Partage en région - mai 2018

La méditation proposée (Mt 28 : 16-20, texte du dimanche) met le zoom sur le doute des disciples et l’éclaire. Oui, les disciples doutent encore et contrairement à toutes les fois précédentes, Jésus ne tient pas compte de ce doute. Il y a un moment où tout a été dit et donné et si vous continuez à douter, ce n’est plus un problème semble dire Jésus. Pour nous, aujourd’hui,  en quoi confirmons-nous ceux que nous accompagnons : les confirmons-nous dans leur foi ou dans leur mission ? Le disciple a droit au doute. Et même si le doute n’est le fait que de « quelques-uns », il est porté par les onze. Du moment que l’Esprit Saint est donné, Jésus ne se pose plus sur le domaine de l’édification de la foi mais se positionne sur le pari de la mission. Il fait le choix du doute constructif. Du doute qui n’est pas un handicap à la mission. Contrairement à la société qui impose des assurances -comme ne pas trahir les valeurs-  Jésus se place dans une autre position. Dans la foi qui est la nôtre, acceptons-nous de confier et confirmer des missions, lorsqu’en face de nous nous voyons apparaître des attitudes de doute ? C’est ce que cette finale nous dit. Il est peut-être plus confortable de prêcher « allez faites de toutes les nations des disciples ».  Mais n’oublions pas  que malgré et avec tout ce qu’ils ont vécu, les disciples sont encore dans le doute, et cela ne les empêchera pas d’obéir… et Jésus les laissera dans leur incertitude.  On peut reconnaître là le prophétisme de l’Eglise : un espace où l’incertitude est accueillie comme n’étant pas un handicap. Quels sont en effet les lieux où l’incertitude n’est pas accueillie en proposant un surplus de formation pour affermir ?

Bien sûr ce sont les 11. Mais aujourd’hui, ce sont tous ceux qui sont porteurs de la mission. Parce que ces 11 ne sont pas encore responsables de communautés. Et cet appel du Christ n’a pas encore été repris par une église. Sur quoi plaçons-nous la confiance à l’autre ? Est-ce bien sur cet appel premier du Christ, qui ne se renie pas, qui ne se contredit pas ? L’incarnation de la Parole c’est aussi le respect des interrogations, des questionnements  et non seulement  l’affirmation de certitudes.

Heureux que cet évangile se termine ainsi !

Rencontres avec les AC

Quelques rencontres avec les CP à l’occasion des bilans intermédiaires de Patrice FONDJA-NOUNDOU (MVAE AC de la Somme), Bright TETTEY (MVAE AC de Beauvais), du bilan de la période reprise de ministère de Thomas REIST (AC d’Alençon), de l’accueil en proposannat de Christo  KARAWA à compter du 1er juillet (AC de Compiègne). 

Par ailleurs, le CR a élargi le mandat de prédicateur laïc de Jacques Beurier (prédicateur sur l’AC Le Havre-Etretat-Montivilliers), Jacques interviendra ponctuellement (1 fois par mois)  en solidarité auprès des Disséminés de l’Aisne. Ainsi cette initiative, témoignage d’un service désintéressé, créera peut-être une émulation pour que d’autres prédicateurs assument aussi une solidarité avec des AC pour qui cette solidarité est nécessaire.

 

Autour du Synode régional 2018

Le conseil régional a consacré une partie de sa séance aux travaux préparatoires au prochain synode : articulation entre les temps d’animation et de débats liés au sujet synodal , à la vie régionale et à la dynamique pour la lecture de la Bible.  Afin d’arrêter la composition du bureau du Synode, Elisabeth Durand prendra prochainement contact avec les délégués discernés et donc  potentiellement concernés par la vice-modérature, le secrétariat, la questure,  la commission des vœux.

Point financier

Pascale Sühr fait part d’une situation décevante au regard des versements qui prennent du retard : moins 29258€ par rapport à la même période en 2017. Cette situation est d’autant plus inquiétante que des demandes de baisse et de gel avaient été présentées au dernier synode et ont été approuvées. Dès lors, quelles actions entreprendre ? Une vraie réflexion doit s’engager autour du don et de l’engagement au service de l’Evangile. Le terme de « cotisation » parfois employé à tort, renvoie à un service attendu et qui, selon la façon dont il est rendu peut impliquer une désaffection, une rupture d’adhésion. Est-ce bien notre référence dans l’Eglise ? En certains lieux nos paroisses se rétrécissent, nos temples se vident : dès lors en Eglise, posons-nous la question « donnons-nous envie ? »  Qui a envie de donner s’il n’y a pas de projets, pas de dynamique engagée ?

Ces questions seront abordées lors de la rencontre des trésoriers qui aujourd’hui, au regard des réponses enregistrées concerne à peine la moitié des AC de la région.

Pour répondre en partie au vœu n° 5 du Synode régional 2017, sur la proposition de la trésorière, et pour un montant annuel de 764.40 € TTC par an pour l’ensemble des AC, le CR décide d’inscrire son adhésion à la coopérative d’achat Le Cèdre dans le cadre du titre C de son budget. Ainsi, toutes les AC pourront accéder aux marchés de fournitures de bureau, photocopieurs, téléphonie et internet, mobilier, achat de véhicules neufs, gaz naturel, fioul domestique, protection incendie et alarme T4, vérifications règlementaires et construction en bénéficiant de tarifs très attractifs. Des précisions seront communiquées ultérieurement.

Enfin Pascale présente et propose un avant-projet de budget pour l’exercice 2019 en augmentation de 1% par rapport à 2018.

Infos régionales :