Résister par la foi

Je suis partie à la fin du printemps 2016 pour la sixième fois à Kiliba. J’avais décidé de rester plus longtemps que d’habitude ; je suis partie par le Rwanda et j’ai vécu seule 5 semaines complètes avec la population de Kiliba.

Je me suis vite aperçue que la situation politique s’était fortement dégradée depuis ma dernière visite en mai/juin 2015. En effet le contexte politique actuel dans la région des Grands Lacs s’est détérioré à cause des élections présidentielles.

Le Burundi (la capitale Bujumbura se trouve à 20 km de Kiliba) a vécu une élection controversée ce qui entraîne depuis un an des flambées de violence de plus en plus fortes.

Le Rwanda a donné quitus à son président jusqu’en 2025.

En RDC (République Démocratique du Congo) l’élection présidentielle qui devait avoir lieu en décembre 2016 est reportée, chacun attend un changement politique pour une vie meilleure.

Dans le village, la vie de tous les jours s’est elle aussi dégradée.

Comme vous le savez, la vie est essentiellement rurale et les villageois se nourrissent de la récolte du jour. Malheureusement, la nourriture de base, le manioc, est malade et ne peut pratiquement plus se récolter. Le riz et le maïs sont rongés par les rats et les parcelles cultivées dans la montagne sont saccagées par des milices. On ne voit plus les femmes revenir des champs l’après midi, harassées mais fières avec leur hotte remplie de tubercules de manioc pour nourrir le soir leur famille. La population a faim et est obligée d’aller chercher sa nourriture au loin. Ne pas manger à sa faim veut dire que l’on se sent faible, on vit au ralenti, on s’endort facilement dans la journée, on vient même demander du sucre pour ne pas tomber d’inanition.

Malgré tout, la vie continue opiniâtrement. Les villageois veulent rester dignes, ils résistent.

En septembre/octobre, c’est le temps des semailles. Les veuves qui ont maintenant 3 champs à leur disposition sont accompagnées par un jeune ingénieur agronome qui les aide à planter de nouveaux plants de manioc sains et  essaye aussi d’éradiquer les rats.

Des projets ont vu le jour comme l’achat de chèvres pour que les familles pauvres puissent vendre régulièrement les petits et avoir un peu d’argent pour subvenir aux besoins de la famille.

Des projets datant de plusieurs années comme la bourse des 40 jeunes filles apportent un air frais et un vrai bonheur. Avec toutes les difficultés qu’elles rencontrent, elles ont pu changer de classe à 80 %. Elles aiment étudier et savent que seules les études pourront leur permettre d’avoir une vie décente quand elles seront adultes.

On a construit un toit sur un des bâtiments de l’école secondaire. Les élèves ont pu ainsi avoir des classes moins surchargées à la rentrée.

D’autres projets sont en cours : achat d’une décortiqueuse pour le riz et le maïs, arrivée de l’eau pour les écoles primaires.

 

 Mais comment ne pas baisser les bras devant toutes ces difficultés ? Je pense que la réponse se trouve dans le titre de cet écrit : RESISTER PAR LA FOI.

En effet, la foi en Dieu les garde debout. Les paroissiens prient de plus en plus. Ils se réunissent dans des maisons de prières. Ils chantent aussi de plus en plus. Les chorales se multiplient. Ils chantent la gloire de Dieu non sans humour quelques fois. Les jeunes, les vieux, toute la population chante. Ils s’en remettent à Dieu. Je ne peux résister à vous retranscrire quelques phrases du travail  accompli par un groupe de paroissiens sur  les thèses 2017  sur le thème RESISTER :

« La Parole de Dieu est pour nous une règle, elle nourrit notre foi, elle est une force qui soigne grâce à laquelle on peut combattre les éléments. C’est une puissance qui nous aide à résister lorsque nous pouvons avoir de mauvais penchants… idées.

Résister, c’est être digne et juste en Jésus Christ. L’homme doit être juste et digne en toutes circonstances même dans le désert.

Qui va résister à la pauvreté, à l’ivrognerie, à la mauvaise politique ? Celui qui a reçu notre Seigneur Jésus Christ.

Quand va-t-il résister ? Chaque fois qu’il rencontre des problèmes de mauvaise gérance dans son gouvernement.

Comment va-t-il résister ? Par l’espérance en Jésus christ, par la prière et par la foi. »

Pouvons-nous nous aussi nous joindre à cette prière et à ces chants ?  Ce sont nos frères en Christ.

 

Martine Durand    Association « les amis de Kiliba »
Contacter Les amis de Kiliba