Le château de Gombervaux

Le château de Gombervaux

Le château de Gombervaux situé à 4 kilomètres de mètres de Vaucouleurs fut la résidence principale de Jean DES SALLES (1540-1575), noble protestant de notre région.

Son père, Philippe Des Salles, fut chambellan de duc Antoine de Lorraine et gouverneur de Neufchâteau. Philippe s’illustre lors des guerres d’Italie. En 1525, il se distingue contre les Protestants radicaux d’Alsace, les Anabaptistes, qui essaient de pénétrer violemment en Lorraine (guerre des Paysans ou Rustauds). Bien que les troupes lorraines combattent au côté des seigneurs catholiques, luthériens et réformés des autres régions de l’Empire, le duc de Lorraine mettra par la suite luthériens, réformés et anabaptistes dans le même sac et se fera ovationner, à son retour, comme vainqueur sur les protestants, sans distinction. Il provoquera ainsi le malheur de beaucoup de protestants luthéro-réformés de notre région.À la mort de son Père en 1560, Jean DES SALLES reçoit en partage, entre autres, la seigneurie de Gombervaux-Ugny.
Peinture anonyme du château du XVIIIe siècle
Le château de Gombervaux était doté de quatre tours d'angle et d'un donjon-porche à créneaux, entourés de douves emplies d'eau. Aujourd’hui en ruine, le château a pu être en partie restauré grâce aux efforts de l'association Gombervaux.
Jean s’attache au service du roi de France, Charles IX, qui le fait gentilhomme de sa Chambre et gouverneur de Vaucouleurs. Il adhère aux idées de la Réforme comme sa femme Marguerite Du Hautoy, dame de Landaville, nom de son fiel familial, près de Neufchâteau.En effet, la mère de Marguerite est de la Maison des Nettancourt qui a joué, à cette époque, un rôle prépondérant dans le développement du Protestantisme de notre région.
L'ancien château de LandavillePour ramener Jean à la foi catholique, Charles IX le dépouille de sa charge de gouverneur de Vaucouleurs. Jean confie sa fonction au Seigneur d’Epiez, à condition que celui-ci la lui rende dès que ce sera possible. En 1570 est signée la paix de Saint-Germain-en-Laye, qui, entre autres avantages, accorde aux protestants leur réintégration dans les emplois dont ils ont été privés. Jean des Salles retrouve sa charge de gouverneur de Vaucouleurs. Mais c’est l’époque du massacre de la Ste Barthélemy et Jean est forcé d’abjurer. Il revient à la cour du duc de Lorraine où il entre en conflit avec le comte Jean de Salm, Maréchal de Lorraine. La querelle se termine par l’assassinat de Jean Des Salles le 15 septembre 1575. Il survit de quelques jours à ses blessures. Marguerite l’enlève de la cour ducale et le fait inhumer à l’église castrale d’Ugny.
On reconnaît encore sur la pierre tombale de la sépulture de Jean Des Salles cette inscription : « Cy gist Honoré Seigneur Jean des Salles vivant Chevalier Seigneur de Gombervaux, Ugny etc., Gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roy, lequel décéda à Nancy le 18 Septembre 1575 ».Jean et Marguerite Des Salles ont deux filles encore mineurs en 1575 : Guillemette, 17 ans et Antoinette 1 an. Guillemette élevée dans la foi protestante épouse en premières noces René de Beauvau, Chevalier de l’ordre du Roi, baron de Rorthey, sénéchal du Barrois.
Le château de Rorthey aujourd’hui une exploitation agricole se trouve également près de Neufchâteau.C’est là que Guillemette subira un siège contre les troupes de la Ligue. Le chroniqueur écrit qu’elle y donnait asile aux Protestants de la région et à leur tête, elle se présentait courageusement à la brèche pour défendre son château qui sera néanmoins pris. Guillemette mourra dans son manoir à Abainville (près de Gondrecourt) en 1607 et sera inhumée dans le caveau familial en l’église d’Ugny comme sa mère et son père. Antoinette, la sœur de Guillemette Des Salles est d’abord instituée Chanoinesse de Remirement. Mais elle se marie finalement à Simon de Myon (1569-1619), un protestant, Seigneur de Clérey. Gombervaux change à nouveau de mains en passant entre celles de la famille des Myon. Simon de Myon, pour garder sa fonction de chambellan du duc de Lorraine, retournera au catholicisme.
Avec ses trois armoiries des familles protestantes du XVIème siècle, sculptées sur la façade du donjon-porche (les DES SALLES à gauche, les DU HAUTOY en face (mariés) et les DE MYON au-dessus), Gombervaux reste un des lieux de mémoire protestants les plus emblématiques de notre région !Sources : Laurent Baudoin "GOMBERVAUX-une forteresse au pays de Jeanne d'Arc"
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gombervaux

http://www.gombervaux.fr/Chateau/Histoire.html

http://patrimoine-de-lorraine.blogspot.fr/2012/03/vaucouleurs-55-la-maison-forte-de.html