Plantation d’un pin parasol .

Le 26 mars à 15h, chez les Bénédictines de Prailles (Pié Foulard), un pin parasol a été planté.

Plantation d’un pin parasol chez les Bénédictines de Pié Foulard

 Voir les photos:

 

 

Le 26 mars 2017 à 15h, chez les Bénédictines de Prailles (Pié Foulard), un pin parasol a été planté pour les raisons évoquées dans le joli texte ci-après.
Puis cliquez sur la première photo ci-dessous pour lancer le diaporama

Lors des persécutions à l’encontre des protestants après la révocation de l’édit de Nantes, il n’y avait plus de pasteurs en Poitou, mais les protestants continuaient à se réunir pour célébrer Dieu ensemble, au cours de rassemblements "au Désert", dans les plis du paysage poitevin, jamais à l’abri des dragons du roi. On chantait, on priait ensemble, on lisait la Bible et des prédicants, et parfois prédicantes, commentaient la Parole de Dieu. Ces prédicants couraient les chemins au risque de leur vie et trouvaient refuge chez les familles protestantes. Il se dit en Poitou qu’un pin parasol planté sur une propriété signale, ainsi, la présence ancienne d’une demeure protestante. Les pins parasols, les temples et les cimetières familiaux sont autant d’indices de l’histoire protestante dont la mémoire se perpétue aujourd’hui.

Pourtant, ce n’est pas par devoir de mémoire que les protestants réformés de Niort, de Melle, de Celles-sur-Belle et de Saint-Maixent-l’Ecole ont choisi de demander aux sœurs bénédictine de Prailles l’hospitalité pour un pin parasol mais pour dire fermement qu’ensemble, nous voulons nous tourner vers l’avenir. Planter un arbre, c’est faire le pari qu’il va grandir, s’épanouir, et réjouir le cœur des générations à venir. Tout comme la Parole de Dieu est semée discrètement dans les cœurs, pour éclairer le monde. Ce pin, symbole protestant, sera planté le dimanche 26 Mars chez les sœurs et avec elles, comme signe de notre volonté d’accueillir ensemble les semailles d’un monde nouveau.

Pascale Renaud-Grosbras, Pasteure de l’Eglise Protestante Unie de France

 

 

Lors des persécutions à l’encontre des protestants après la révocation de l’édit de Nantes, il n’y avait plus de pasteurs en Poitou, mais les protestants continuaient à se réunir pour célébrer Dieu ensemble, au cours de rassemblements "au Désert", dans les plis du paysage poitevin, jamais à l’abri des dragons du roi. On chantait, on priait ensemble, on lisait la Bible et des prédicants, et parfois prédicantes, commentaient la Parole de Dieu. Ces prédicants couraient les chemins au risque de leur vie et trouvaient refuge chez les familles protestantes. Il se dit en Poitou qu’un pin parasol planté sur une propriété signale, ainsi, la présence ancienne d’une demeure protestante. Les pins parasols, les temples et les cimetières familiaux sont autant d’indices de l’histoire protestante dont la mémoire se perpétue aujourd’hui.

Pourtant, ce n’est pas par devoir de mémoire que les protestants réformés de Niort, de Melle, de Celles-sur-Belle et de Saint-Maixent-l’Ecole ont choisi de demander aux sœurs bénédictine de Prailles l’hospitalité pour un pin parasol mais pour dire fermement qu’ensemble, nous voulons nous tourner vers l’avenir. Planter un arbre, c’est faire le pari qu’il va grandir, s’épanouir, et réjouir le cœur des générations à venir. Tout comme la Parole de Dieu est semée discrètement dans les cœurs, pour éclairer le monde. Ce pin, symbole protestant, sera planté le dimanche 26 Mars chez les sœurs et avec elles, comme signe de notre volonté d’accueillir ensemble les semailles d’un monde nouveau.

Pascale Renaud-Grosbras, Pasteure de l’Eglise Protestante Unie de France

Luther en Mars

Les 500 ans de la Réforme dans le pays niortais

 

Dimanche 26 mars 2017

 

10h30 culte de secteur

au temple de Celles

Rue de Limoges

Celles-sur-Belle

**

Suivi d’un repas tiré des sacs

(chacun apporte un plat salé ou sucré)

**

15h00 Cérémonie œcuménique

suivie de la plantation d’un pin parasol

au monastère des sœurs bénédictines de Prailles

RDV sur le parking du monastère

 

 

Partager par mail
Publié le 23 mars 2017

Commentaires

Aucun commentaire