L'île Sainte-Marguerite

Le Mémorial huguenot du fort de l’île Sainte-Marguerite a été créé en 1950 à l'initiative du pasteur Charles Monod qui voulait ainsi attirer l’attention sur des oubliés de l’histoire ...

Avec le château d'If, à Marseille, la Tour de Constance à Aigues-Mortes , le fort de Brescou à Agde, le fort de l'Ile Sainte Marguerite est une des quatre prisons royales des bords de la Méditerranée.

Le Mémorial huguenot consiste en une plaque commémorative portant les noms des six ministres de l’Evangile emprisonnés ici même :

Paul Cardel, Pierre Salve de Bruneton, Gabriel Mathurin, Matthieu de Malzac, Elisée Giraud, Gardien Givry , accompagnés de ce texte sobre et vigoureux :

EXILES DE FRANCE A LA REVOCATION DE L’EDIT DE NANTES

RENTRES CLANDESTINEMENT POUR SERVIR LES EGLISES SOUS LA CROIX

ENFERMES A VIE A VINCENNES ET A SAINTE-MARGUERITE

DE 1689 à 1725

AYANT PREFERE LA PRISON A L’ABJURATION.

Placé dès l’origine sous l’égide de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, le Mémorial a été intégré au Musée municipal de la Mer dans les années 1980. Cela lui assure une visibilité certaine, puisque des milliers de visiteurs y défilent chaque année. Cependant l’histoire de nos infortunés pasteurs reste très largement ignorée dans la région, victimes qu’ils sont de la culture du secret qui entourait sous l’Ancien Régime tout ce qui avait trait aux prisons et surtout de la concurrence déloyale du Masque de fer qui fut lui aussi enfermé quelque temps en ce même fort, triste et insignifiant personnage, avec lequel cependant on se plait à amuser les foules !

Depuis son dernier réaménagement (été 2004), le Mémorial présente au visiteur une oeuvre d’expression résolument contemporaine, alliant peinture et ronde-bosse, réalisée à la demande de l’association des Amis du Mémorial Huguenot de l'Ile Sainte-Marguerite (AMHIS) par deux artistes de la région Catherine Melchio et Jean-Pierre Rolland.

La peinture évoque un mur de prison couvert de graffitis et de signes où l’on peut reconnaître des barreaux qui représentent l’enfermement, la croix huguenote et de simples croix posées là comme par mégarde mais qui symbolisent, très fortement et discrètement à la fois, le sacrifice du Christ et la grande souffrance de l’Eglise. C’est une peinture tout en longueur, longue comme un jour sans fin, longue comme l’internement interminable de nos pasteurs.

Elle présente sous forme de collages des fragments de Bible, de partitions de psaumes et de lettres pastorales et vient ainsi en complément et en explicitation des ouvrages présentés dans une vitrine, à savoir deux bibles, un psautier et un exemplaire des « Lettres pastorales » du théologien Pierre Jurieu. La Bible et le psautier ont eu - et ont toujours - une importance considérable dans la vie, le coeur et la piété des fils de la Réforme ; quant à Jurieu, qui s’est dépensé sans compter pour secourir ses coreligionnaires dans la détresse, qu’ils fussent restés en France ou passés à l’étranger, ses écrits ont été déterminants dans la décision de retour des pasteurs sur le sol français. Voilà des livres qui ont été autant de Paroles taboues et interdites.

Sur ce haut panneau peint se détache la sculpture en ronde bosse de J.-P. Rolland représentant le faciès douloureux d’un homme réduit au silence, dont la bouche est bâillonnée par une main anonyme et implacable. La violence du geste est soulignée par l’impression en creux de la main sur le visage pour mieux suggérer que la parole est non seulement déniée mais encore refoulée dans la gorge du locuteur en puissance...

La Parole empêchée 

Cette oeuvre conçue et réalisée ad majorem Dei gloriam pour le Mémorial huguenot évoque, au-delà de l’histoire particulière des pasteurs incarcérés en ces lieux, la lutte, vieille comme l’humanité pensante, et toujours actuelle de par le monde, pour une liberté fondamentale, celle de la liberté de conscience et la liberté d’opinion. 
C’est pourquoi nous l’avons dédiée aux victimes de l’intolérance et de l’oppression pour raisons religieuses ou d’opinion.

Le Mémorial huguenot sert régulièrement de point de rassemblement aux protestants de la Côte d'Azur qui s'y retrouvent toutes dénominations confondues pour louer le Seigneur, et attire de nombreux touristes étrangers, curieux de leurs racines, descendants de ces huguenots français qui, à la Révocation de l'édit de Nantes, trouvèrent asile dans les pays du Refuge.

 Sylvie Cadier

Pour des visites de groupe : sylvie.cadier@hotmail.fr ou tel. au 04 93 36 41 07.

 Le Mémorial se trouve à l'intérieur du Musée de la Mer (04 93 38 55 26) : il est ouvert tous les jours d'octobre à mars du mardi au dimanche, de 10H30 à 13H15 et de 14H15 à 16H45 (17H45 en avril et mai) ; et de juin à septembre, tous les jours sans interruption de 10H à 17H45. Bateaux au départ de Cannes : 04 92 98 71 30 (Trans Côte d'Azur) - Site : Mémorial huguenot

 

 

 Un rassemblement a lieu tous les deux ans à l'automne

Pour en savoir plus : Rassemblement au Mémorial huguenot

A noter : 2020 - 70ème anniversaire du Mémorial huguenot ! ... Rassemblement - Fête - Célébrations

 

 

 

 

Partager par mail