Eglise protestante unie de France

Région parisienne réformée

1914-1918 Des soldats venus d'au-delà des mers

Entre patriotisme et universalité

Conférence-débat samedi 19 mai à Ermont avec Jean-François FABA et Claire-Lise LOMBARD.

Conférence débat Ermont 19 mai 2018

Une invitation au décentrement

S’intéresser à la Première Guerre mondiale à partir de sources missionnaires, c’est considérer la guerre, son déroulement, ses répercussions à partir d’autres centres géographiques que la France métropolitaine mais aussi à partir de ce qu’en disent d’autres témoins et/ou acteurs - que les témoins et/ou acteurs ordinaires.

Une invitation à lire la mission chrétienne comme une entreprise ambivalente 

D’un côté, la guerre n’est-elle pas un terrible camouflet infligé à la mission chrétienne,  comme à la mission civilisatrice dont l’Occident s’est jusque-là prétendu investi à l’égard du reste du monde ? D’un autre côté, par la venue sur le territoire métropolitain de chrétiens malgaches, tahitiens, kanak, la guerre « permet » que soit donnée la preuve visible que, de ce travail apostolique, des Eglises sont nées, qu’un autre visage du protestantisme est en train d’émerger… Alors, cette guerre,  une « success story » pour la mission ?

Une invitation à cheminer entre patriotisme et universalité

Peut-on, en 1914, concilier facilement patriotisme et mission chrétienne ? A l’inverse, peut-on se permettre de les opposer radicalement ? A cette tension, la mission survivra-t-elle ? Et si oui, à quel prix ?

En résumé

La guerre de 1914-1918 est dite mondiale... mais on mesure rarement toute la portée de ce qualificatif. Elle eut bel et bien des répercussions jusqu'aux antipodes : à Tahiti, en Nouvelle-Calédonie, à Madagascar et ailleurs.

Les parcours individuels relatés ici, à partir de ces différents coins du monde, permettent d'éclairer de nouvelles facettes du conflit. Parcours de pasteurs-missionnaires, parcours d'institutrices missionnaires, parcours de soldats "indigènes" et de leurs familles.

En métropole, l'accueil de ces soldats de l'autre bout du monde suscita, sur le front comme à l'arrière, la mise en mouvement d'un important réseau relationnel au sein même du protestantisme français : pasteurs, aumôniers, directeurs de foyer du soldat, infirmiers ou interprètes. Prise de conscience d'une ouverture à l'universel, elle-même fruit d'une aventure missionnaire engagée moins d'un siècle plus tôt.

Conférence débat Ermont 19 mai 2018

Partager par mail
Publié le 29 mars 2018