Le Louvre

Découvrez dans cette rubrique l'histoire du Louvre
Le quartier du Louvre
Entre le Louvre et l'Église Saint-Germain l'Auxerrois, il y avait l'hôtel de Bourbon. La rue qui passe devant le porche de l’église a été baptisée en 1972 rue de l’Amiral de Coligny. Là prenez la rue des Fossés Saint Germain (la rue Perrault d’aujourd’hui), où se produisit l’attentat contre Coligny.
La maison de l'Amiral se trouvait au n° 136 de l'actuelle rue de Rivoli. La cloche du Louvre donna, le 23 août 1572, le signal du massacre de la Saint-Barthélemy, suivie de la sonnerie des matines de l'église Saint-Germain l'Auxerrois. Une soixantaine de gentils hommes huguenots logés par prudence au Faubourg-Saint-Germain, croyant le roi en danger, tentèrent de traverser la Seine en bateau depuis le Pré-aux-Clercs. Après l'assassinat d'Henri III, le dernier des Valois, en 1589, Henri de Bourbon se trouva roi de France. Il se fit catholique pour réconcilier les Français. Paris, affamé par le siège, ouvrit ses portes au roi en mars 1594. Il entra par la porte Neuve, près de la tour Dubois, qui se trouvait sur la rive droite de la Seine, devant l’actuelle Galerie du Bord de l’Eau.
Les salles de l’histoire du Louvre présentent des plans-reliefs du quartier du Louvre, avec les étapes successives de la construction du palais. Ils permettent de situer l'église Saint-Louis du Louvre, aujourd’hui disparue, qui fut la première église utilisée par les Réformés parisiens de 1791 à 1811.
Le Vieux Louvre
La cour Carrée, qui était, à l'époque, formée de la moitié des ailes Ouest et Sud, vit couler le sang des compagnons d'Henri de Navarre et d'Henri de Condé, sous le regard de Charles IX, la nuit de la Saint-Barthélemy.
La maison du roi était le pavillon d'angle, Henri IV y résida. Le sculpteur protestant Jean Goujon a concentré son effort sur les trois avant-corps et sur le dernier étage du bâtiment. Sur l'aile Sud se distingue le chiffre K (Karolus) de Charles IX. Au rez-de-chaussée, la salle des Caryatides, oeuvre de jean Goujon, servit de lieu de culte protestant à la Cour, autour de Catherine de Bourbon, sueur d'Henri IV, restée fidèle huguenote. La petite porte du coin gauche est celle d'où partit Henri IV le 10 mai 1610, et y fut ramené mort après l'attentat de Ravaillac.
Henri IV et le Louvre
La petite galerie fut rehaussée par Henri IV, qui construisit la Galerie du Bord de l’Eau, œuvre d’un Du Cerceau. Ainsi fut réalisé le “grand dessein” de relier le Louvre aux Tuileries. La façade richement décorée porte le chiffre d’Henri IV, parfois avec entrelacs de G pour Henri le Grand.
La cour Napoléon
La façade intérieure du palais présente, au ler étage, une galerie de célébrités de la France, mises en place au XIXe siècle.
Aux places d'honneur, de part et d'autre du pavillon de l'Horloge, sont placés Du Cerceau et Jean Goujon. S'y trouvent aussi Olivier de Serres, Bernard Palissy, Ambroise Paré, Salomon de Brosse, architecte du palais du Luxembourg, et Turgot. C’est l’occasion de signaler que les statues de Sully et de Michel de l'Hospital se trouvent au pied de la colonnade du palais Bourbon.
L'Oratoire
Au chevet de l'Église réformée de l'Oratoire du Louvre, rue de Rivoli, se trouve le monument à la gloire de l'amiral de Coligny. Ce monument fut érigé en 1889 à l'aide d'une souscription publique à laquelle ont participé des protestants et des catholiques.