L'arc en ciel de la foi - Roquefort les Pins 2015

Echos de la retraite spirituelle 2015 à Roquefort les Pins

Invitation du consistoire de Côte d'Azur

Arc-en-ciel

La retraite consistoriale s'est déroulée au Foyer de charité Maria Mater de Roquefort-les-Pins, dans les Alpes Maritimes, les 30 janvier et 1er février 2015.

Nous avons suivi le pasteur Christian Tanon sur l'arc-en-ciel de la foi, en partageant les divers chemins droits ou cahoteux de notre foi.

Le nouveau cadre est un endroit vaste au milieu de pins. L'accueil est à souligner : la directrice a partagé entièrement la retraite avec nous et plusieurs membres de la communauté du foyer de la charité étaient présents au culte, en communion spirituelle et partageant la cène avec nous, formant un grand cercle où l'on pouvait sentir la foi commune qui nous liait. 

Chantal Masini 

               

 

En deux jours pleins, Christian Tanon nous a ramenés aux fondamentaux de notre idéal chrétien.

> La foi d’abord, ce cheminement qui sera différent pour chacun d’entre nous avec des moments forts, des paliers et parfois même de la régression. C’est ce qu’il appelle l’arc en ciel de la foi avec toutes ses variantes de situations.
Il reprend des exemples avec le cheminement du peuple hébreu, avec David, avec Pierre qui doute pour rejoindre Jésus et avec les pèlerins d’Emmaüs.

> Cette foi qui ne peut être une certitude démontrable et qui est mise à l’épreuve. Comment traversons-nous les crises ? Plutôt que d’interroger Dieu : Pourquoi ? Posons-nous la question Pour quoi cette épreuve ? Où me mène cette crise ?
Rappelons-nous l’exhortation de Pierre et Paul « Persévérez dans la prière » Car Dieu nous relève et notre foi sort grandie et fortifiée après l’épreuve. Notre prière même est transformée, on ne demande plus la même chose.

> Car nous ne sommes pas seuls, Jésus nous accompagne. Comme avec les pèlerins d’Emmaüs, il marche avec eux, à leur rythme, il les écoute, puis il les invite à parler de ce qui les préoccupe, il est disponible. Seulement après, Jésus va leur parler. N’oublions pas, qu’une parole, même juste, tombe à plat si elle n’est pas dite au bon moment.
Les pèlerins qui étaient tristes et déçus partaient sur un chemin d’obscurité, mais quand ils réalisent qui est leur compagnon de route (dans la fraction du pain), alors tout change, leur vie est transformée et ils s’en retournent sur un chemin de lumière, vers Jérusalem, pour témoigner de ce qu’ils ont vécu.

Des témoins ! Le témoignage ! Ce n’est vraiment pas facile avec notre pudeur de Réformés, et pourtant on peut éprouver une grande joie quand on le fait à bon escient.
On témoigne en actes, en paroles ou en attitude, il n’y a pas de recette, pas de préparation. On est dans la spontanéité, dans le vécu, dans ce que nous avons expérimenté. On ne cherche pas à convaincre, mais on ne se défile pas. Sachons répondre à l’interlocuteur que le hasard (ou le Saint Esprit) a placé sur notre chemin.
Rappelons nous que nous ne sommes pas seuls, Jésus nous accompagne et son joug est facile (Matt 11 v 30). Ce joug, loin d’être un fardeau permet d’avancer à deux, dans la même direction et de se soutenir dans l’épreuve.

> Pour terminer Christian Tanon nous parlera de la foi au niveau de l’Eglise locale avec là aussi la croissance, la crise et les relèvements. L’Eglise locale, communauté de croyants fraternelle et ouverte n’est pas faite pour « tourner sur elle-même ». Par ses diverses activités elle est appelée à être un lieu d’accueil et de partage……… Mais pour annoncer et évangéliser il faut commencer par l’être soi-même ! On ne peut transmettre que ce que l’on a reçu.

Un mot pour conclure, je retiendrai le chaleureux accueil oecuménique dans un superbe cadre, le travail en cinq groupes de six qui a permis de vrais échanges….. et l’aménagement des temps de silence. On a envie de revenir……………….. Merci Christian !!

Francis Guillain

 

Arc-en-ciel

Le pasteur Christian Tanon nous a invité à réfléchir, échanger et prier sur le thème de la foi. Il fait référence à l’arc-en-ciel, signe visible de l’alliance que Dieu établit avec les hommes. 

Dieu est par essence fidèle à cette alliance mais l’homme ne l’est pas toujours ! Notre parcours de vie n’est généralement pas linéaire. Si la foi nait de l’expérience d’une rencontre, nos cheminements sont souvent très divers, jalonnés de périodes fructueuses, mais aussi de doutes, d’éloignements, de déserts spirituels.

> Quelques images pour illustrer
Une vie de foi, c’est comme le fil rouge dans une tapisserie : tantôt le fil est visible, tantôt il passe du côté caché et on le croit interrompu, mais le fil rouge est toujours là, il n’y a pas discontinuité.
Tout comme le fond du puits doit être désensablé de temps en temps pour que l’eau de la source puisse jaillir à nouveau, la foi doit parfois être renouvelée et débarrassée de la sclérose qui l’atrophie.

 

               

> La foi n’est pas une finalité
Christian Tanon nous a montré que la foi est en danger quand elle croit posséder Dieu. Il cite Paul Tillich : Nous sommes plus forts quand nous attendons que quand nous possédons.
La foi est une affirmation mais aussi un appel.

Ce double mouvement peut être résumé par la proclamation de l’homme de l’Evangile : Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi !
La foi n’est pas la finalité de la vie chrétienne. Elle est une vertu théologale, avec l’espérance et l’amour, mais l’amour (agapè) est la plus grande.

> Une retraite très réussie
Nous étions une trentaine, dans un cadre très agréable à Roquefort-les-Pins. Christian Tanon nous a conduit paisiblement, les échanges en petits groupes ont été profonds et très appréciés. En alternance, les quelques moments de silence ont retenu l’adhésion de tous, ce qui n’est pas toujours le cas dans nos retraites !

Notre culte du dimanche fut un moment intense et partagé fraternellement avec la communauté catholique qui nous accueillait.

Yves Raoux

Arc-en-ciel inversé