interrogations ont surgi. Avec Jérémie (Jr 1 : 4-19) notre propre vocation est interpellée  et nous fait réaliser que sans confiance en Dieu, elle ne peut se réaliser face à un monde qui peut nous faire vaciller (et trembler !). Avec Paul, (1Cor 12 : 31 à 13 : 13) ce sont la Foi en Celui qui peut tout et l’espérance en ce qu’Il peut réaliser qui permettent au chrétien de faire vivre (d’incarner) les dons reçus de Dieu et d’être dans l’amour. Enfin le texte de Luc (Lc 4 : 21-30) nous invite à choisir ce qu’on met en lumière dans la vie de nos communautés : la reconnaissance pour ce qui se passe certes peut-être « ailleurs » tels la survie de la veuve de Sarepta et la guérison de Naaman le Syrien, ou le dénigrement comme si rien ne se passe « chez nous » ?

* * *

 

Nous avons appris le décès de Francis Walbaum, délégué aux assurances jusqu’à l’an passé. Reconnaissants pour son investissement dans la région Est puis en Région Nord-Normandie, nous nous associons à la peine de ses proches et les assurons de notre prière.

Réflexion autour de la solidarité, du service et de l’accompagnement des AC dans la région :

Dans le Consistoire FAL, les pasteurs nommés sur un poste, sont également « référents » pour des communautés proches lorsqu’elles sont sans pasteur.  Certaines paroisses bénéficient aussi d’autre collaborations ponctuelles, notamment de la part d’étudiants en théologie, de pasteurs retraités ou de prédicateurs laïcs d’autres églises (la proximité avec la Belgique le facilite) ou en accueillant un pasteur l’été. Et bien sûr, les solidarités sont fréquentes au sein d’un même Consistoire pour la catéchèse, les études bibliques et les actes pastoraux.

Au-delà de ces initiatives locales, la région Nord-Normandie organise des solidarités qui s’inscrivent dans le temps. Cela dépasse le cadre expérimental et constitue un véritable service pour les églises qui en sont bénéficiaires. Une grande reconnaissance est témoignée de la part des CP, reconnaissance qui invite à poursuivre ces initiatives. Outre les propositions du Président de région à partager des week-ends complets ici et là, des présences pastorales d’une journée, d’un week-end, voire de 15 jours sont réalisées. Ce type d’intervention permet à une communauté de se ressourcer, à un CP de dépasser la lassitude éprouvée dans le quotidien des engagements. Mais les pasteurs déjà très impliqués dans leur ministère local n’ont pas tous la possibilité de mettre à part un temps précis au service d’une autre communauté qui de son côté espère la reconduction de ces partages.

 

Une ouverture est en cours de réalisation en confiant pour un an, une mission de desserte à un prédicateur laïc, selon une fiche de mission précise. Ce service s’effectue chez les Disséminés de l'Aisne à raison d’un week-end mensuel. Aujourd’hui, le cadre administratif de l’EPUdF permet cette forme de service non rémunéré (mais dont la prise en charge des dépenses est partagée) mais beaucoup de points restent à réfléchir au niveau national quant au statut et à la formation des personnes, mais aussi à la contractualisation et à l’évaluation de ces interventions laïques mandatées et qui peuvent s’élargir (à l’image des aumôniers laïcs) à des missions réellement pastorales.

Le Consistoire reste certainement l’échelle adéquate pour réaliser des mutualisations de service. Aujourd’hui, les mandats pour la célébration occasionnelle des cultes sont sollicités par l’Association cultuelle. Peut-on imaginer des mandats consistoriaux ? Qui discerne ? Faut-il relancer des formations à la prédication et à l’accompagnement des familles dans le cadre des deuils, des baptêmes et des bénédictions ? Pourquoi pas un cycle sur 4 ans qui impliquerait simultanément et alternativement les 4 Consistoires de la région afin que chaque personne qui s’engage puisse trouver sur 4 ans, dans son Consistoire la formation dont elle a besoin ?

Cette réflexion pourra être reprise avec les délégués synodaux en novembre 2019.

En bref

Dominique Langlet a procédé à un toilettage du site web régional hébergé sur le site national. L’harmonisation souhaitée à l’échelle nationale pour une meilleure visibilité de l’EPUdF est parfois vécue comme une lourdeur en région ou au niveau local, et il est difficile d’aménager le visuel en fonction de nos priorités. D’une façon générale, une attention particulière sera apportée aux dates qui figurent ou pas dans les documents, à des liens nouveaux, à l’agenda et à l’obsolescence des informations.

Quelques informations ont été partagées quant aux dossiers immobiliers en cours de réalisation, ainsi que des échos de l’Assemblée générale de la FPF (Paris les 26 et 27 janvier 2019) : allez vite faire un tour sur le site www.protestants.org !

Dans le point financier, Pascale Sühr (PS) a partagé son inquiétude quant aux incertitudes à venir : calcul du titre A, versements 2019 en région Nord-Normandie, équilibre budgétaire pour 2020, pourvoi des postes de trésorier après les élections 2020... PS réinterroge le conseil sur la possibilité de faire appel à un comptable vacataire pour alléger les AC qui le souhaitent d’une tâche qui nécessite de plus en plus de professionnalisme ; cela permettrait aux trésoriers des AC de réinvestir leur rôle d’animation des finances.

Des crédits documentation ont été accordés aux trois aumôniers « laïcs » des hôpitaux et deux étudiants en théologie (S. Gengembre et E. Malandain).

10 jeunes inscrits au voyage au Liban ont participé à une rencontre pour arrêter le programme et les projets sur place. Les premières réponses des organismes sollicités pour soutenir financièrement le séjour sont arrivées et la région a arrêté sa participation (1500€). Le groupe peut encore s’étoffer de 2 ou 3 personnes mais les inscriptions définitives doivent impérativement être réalisées avant la fin de ce mois (voir Marion Heyl ou Patricia Rahamelison).

 

 

Le mémorial de l'ancien Stalag XB à Sandbostel en Allemagne organise un « voyage pour la paix » sous forme d’un camp itinérant. Axé sur la rencontre et l'échange entre adolescents français et allemands et jeunes adultes d'autres pays, ils visiteront la France en mettant l’accent sur les thèmes de l'histoire, la vie et la culture. Passant par la région Nord-Normandie cet été, des contacts sont pris ici et là et des hébergements encore à trouver. 22 jeunes de 15 à 20 ans et 4 accompagnateurs pourraient donc faire étape près de chez vous (dans le Nord, sur la côte normande, vers Creil…) : quelles rencontres envisager avec les jeunes de nos communautés ?

 

Le secrétariat régional sera fermé du 15 février au soir au 25 février matin. Nous souhaitons à Vanessa de bonnes vacances, ainsi qu’à toutes celles et ceux qui, comme elle, feront une pause !