Eglise protestante unie de France

Région Parisienne

Bertrand de Cazenove, président du Conseil régional de l’Église unie en Région parisienne.

Il aborde ce changement de ministère avec lucidité et confiance.
Nous avons devant nous de belles perspectives pour les années 2013-2017. Puisse le témoignage biblique en être renouvelé. Par ces mots, il concluait sa présentation pour le Synode régional du 16 mars dernier.À 53 ans, Bertrand de Cazenove possède une solide expérience pastorale. Il connaît bien les différentes facettes de l’Église réformée. Il devient pasteur en 1986, à Valence (Drôme). Il y coordonne l’animation jeunesse de quatre paroisses et participe à l’aumônerie des prisons. En 1993, il est appelé à Lyon, il y restera neuf ans. On lui confie la responsabilité, au niveau régional, de la catéchèse. Pendant cinq ans, il est vice-président du Conseil régional de Centre-Alpes-Rhône. Durant ces années, il assure des délégations de l’Église réformée aux instances de l’Alliance réformée mondiale. En 2002, on lui demande de devenir Secrétaire général de l’Église réformé, nouveau ministère et nouveau point de vue sur l’Église. Il accepte par fidélité et surtout à cause de l’accent mis sur le suivi des ministres. S’il aime cette Église qu’il a vu évoluer, elle n’est pour lui que seconde. L’important c’est que l’Évangile soit annoncé joyeusement, librement et sereinement.Une écoute attentiveBertrand envisage le travail du Conseil régional dans la continuité du précédent. Il souhaite un Conseil à l’écoute des Églises locales et des Œuvres et Mouvements. Car dans l’écoute de l’autre se joue pour chacun la rencontre avec Dieu. Pour lui, cela ne signifie pas acceptation de tout. C’est plutôt l’occasion d’être un partenaire pour entendre les soucis et les intérêts (dans la région et ailleurs), pour analyser les situations, pour proposer différentes solutions et suivre leurs mises en œuvre. Ce ministère d’écoute doit être soutenu par la lecture communautaire de la Bible. Ce dernier aspect, parfois fragilisé, nécessite d’être toujours revivifié. Catéchumène à Versailles, autrefois membre d’Église à Rambouillet et engagé au Foyer d’Aubervilliers, aujourd’hui inséré à Paris-Batignolles, Bertrand mesure le chemin parcouru en une trentaine d’année par certaines Églises locales de la Région en terme d’annonce de l’Évangile et d’hospitalité. Il est reconnaissant de tout ce qui est donné. Il ne s’agit pas d’être des gestionnaires mais d’accompagner par tous les outils et moyens nécessaires ce souffle d’air nouveau.Sur la table du présidentMême s’il reconnaît la spécificité de la tâche de président de Conseil régional, comme ancien Secrétaire général, il maîtrise déjà de nombreux dossiers qu’il retrouvera sur son bureau : liens avec l’inspection ecclésiastique de Paris, réflexion sur la médiation… Il fait confiance au dialogue entre les deux Régions confessionnelles pour imaginer la suite. Dès maintenant des chantiers sont ouverts : faire vivre les services communs et en inventer d’autres, reprendre à nouveaux frais le découpage géographique à l’occasion de la démarche de Pôles dans l’Inspection ecclésiastique et de la réflexion sur les Consistoires et secteurs liée au redécoupage des Régions. Il connaît les bienfaits de la médiation dans les conflits, tout en tenant à la responsabilité du Conseil envers le lien fraternel. Il mesure la place de la Région parisienne dans l’Église unie, ses ressources humaines, sa démographie. Cela permet d’imaginer la solidarité à l’intérieur de la Région et dans l’union de multiples manières, non seulement financièrement mais par des initiatives, des projets ou des compétences.Bertrand a confiance, il n’est pas seul. Il s’appuie sur les autres membres du Conseil régional et sur les Églises locales et les Œuvres et Mouvements. Il se ressource auprès de sa famille : sa femme Nathalie et leurs enfants, Denis, Pascal, Simon et Jean. Un changement n’arrivant jamais seul, il s’apprête à devenir grand-père dans les prochains jours. Décidément « nous avons de belles perspectives pour les années qui viennent ».Frédéric Genty
Partager par mail
Publié le 10 avril 2013

Commentaires

Aucun commentaire