L'Eglise protestante unie ne connaît pas la crise de vocation

Depuis une vingtaine d'années, le nombre de pasteurs ne diminue pas, il serait même plutôt en augmentation...

 

Un discernement de l'Eglise et une solide formation universitaire (master pro) sont nécessaires. Après ce parcours la personne entre au service de l'église et est reçue comme pasteur, au cours d'une cérémonie appelée "ordination-reconnaissance de ministère".

La reconnaissance comporte trois dimensions :

- reconnaissance envers Dieu qui suscite et appelle les femmes et les hommes dont l'Eglise en tant que communauté a besoin pour l'aider et la guider spirituellement.

- reconnaissance de l'église locale, des membres qui reconnaissent que le pasteur est appelé à exercer un ministère parmi eux.

- reconnaissance de la communauté par le nouveau pasteur qui adhère à la déclaration de foi de l'Eglise, et accepte les règles de fonctionnement de celle-ci.

 

Deux ordinations-reconnaissances ont eu lieu au mois de juin dans la sud-ouest :

- celle de Nicolas Rocher, à Pau (64)

 

- et celle d'Hérizo Ratovomanana à Nègrepelisse (82)

   

 

 

 

 

Une troisième aura lieu le 6 sept au temple du Carla-Bayle

(09) pour le pasteur Agnes Pascaraut.



 

Pour en savoir plus sur le ministère de Pasteur

Découvrir un métier qui a du sens

Être pasteur, c’est être au service de l’Église. Un pasteur aide des communautés à vivre dans la foi. Il exerce un métier relationnel, fait d’écoute, d’accompagnement de personnes, de situations de vie, de groupes, de communautés. Son quotidien est fait de liens, d’animations, de propositions, de créativité. Son savoir être avec les autres est essentiel. Être pasteur, c’est être témoin de Jésus-Christ. Un pasteur engage sa personne, il est appelé à partager sa foi, il répond à un désir entendu au plus profond de lui-même. Son parcours de vie, son cheminement spirituel, l’écho d’une joie accueillie et renouvelée dans la prière sont au cœur de son quotidien.

Voir : devenirpasteur.fr

Partager par mail
Publié le 05 juillet 2015

Commentaires

B. Jocelyne| Jeudi 9 juillet 2015 à 22 h 52
le titre est contradictoire avec des situations paroissiales . Exemple à Bordeaux , 2 pasteurs en poste pour 5 secteurs paroissiaux cette année 2015-2016 … où est le bug ? Restant dans l'espérance que ces postes soient pourvus … O.Beisch

D. Gilbert| Jeudi 6 août 2015 à 20 h 40
Suipud Est-ce que la région Aquitaine est en mesure de financer 5 pasteurs?