Inauguration EPUdF-Orange_Conférences

Trois conférences pour un parcours historique, d'hier à aujourd'hui

Samedi 12 octobre 2013

Le prince d'Orange Frédéric-Henri et les calvinistes français

 par Andréas Nijenhuis, docteur en histoire, université de Chambéry

                                           
 

   

                               

                                           
 

Sujet de la conférence : les réseaux nobiliaires et calvinistes européens au début du XVIIème siècle.

Le prince d'Orange Frédéric-Henri (1584-1647) et les calvinistes français

                               

(Pour la petite histoire) Bien sûr que le réglage restera impeccable jusqu'à la fin de la conférence !

                                     
                                     

Mardi 15 octobre 2013

La vie à Orange sous le régime de la bi-confessionalité

 par Françoise Moreil, maître de conférences, université d'Avignon

                               
   

   

                 

 
 

                                                             
 

Conférence qui donne vie aux panneaux d'exposition, et aux documents sous vitrine (Voir ci-contre : Exposition)

                                   

Installation de l'exposition dans le temple

                   

Jeudi 17 octobre 2013

La société a-t-elle encore besoin des Eglises aujourd'hui ?

 par Laurent Schlumberger, président du Conseil national de l'Eglise protestante unie de France

               
 

   

     
               

Le pasteur Laurent Schlumberger s'interroge et .. interroge ! Il décline la question posée par sa conférence en quatre questions qui nous interpellent ....

  • Quelles sont les grandes questions spirituelles de notre génération ? 
  • Etre croyant, à quoi bon ?
  • L’Evangile, bonne nouvelle ou superstition dépassée ?
  • Les religions sont-elles une menace pour la société ? S’opposent-elles à la laïcité ?

Et si vous souhaitez poursuivre la réflexion, Roseline Salançon rappelle les idées fortes qui l'ont touchée dans la déclinaison du pasteur Schlumberger :

                     
 

"Notre Société qui, depuis seulement 4 ou 5 ans et pour la première fois de son histoire, compte une majorité de non croyants est confrontée à de très graves questions (chômage, crise économique, pauvreté, problèmes éthiques , pollutions….) en face desquelles la spiritualité apparaît comme un luxe.


Malgré les moyens de communication qui deviennent de plus en plus rapides, nous avons de moins en moins de temps car nous faisons de plus en plus de choses souvent de façon simultanée comme si nous voulions vivre plusieurs vies en une seule (manque de confiance dans l’avenir ?) ; nos vies sont pleines tout comme est plein notre monde où il est impossible de trouver un lieu où l’on pourrait tout reprendre à zéro… « Habitant les uns chez les autres », nous sommes contraints à l’interdépendance et à la confiance mutuelle.


En fait, nous sommes dans une Société où cohabitent des « religions » qui ne disent pas leur nom mais mobilisent beaucoup de gens, ont leurs rites et prennent énormément de place dans nos vies et dans nos esprits, il s’agit par exemple du sport, des marques, du bien être et de la santé et surtout de la consommation.

Ces religions là pénètrent sans aucun problème dans notre espace public, nos écoles et nous devrions prendre conscience et dénoncer les menaces qu’elles font peser sur notre jeunesse et sur notre société en général. Ce ne sont pas les religions auxquelles on pense d’habitude qui font courir le plus de risque à notre société et à la laïcité à laquelle nous sommes tant attachés.

               

Les religions ne s’opposent pas à la laïcité car justement, celle-ci garantit la liberté de conscience donc la possibilité pour chaque personne de pratiquer sa religion ; et la religion ne relève pas de l’espace privé comme on le dit souvent puisque d’après la loi de 1905, le culte est une manifestation publique . La foi doit donc se vivre essentiellement dans la vie de tous les jours et ne doit pas rester confinée dans les temples ou les églises. Ces bâtiments d’ailleurs, souvent considérés comme immuables, représentent des risques de repliement sur soi (exemple de l’église en carton récemment construite en Australie !).

Aux yeux de certains, la religion est souvent « très utile » (opium du peuple, rôle de consolation, de réconfort dans les épreuves ou la maladie etc…) et pourtant la bible critique la religion. Jésus, même s’il a accueilli ceux dont la foi était intéressée ( malades venus chercher la guérison par exemple), s’est élevé avec force contre les autorités religieuses de son temps et contre les rites contraignants pour l’homme.

En fait être un vrai croyant, c’est être croyant pour rien. Cela ne sert à rien mais ça change tout. Comme la musique, comme un bouquet de fleurs, comme le parfum de grand prix répandu en abondance aux pieds de Jésus, ne servent à rien mais changent tout. Etre croyant, c’est vivre sans compter ce qu’on donne , sans penser à ce qu’on reçoit en échange, sans calcul d’aucune sorte, une vie accompagnée de Dieu… accompagnement auquel il reste toujours fidèle même si nous ne le sommes pas, même si nous sommes défaillants.

C’est cette réalité que nous avons à vivre au jour le jour et dont nous avons à témoigner dans notre société car si nous ne le faisons pas, qui le fera ?" 

Roseline Salançon

 

 

Exposition historique

Exposition historique réalisée par Françoise Moreil, maître de conférence à l'université d'Avignon, et ses étudiants.

Au temple d'Orange, rue Pontillac. Ouverture jusqu'au mardi 22 octobre 2013, de 10h à 12h (sauf le dimanche) et de 15h à 19h

 

1- La Réforme ; 2- Le Livre

 

3- Baptêmes, mariages, décés

 

4- Les temples de la principauté

 

5- Le refuge européen (1703-1704) Dynastie des princes de Nassau

 

Principauté d'Orange et Comtat Venaissin

 

Dynastie des princes de Nassau. Chronologie

 

 Reportage MK