Défi à relever : prendre soin du lien

Réflexion partagée par le président du conseil régional

Réflexion

A la toute fin du discours inaugural au synode d'Orthez sur la montée des populismes, j'indiquais qu'il fallait reconnaître que notre église patine.  Nombre de chiffres, de situations dessinent les contours de nos difficultés.

Alors que l'on pourrait prétendre à une meilleure audience et à une réelle attractivité, elles sont peu perceptibles dans nos églises locales.

Dans un temps ou les religions et les religieux, quelle que soit leur obédience, reprennent leur bréviaire en latin, s'arc-boutent sur leurs dogmes, resserrent le corset de leur catéchisme,  celles et ceux qui nous rejoignent témoignent du plaisir qu'ils ont de découvrir un discours sur Dieu dans sa plus simple expression.

Il n'est ni emmitouflé par un phrasé liturgique d'un autre temps, ni truffé de moralisme accusateur et culpabilisant à trois francs six sous, ni rempli de hargne ou de dédain envers le monde, ni donneur de leçons de choses.

Il se veut libre et créatif dans son expression, constructif dans une éthique ou prime la conscience individuelle et la justice sociale, au bénéfice de l'amour de Dieu pour le monde et de la joie de la conversion, attentif aux autres traditions religieuses comme aux recherches dans les sciences humaines et scientifiques.

Je devrais vous soumettre d'autres caractéristiques de notre protestantisme historique. Mais d'ores et déjà, cette première liste d'éléments plutôt valorisants et j’espère assez juste, suffit à nous interroger sur l'absence de déclics vers l'Eglise unie et les raisons de notre faible renouvellement. C'est la question de chaque église locale, chaque communauté, chaque responsable.  

 

L'une des réponses, ou en tout cas, des axes de travail qui émergent aujourd'hui est la nécessité de personnaliser les courriers, les accueils, les annonces, les propositions d'activités. Autrement dit, de décliner en Eglise la parole que Dieu adresse à chacun : tu es important à mes yeux.

 

Rien de nouveau sous le soleil, pour reprendre l’Ecclésiaste, notre protestantisme a formé des communautés au sein desquelles les uns et les autres se connaissaient ; les entraides locales au XIX siècle ont été créées pour aider les plus démunis de la communauté, que ce soit  en éducation, en nourriture, en bois, en charbon... Or depuis les trente glorieuses, pour le moins, nous avons sans doute laissé s’installer l'anonymat ecclésial, contrairement,  par exemple aux églises évangéliques nouvelles qui s’implantent.

 

 

Au moment où nos contemporains sont éclatés en eux et entre eux, avec  des modes de vie de plus en plus divers, nous n’avons plus construit de réseau communautaire.  Il est souvent constitué par le petit troupeau d’actifs et de piliers qui donne sans compter mais il y a un vide entre ce cercle et tous les autres. Cette période de Noël peut être un révélateur de ce vide : bien souvent les enfants, les parents, et parfois les catéchètes qui proposent les saynètes ne connaissent pas l’assemblée et réciproquement (ne serait-ce que les prénoms).

Peu de communautés dépassent aujourd'hui les 200 familles connues ou/et les 80 donateurs.

Faisons de notre faiblesse numérique une chance ou une solution.

- en soignant l'accueil personnalisé lors des cultes et fêtes carillonnées.

- en renseignant le fichier, non pour barrer les personnes pas vraiment connues mais pour chercher des informations auprès de personnes ressources.

- en faisant des appels financiers tout en rappelant à chacun le montant du don  (ou son absence) de l'année précédente à l’époque du courrier.

- en organisant du covoiturage et des points de rencontres pour les jeunes et moins jeunes (la voiture est souvent un lieu de partage).

- en suggérant des églises de maisons.

- en demandant à chacun ce qu’il peut apporter à l’église locale et lui proposer une action….

Certains prendront la place donnée, d’autres s’en moqueront éperdument, en tout cas, la vocation de la communauté est de la préparer et de l’offrir. L’objectif est que chacun, des piliers aux jeunes couples puissent se connaître, que les nouveaux se sentent re-connus, que la communauté puisse construire sa vie, son rythme, ses activités en fonction de ses capacités et attentes.

 

 

 

 

Pêle-mêle, nous avons des supports pour soutenir cette démarche.

Et comme toujours, c’est la communauté locale, en fonction de son environnement, ses ressources humaines qui s’adapte. Cela demande de l’énergie supplémentaire et comme nous n’en avons pas toujours de reste, il est judicieux que cet axe du projet de vie  « prendre soin du lien » soit analysé et pensé à plusieurs.

En ce temps de Noël, recevons ensemble la lumière du Christ dans nos vies pour résister à la marchandisation de l’être humain, à l’épuisement de la planète, aux multiples peurs qui nous assaillent et pour se réjouir de ce qui nous est donné de vivre en famille, en paroisse…

Alain Pélissier.

Partager par mail
Publié le 20 décembre 2018